This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
samedi, 27 décembre 2014 05:28

L’Iran, au cours de la semaine passée (23)

Le président du parlement iranien a entamé dimanche sa tournée régionale, qui l'a conduit, en Syrie, Irak, et au Liban.

A la première étape de sa tournée régionale, Ali Larijani est arrivé, dimanche, à la tête d'une délégation parlementaire et politique, en Syrie. Le Président du Parlement iranien, et le Président syrien, Bachar al-Assad, se sont rencontrés et entretenus, dimanche, des moyens censés développer les relations et renforcer les coopérations bilatérales, dans tous les domaines, de la situation syrienne et des évolutions régionales. Avant cette rencontre, Larijani avait rencontré son homologue syrien, Mohamed Jihad al-Laham et le Premier ministre syrien, Waël Al-Halqi. Par ailleurs, le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, a reçu, dimanche soir,  M. Larijani. Lors de cette rencontre, Walid Mouallem a rendu hommage aux soutiens du Guide suprême de la Révolution islamique, du gouvernement et du peuple iranien au gouvernement et au peuple syriens. Il a également été reçu par les chefs des groupes combattants palestiniens, résidant à Damas, qui s'opposent au processus de compromis avec le régime sioniste.  Au Liban, Ali Larijani et la délégation l'accompagnant, se sont entretenus, entre autres, lundi, à Beyrouth, avec Seyyed Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah libanais, de la situation de la région, des relations entre l'Iran et le Liban, ainsi que de la question syrienne. Après avoir quitté le Liban, mardi matin, la délégation iranienne est arrivée, dans la ville sainte de Nadjaf où après avoir accompli son pèlerinage, au mausolée du vénéré Imam Ali, (béni soit-il) le président de l'Assemblée islamique d'Iran a rencontré les éminents oulémas religieux de la ville sainte de Nadjaf. Il s'est ensuite rendu, à Bagdad, la capitale, pour mener des consultations avec les autorités irakiennes.

......................................................

Le porte-parole de la base aérienne iranienne, Khatam al Anbiya a annoncé que plusieurs avions de reconnaissance des forces extrarégionales se sont approchés des FIR (Une région d'information de vol) des frontières iraniennes avant de se heurter à de violents avertissements des unités de la DCA iranienne. « La plupart de ces avions ont été de type U2" a-t-il fait remarquer. " Nous avons lancé à chaque assaut des avertissements très catégoriques aux forces extra régionales , ce qui a fait éloigner ces appareils".  Le général est revenu sur la prochaine manœuvre militaire générale des forces armées iraniennes en annonçant que la base Khatam al Anbiya va participer à ces manœuvres d'envergure et mettra à l'épreuve via ses équipements une partie des capacités de ses unités de la DCA. Mardi, le contre-amiral Habibollah Sayyari, commandant e chef de la Marine iranienne a indiqué  que les Manœuvres "Mohammad Rassoul Allah", (que le salut de dieu soit sur lui et sur ses descendants), seront une démonstration de l’autorité  de l’Iran, sur terre, sur mer, sous la mer et dans l’air. « L’exercice militaire se déroule, du 25 au 31 décembre, entre le détroit d'Hormuz et le 10e parallèle Nord, plus bas que le golfe d'Aden", a dit l'amiral Habibollah Sayari.  "La capacité balistique de l'Iran sera exposée, lors des exercices, avec le lancement de missiles de différents types et l'utilisation de plusieurs modèles de drones", a-t-il ajouté. Il a demandé aux forces étrangères de "quitter la zone",  le temps des exercices, pour éviter tout incident, tout en soulignant que ces manœuvres ne représentaient "pas de danger, pour les forces étrangères se trouvant dans le golfe Persique", en allusion à la Ve Flotte américaine, basée à Bahreïn. Ces exercices, auxquels participent, aussi, les forces aériennes, s'étendront, sur une zone de 2,2 millions de mètres carrés. C'est la première fois que l'Iran annonce des manœuvres aussi éloignées de ses frontières. Les dernières manœuvres navales de l'Iran remontent à  mai 2013.

......................................................

Selon le commandant en chef de la base aérienne Khatam ol Anbiya,

les batteries de missiles S300 iraniens, Bavar 373, sont en phase de test : " les radars d'interception et de détectage de Bavar 373 sont actuellement testés tout comme les missiles de courte, de moyenne de haute altitude de vol appartenant à ce système, a affirmé le général Farzad Ismaëli. " Les tests sur ces batteries de missiles 300 iraniens vont de l'avant et les missiles sont en phase de réintégrer le réseau de la défense anti aérienne national", a-t-il indiqué.

 ......................................................

«L'Iran est la 4ème puissance balistique, dans le monde, après les Etats-Unis, la Russie et la Chine», a affirmé  le ministre iranien de la Défense. «Parmi les pays du monde, l'Iran occupe une place importante, pour ce qui est de sa capacité balistique, et se situe derrière les Etats-Unis, la Russie et la Chine», a déclaré le général Hossein Dehghan, en réponse à une question, sur la place balistique de l'Iran, dans le monde. «Nous avons augmenté la portée de nos missiles, en fonction des menaces éventuelles qui viseraient notre pays. Actuellement, nous envisageons d'accroître la précision de nos missiles et de les rendre furtifs», a-t-il précisé. Pour ce qui est des déclarations du ministre irakien des Affaires étrangères, comme quoi son pays ne voit aucun inconvénient à ce que les avions iraniens prennent pour cible les positions de Daesh, en Irak, le général Dehghan s'est exprimé en ces termes : "La sécurité revêt, pour nous, une importance majeure, d'autant plus si un courant, à l'extérieur de nos frontières, envisage de représenter une menace, pour nous. Nos lignes rouges sont la sécurité nationale et les lieux saints. Nous avons, catégoriquement, annoncé que les lieux saints sont les lignes rouges de la RII".

......................................................


Le général Hossein Dehqan, ministre iranien de la Défense a démenti, lors d’une interview avec la chaîne Al-Alam, les nouvelles diffusées par les médias de la région concernant l’attaque par les avions du régime sioniste contre un dépôt de missiles fabriqués en Iran dans une banlieue de Damas, capitale de la Syrie. « Les forces de la résistance en Palestine, en Syrie et au Liban sont capables elles-mêmes de fabriquer des types différents de missiles balistiques, grâce à l’existence de bonnes infrastructures de l’industrie militaire.  Il y a deux semaines, le gouvernement syrien avait annoncé que les avions du régime sioniste avaient bombardé deux cibles près de damas, la capitale. Après l’annonce de cette nouvelle, certains rapports non confirmé avaient suggéré que le but des avions du régime sioniste était de détruire les missiles fabriqués en Iran, qui devaient être remis aux forces du Hezbollah libanais. Le ministre iranien de la défense a souligné que le but du régime sioniste d’avoir bombardé des cibles près de Damas, étaient de soutenir les terroristes du groupe Daech, en essayant d’affaiblir l’axe de la Résistance.

......................................................

Téhéran ne cherche pas à reprendre les relations diplomatiques avec Washington, même si l’accord nucléaire aiderait à apaiser les tensions entre les deux pays», a affirmé le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranienne, Ali Chamkhani. «L’Iran et les Etats-Unis peuvent, se comporter, de façon à ne pas utiliser leur force, l'un contre l'autre, dans la région. L’accord nucléaire pourrait être vital, dans ce sens», a affirmé Ali Chamkhani. «Tout dépend de l’honnêteté des Américains, dans les négociations nucléaires», a affirmé le  secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranienne, dans une interview avec des médias internationaux. «L’Iran ne se pliera pas devant les sanctions internationales et ne renoncera pas à ses droits, dans le cadre du TNP», a précisé Ali Chamkhani.

......................................................

 «La récente visite, à Téhéran, de la délégation de la Résistance, a ouvert un nouveau chapitre des relations entre ce Mouvement et Téhéran», a déclaré Ali al-Baraka, le représentant du Mouvement de la Résistance islamique. Ali al-Baraka a, par la suite, qualifié d'inutile, le plan de l'Autorité autonome de la Palestine, soumis au Conseil de sécurité, demandant la fin de l'occupation. «La poursuite du retard, dans la reconstruction de Gaza et son encerclement conduiront au déclenchement d'une nouvelle guerre, dans la bande de Gaza», a-t-il ajouté. Mercredi dernier, le plan demandant la fin, d'ici 2017, de l'occupation israélienne a été soumis au Conseil de sécurité. Ce plan a été élaboré, sur la base du plan de compromis de l'Arabie, présenté, à l'occasion du Sommet arabe, en 2002, à Beyrouth, dont l'objectif est de reconnaître le régime sioniste, sur la base des frontières de 1948, et de former un Etat palestinien, sur la base des frontières de 1967, une question, pour faire face à laquelle la Résistance a pris forme, en Palestine, avant d'offrir plusieurs martyrs, sur ce chemin.

......................................................

 
L'Iran est entré dans la ligne rouge gazière du Qatar, c'est ce qu'a titré ce quotidien dans une allusion à la haute capacité de production du gaz par l'Iran dans le champs gazier Pars Sud. Avec la mise à exploitation de nouvelles plates-formes, la capacité de production de gaz par l'Iran qui s'était stabilité au cours de ces dernières années au plafond d'environ 300 millions de mètres cubes par jour, a atteint la barre d'environ 400 millions de mètres cubes par jour. La capacité d'extraction du gaz sulfurique s'est élevée à environ 350 millions de mètres cubes. Selon le programme élaboré par la société nationale du pétrole iranien, la capacité d'extraction de gaz sulfurique doit passer au chiffre de 750 millions de mètres cubes d'ici les trois années à venir, pouvant ainsi devancer les Qataris.

......................................................

La douane de la République islamique d’Iran a annoncé que les pays membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) sont les principaux importateurs de marchandises iraniennes. Selon l’IRNA, les statistiques de la douane iranienne indiquent que pendant les six premiers mois de l’année en cours, les pays membres de l’OCI étaient les principaux importateurs de marchandises iraniennes en achetant 19.366 tonnes de marchandises pour une valeur totale de 8.98 milliards de dollars. Les pays membres du Conseil de coopération du golfe Persique ont importé, pendant cette période, 4.431 tonnes de marchandises iraniennes pour une valeur de 2.18 milliards de dollars.

......................................................

 Une ligne de crédit entre les banques iraniennes et la banque d'exportations et d'importations d'Inde a été établie. Les sociétés iraniennes peuvent utiliser cette ligne de crédit pour assurer les marchandises, les équipements, les services techniques et d'ingénierie. « Le plafond de cette ligne de crédit est illimitée, mais la somme prévue pour les sociétés, dans une première étape, est de l'ordre de 150 millions de dollars, et il y aura un prolongement d'une durée illimitée de cette ligne de crédit », a déclaré, l'ambassadeur iranien en poste en Inde, Reza Ansari.

......................................................

La zone de libre-échange de Makou  est la plus grandes zone spéciale industrielle et économique de l’Iran, a déclaré Hossein Forouzan, directeur général de la zone de libre-échange de Makou. Il a précisé que cette unité économique a été fondée récemment sur un terrain de plus de 500.000 hectares, et constitue la 7e zone de libre-échange du pays après les zones de libre-échange de Kish, Qeshm, Anzali, Tchabahar, Aras et Arvand. La zone de libre-échange de Makou a des frontières communes avec la République autonome de Nakhitchevan, l’Arménie, la Turquie, et se situe à proximité du corridor terrestre nord-sud, ainsi que le point de connexion entre l’Asie et l’Europe.

......................................................

L’équipe nationale des cadets d’échecs a remporté la troisième place des compétitions internationale de l’olympiade des échecs en Hongrie. Au dernier jour de ces compétitions, l’équipe des cadets d’Iran a gagné le match face à l’équipe de Hongrie et a obtenu la troisième place de l’olympiade des échecs. Après l’Inde (18 points) et la Russie (17 points), les cadets iraniens ont obtenu la troisième place (16 points). L’équipe iranienne a eu 8 victoires et 2 défaites au cours de ces compétitions.

 







 








Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir