This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
samedi, 01 novembre 2014 04:26

L’Iran, au cours de la semaine passée (19)

"Tout retour en arrière est impossible, tandis que les capacités nucléaires de l'Iran seront maintenues.

Aucune installation ne sera fermée, ni ne verra, non plus, ses activités suspendues", a déclaré le négociateur en chef de l'équipe négociatrice iranienne, en affirmant qu'il n'accepterait pas le maintien d'une seule sanction, dans le cadre de l'accord nucléaire global. Pour ce qui est des déclarations de Wendy Sherman, la sous-secrétaire d'Etat américaine, qui représente les Etats-Unis, au sein des 5+1, Abbas Araqtchi,  négociateur en chef de l'équipe négociatrice iranienne, s'est exprimé en ces termes : «Les négociations avec les 5+1 sont entrées, dans une phase très difficile, tandis que leur aboutissement, à la date fixée, est, semble-t-il, impossible. Tenter de négocier, par l'intermédiaire des médias, au lieu de se mettre à la table et d'exprimer, ouvertement, ses revendications politiques, loin de tout maximalisme, non seulement, n'aide en rien à l'avancement des négociations et l'acquisition de l'accord final, avant la date butoir,  mais encore, cela rend, encore, plus difficile et impraticable le chemin, sur lequel les négociations sont engagées».

Un membre de la délégation iranienne chargé des négociations nucléaires avec les 5+1 a déclaré, lundi, que les nouvelles diffusées par le quotidien "Los Angeles Times", concernant la prolongation des pourparlers nucléaires, étaient contraires à la réalité. Il a déclaré à l'agence IRNA que la prolongation des négociations n'était pas à l'ordre du jour des pourparlers avec les 5+1, et que toutes les parties se concentraient sur la poursuite, avec sérieux, du dialogue, pour arriver à un accord global, avant le 24 novembre. Il a souligné que l'Iran poursuivra son programme nucléaire, comme avant. Il est à noter que le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad-Javad Zarif, et les autres membres de l'équipe des négociateurs iraniens, ont visité, lundi, les installations atomiques de Natanz et Fordow, pour se mettre au courant des dernières activités de ces installations, dans le domaine de la technologie nucléaire civile.

........................................................

« L'Iran n'adhèrera pas à une coalition non fiable », a martelé le président de la Commission de la sécurité nationale et de la politique extérieure du Parlement iranien. En visite à Paris, Alaeddine Boroudjerdi, président de la Commission de la sécurité nationale et de la politique extérieure du Parlement iranien, a accordé, mardi, une interview exclusive à la chaîne d'informations France 24. « Les mêmes Etats qui ont mis sur pied le groupe terroriste de Daech se sont réunis pour le combattre », a déclaré Alaeddine Boroujerdi. Le parlementaire iranien s'est ensuite attardé sur les négociations nucléaires Iran/5+1 et ont mis en garde les pays occidentaux contre l'échec des discussions. « Au cas où un accord nucléaire global ne serait pas signé, sous un quelconque prétexte, la RII  lancerait dans un processus juridique et reprendrait ses activités nucléaires », a-t-il averti. M. Boroudjerdi s'est aussi entretenu avec les responsables de la Commission des Affaires étrangères et de la Défense du Sénat français sur l'essor des relations bilatérales tous azimuts de part et d'autre, les négociations nucléaires et la propagation du terrorisme. Le premier vice-président de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat français, Christian Cambon, a qualifié la RII de pays important et influent dans la région, voire dans le monde disant que la visite de la délégation parlementaire iranienne en France favoriserait sans aucun doute l'élargissement des relations Téhéran-Paris.

........................................................

«Si la Turquie n'avait pas entravé les efforts de paix, la crise syrienne aurait été, déjà, réglée», a déclaré un diplomate iranien.  En réaction aux déclarations du Président turc, Recep Tayyip Erdogan, un haut responsable du ministère iranien des Affaires étrangères a regretté les interventions d'Ankara, dans les affaires intérieures de la Syrie, en estimant que les ambitions régionales de la Turquie et les décisions prises, sous l'effet de l'émotion, ont entravé les efforts de paix, pour la Syrie. Ce responsable iranien a ajouré que la prise de position d'Ankara a, malheureusement, imposé plus de souffrances aux Syriens, sinistrés par la guerre, la violence et la mise en errance. «Nous croyons que cette crise aurait pu être réglée, il y a trois ans, si les autorités turques n'avaient pas insisté à soutenir les groupes terroristes, pour faire renverser le gouvernement de Damas. Dans ce cas, de nombreuses vies innocentes auraient été épargnées. C'est une réalité reconnue par tout le monde, malgré les propagandes des Turcs, pour la falsifier», a déclaré ce diplomate iranien. Il a ajouté que l'Iran souhaite avoir de très bonnes relations avec la Turquie, en espérant que les propos des personnalités politiques ne terniront pas l'avenir des relations bilatérales, qui se développent, actuellement, à un rythme accéléré.

........................................................

Appuyé sur les informations manipulées, le rapporteur spécial du Conseil de l'ONU aux droits de l'Homme, chargé d'Iran, a accusé la RII de ce qu'il appelle la violation des droits de l'Homme. Sans avoir aucune conception de la Constitution en Iran et en appuie des sources irréelles, Ahmed Shaheed, rapporteur des Nations unies pour l'Iran, a déclaré, lundi à New York, que plus de 852 personnes avaient été exécutées en Iran depuis le mois de juin. Il a prétendu que le nombre des crimes dont la peine est l'exécution avait augmenté en Iran. La peine de mort est annoncée en Iran au cours des procès judiciaires et personne n'est exécuté en Iran pour avoir mené des activités politiques, au contraire de ce qu'Ahmed Shaheed tente de le faire croire. Les individus dont les activités menacent la sécurité nationale ou entravent la sécurité nationale, comme les trafiquants de drogue, sont condamnés à la peine capitale. Par ailleurs, le rapporteur spécial de l'ONU aux droits de l'Homme a fait part de la baisse de la présence des femmes dans les universités et ce alors qu'il ne possède aucune information précise sur les chiffres et le nombre des femmes qui entrent dans les universités. A noter que plus de 60% des personnes qui poursuivent leurs études en Iran dans les universités sont des femmes.

........................................................

«L'examen de la substitution du rouble au dollar, dans les transactions bilatérales et multilatérales irano-russes, est l'un des objectifs prioritaires de la visite, en Russie, du groupe d'amitié  parlementaire de l'Iran», a déclaré un membre du groupe d'amitié parlementaire irano-russe. «Auparavant, le groupe d'amitié parlementaire russo-iranien s'était rendu, en Iran, tandis que, cette fois-ci, la visite de la délégation iranienne aura lieu, à l'invitation de la partie russe», a déclaré Hadi Qavami, en allusion à la visite imminente, en Russie, du groupe d'amitié parlementaire irano-russe, présidé par Ramezan Ali Sobhanifard. "L'un des sujets à traiter, lors de cette visite, sera la création de banques, sur les frontières iraniennes avec Oman, permettant la conversion des recettes pétrolières de l'Iran, en rouble et en rial, pour, ainsi, réduire, au minimum, les pressions des sanctions, notamment, sur l'importation des denrées alimentaires, et faciliter les conditions, pour les pays existant dans ce corridor", a-t-il affirmé.

........................................................

Arash une arme de précision de très grande qualité qu'il conviendrait peut-être mieux appeler " canon de sniper" , tant est grande sa force et large, sa précision. Les forces terrestres de l'armée iranienne ont réalisé de gros progrès dans le domaine de blindage, de véhicules de combat . Mais le fusil de précision est un autre domaine où les ingénieurs iraniens ne cessent d'innover. La semaine dernière, un autre fusil de précision, Arash a été dévoilé, cette fois par les techniciens de l'unité d'ingénierie des Pasdarans . C'est une arme de précision de 20mm , aussi performante qu'un canon ! C'est l'arme la plus redoutable que l'Iran ait conçue pour abattre les hélicoptères ennemis mais qui est dans le même temps à même de frapper les cibles terrestres , les cibles blindées et les tranchées. Les cibles placées de 2000 mètres à 2500 de distance sont facilement accessibles pour Arash qui est doté de caméra optique. Arash a une seule version étrangère, un fusil de précision sud-africain qui a des défauts, défauts corrigées dans le modèle iranien.

........................................................

Le commandant en chef adjoint de la base Qods, dans le Sud-Est de l'Iran, l'a annoncé: les hélicoptères de combat iraniens mènent, désormais, des vols de contrôle et de reconnaissance, dans la province de Sistan-Baloutchistan, à l'effet de traquer d'éventuelles infiltrations terroristes. "Les terroristes et les narcotrafiquants se sont infiltrés, à plusieurs reprises, ces derniers mois, via les frontières irano-pakistanaises ... La manière, dont nos forces s'affronteront, désormais, aux terroristes, a changé. Les terroristes ne cherchent plus la confrontation directe, mais ils veulent tendre des pièges, et c'est en fonction de ce changement, que la nature de nos opérations a, aussi, changé". "Les opérations de traque, de localisation et d'élimination des terroristes seront menées, régulièrement, par nos hélicoptères de combat".

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir