This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
samedi, 18 octobre 2014 09:44

L’Iran, au cours de la semaine passée (17)

Le ministre iranien des Affaires étrangères et la cheffe de la diplomatie de l'Union européenne se sont entretenus des divergences restantes entre l'Iran et les 5+1, à la représentation de l'Iran, à Vienne, avant le dîner de travail.

La rencontre tripartite a eu lieu, mardi, à 2 reprises, entre les vice-ministres iraniens des Affaires étrangères, Abbas Araqtchi et Madjid Takhteravantchi, la sous-secrétaire d'Etat aux Affaires politiques, Wendy Sherman, et Helga Schmid, l'adjointe de Catherine Ashton, la Cheffe de la diplomatie de l'UE. Le mardi à Vienne devant la presse, à la sortie de son entretien avec son homologue européenne, Catherine Ashton Mohammad-Javad Zarif a indiqué qu'Il y a de nombreuses divergences dans les négociations Iran/5+1, mais cela ne signifie pas que ces différends ne pourront pas être résolus. « Il est impératif de discuter de méthodes et mécanismes qui sont évoqués de manière sérieuse et avec une touche d'innovation, pour régler ces différends ; or ces discussions demandent du temps et ces solutions demandent plus de négociations, a réitéré le ministre. Mohammad-Javad Zarif a précisé que la RII a indiqué dès le début, qu'eu égard des grandes lignes de la politique de l'Ordre et des points de vue du Guide suprême, annonçant illicite toute sorte d'arme de destruction massive,  elle n'a pas besoin d'armes nucléaires ; sur cette base, on pressent que l'accès à un résultat tangible serait efficace. Le 8ème tour de négociations nucléaires entre l'Iran et les 5+1 aura lieu jeudi.

...........................................................

Le commandant en chef adjoint du Corps des Gardiens de la Révolution islamique, le général Salami a dénoncé le virage de 180 degrés des protecteurs classique de Daech et d'Al Qaida dans la région, "virage qui s'explique par la crainte de voir la zone d'influence iranienne s'amplifier". " La RI a pris aujourd'hui en otage la politique des Etats Unis dans la région. Cette prise d'otage s'explique par l'obligation dans laquelle se trouve les Etats Unis de s'attaquer , ne serait-ce en apparence Daech, et ce, en dépit de son soutien tacite à cette milice. le Américains n'ont pas pu réaliser leurs rêves en Syrie et ils ont été amenés à agir même dans le sens contraire de ce qu'ils avaient décidé au début. la défaite politique des Etats Unis dans la région est une conséquence directe des initiatives géostratégiques de l'Iran . ces initiatives, prises par le leadership iranien, ont bisé le consensus international contre l'Iran et ont ouvert la voie à ce que l'Iran marque des points en dépit de toutes les hostilités et adversités. « En réalité, l'Iran a réussi à repousser cas par cas les tactiques us, à défier les intérêts et les objectifs de l'Arrogance , à rendre passif l'ennemi à désamorcer les sanctions, à pousser l'ennemi dans un état de désœuvrement total »

...........................................................

Deux navires militaires russes ont accosté, dans le port iranien d'Anzali, "en signe d'amitié et de paix entre les pays du bassin de la Caspienne". "Il s'agit d'une seconde visite effectuée par la flotte maritime militaire russe, en Iran, en l'espace de quelques mois", a affirmé le consul de Russie, dans la ville iranienne de Racht, M. Maxim Baranov. "Cette flotte va quitter, mercredi, l'Iran, à destination de l'Azerbaïdjan", a -t-il ajouté. Les deux navires russes ont participé, il y a quelques jours, à des exercices maritimes communs avec la flotte Kazakh, avant de quitter le Kazakhstan, à destination du port d'Anzali, en Iran. Pour les observateurs politiques, les visites, désormais, successives, des navires de guerre russes, en Iran, marquent un tournant, dans les coopérations militaires des deux Etats. Au sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai, il y a quelques jours, à Astrakhan, la Russie et l'Iran ont réussi à faire voter, par les membres, un traité de non présence des forces militaires étrangères, dans les eaux de la Caspienne. Une grande avancée, pour les deux Etats, qui bloquent, de la sorte, la voie à une présence de l'OTAN, dans cette mer stratégique.

...........................................................

Le président de l'Organisation de recherche et d'autosuffisance de la force navale de l'armée iranienne a fait part de l'entrée de cette force, dans le domaine de la conception et de la construction des sous-marins et de la production massive des destroyers et frégates lance-missile. « En nous déployant sur les côtes du Sud-Est du pays, nous essaierons de donner de l'essor aux régions déshéritées », a-t-il affirmé. «Depuis 1982, jusqu'à 2012, nous avons réalisé plus de 500 projets. Actuellement, nous atteignons l'étape de la commercialisation de nos produits. Grâce aux forces locales, nous produisons, massivement, des destroyers et frégates lance-missile. Jusqu'à 2008, nos activités s'axaient, en grande partie, sur la fabrication des navires et des destroyers, mais, actuellement, ce savoir-faire est institué, tandis que nous sommes en train de construire des sous-marins de différents tonnages, léger, semi-lourd et lourd. La présence des forces militaires, dans les ports et sur les côtes, est nécessaire, pour assurer la sécurité et la prospérité économique», a souligné le contre-amiral.

...........................................................

La première usine iranienne de fabrication de batteries au lithium a été inaugurée, en présence du ministre de la Défense, Hossein Dehghan. La fourniture et le développement des ressources d'énergies renouvelables, pour subvenir aux besoins des forces armées, sont l'un des objectifs du ministère de la Défense. Cette batterie est utilisée, dans l'industrie militaire, concernant les équipements de télécommunication et électroniques, comme les sans fil, ainsi que dans l'industrie non militaire, comme les téléphones portables, les ordinateurs, les bicyclettes, les motocyclettes, les véhicules électriques, les systèmes générateurs d'électricité.

...........................................................

Les terroristes qaïdistes ont tué quatre militaires iraniens, au cours d'une attaque contre le poste frontalier de Saravan, sur le point zéro des frontières avec le Pakistan, avant de se replier au Pakistan. Téhéran a fermement réagi en critiquant le peu de cas fait par le gouvernement pakistanais auquel le Pakistan a répondu en justifiant que « la région frontalière entre l'Iran, l'Afghanistan et le Pakistan est la scène d'agissements indésirables des groupes armés, qui nécessitent, pour être maîtrisés, des coopérations entre les trois pays ». "Islamabad ne tolèrerait pas que les criminels qui posent des difficultés à l'Iran parviennent à trouver un refuge, sur le sol pakistanais", a rappelé le porte-parole du ministère pakistanais des Affaires étrangères.

...........................................................

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, pour le Département Arabe/Afrique, Hossein Amir-Abdolahian a dénoncé les déclarations anti-iraniennes du chef de la diplomatie saoudienne. « Les déclarations anti-iraniennes de Saoud al-Fayçal contredisent l'ambiance régnant sur les négociations diplomatiques des deux pays. », a-t-il rappelé conseillant à Riyad d'être vigilant envers les complots des ennemis de la région et veiller à ne pas perdre l'opportunité de jouer un rôle positif dans la région. Rappelant que l'Iran est le plus important pays dans la lutte contre le terrorisme, le vice-ministre iranien a réitéré : «  L'Iran aide, dans le cadre des droits internationaux, les peuples et gouvernement irakien et syrien ainsi que les autres pays de la région, pour lutter contre le terrorisme. » Fermant les yeux sur la présence des terroristes saoudiens en Syrie, le chef de la diplomatie saoudienne, Saoud al-Fayçal a prétendu, lundi, dans des déclarations anti-iraniennes, que l'Iran fait partie du « problème dans la crise syrienne » et qu' « il a des forces en Syrie ».

...........................................................

Le gouverneur de la Banque centrale de la République islamique d'Iran, Vaiollah Seif, a annoncé que, malgré les sanctions étrangères contre l'Iran, la croissance économique continue. Le gouverneur de la Banque centrale iranienne, qui a voyagé, à New York, pour y participer à la réunion commune de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, a ajouté que, pendant l'année en cours, l'Iran connaîtra, au moins, une croissance de 3%. Il a précisé que le programme économique du pays a été élaboré, en tenant compte du régime des sanctions étrangères, et qu'au cas de la levée des sanctions, l'Iran pourra atteindre une croissance, encore, plus élevée. Il a prévu, ensuite, que le taux de l'inflation, en 2016, serait un nombre d'un seul chiffre. Pendant son séjour de deux jours, à Washington, Valiollah Seif rencontrera les gouverneurs des banques centrales de plusieurs pays d'Europe et d'Asie.

...........................................................

«Les activés menées, dans la cité scientifique et de recherches d'Ispahan, méritent l'admiration» a déclaré le directeur du bureau de l'UNESCO, à Téhéran. Esther Laroche Creed, Directrice et représentante du bureau régional de l'UNESCO, en Iran, a visité la cité scientifique et de recherches d'Ispahan, a annoncé les relatons publiques de cette Cité. Elle a qualifié, également, de convenable, le développement des jardins publics et des centres de croissance de la science et de la technologie (IRIS), à Ispahan. Le document de la création du centre régional, pour le développement des jardins publics et les centres de croissance de la science et de la technologie, sous la supervision de l'UNESCO, a été signé, en 2010, à Paris, entre le ministère iranien des sciences, des recherches et de la technologie d'Iran et cette Organisation de l'ONU

...........................................................

La Conférence internationale du tourisme s'est tenue, à Téhéran, la capitale de la République islamique d'Iran. La Conférence internationale de l'ONU, pour favoriser le tourisme durable, a eu lieu à Téhéran, en présence du vice-Président iranien et Président de l'Organisation nationale pour le patrimoine culturel, l'artisanat et le tourisme, Massoud Soltanifar. Etaient présents à cette conférence, les représentants et les hauts experts du département pour les affaires économiques et sociales de l'ONU, ( UNDESA), ainsi que les représentants de 22 pays et des organisations, comme l'OCE, ( l'Organisation de la coopération économique ), l'OCI, ( l'Organisation de la coopération islamique) et du D8.

...........................................................

«L'Iran compte parmi les 8 pays, détenteurs de la nanotechnologie», c'est ce qu'a déclaré le vice-président iranien, pour la science et la technologie. «Sur ordre du président de la République, une somme considérable a été consacrée au secteur de l'économie de base scientifique. «Outre l'amélioration de la situation économique du pays, il y a cet espoir que le pays sorte de la stagnation et de l'inflation», a-t-il précisé.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir