This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
lundi, 29 septembre 2008 12:54

Pro 62

Le Chant du soleil vous invite à une expérience spirituelle hors du commun, à un voyage merveilleux qui vous introduira dans les arcanes des enseignements d'un poète visionnaire.

Nous allons donc ouvrir le livre majestueux, Le grand Masnavi qu'ait signé le poète des contes, Molana Jalal al-Din. Un recueil de contes, de paraboles et d'allégories qui permet à son auteur d'exprimer ses pensées les plus hautes à travers un langage accessible à tous. Dans quelle mesure, le saint Coran a influé sur l'œuvre et la pensée molaviennes ? Comment cette source intarissable que sont les enseignements des versets coraniques, a inspiré le grand poète-mystique ? C'est à ces questions que nous essaierons de répondre dans cette édition du Chant du soleil.
&&&&&&&&&&
La mythologie et la hagiographie représentent pour nombre de poètes persans une mine inépuisable de thèmes, de références, de sens et de pensées. Tantôt c'est la vie même d'un messager divin qui leur sert de thème axial, tantôt il s'agit d'une sentence d'un prophète, d'un épisode ou d'une anecdote de sa vie, auxquels le poète fait allusion pour transmettre une idée précise à son lecteur, tantôt il lui suffit tout simplement de mentionner uniquement le nom d'un messager pour faire toute une réminiscence. Une telle thématique se remarque surtout dans la poésie gnostique et la liturgie qui s'en servent largement pour véhiculer les concepts profonds de la gnose à leur lecteur. Le grand poète mystique persan, Molana Jalal al-Din n'en fait pas exception à la règle. Son Masnavi évoque par métaphores et allégories les enseignements édifiants divins sur le fonds de la pensée gnostique, ainsi que le respect profond de son auteur aux messagers de Dieu qui tous sont presque cités à travers ce monument de la littérature persane.
Molana Jalal al-Din manie avec brio figures, allégories et métaphores qu'il tisse dans la trame et la chaîne d'une rhétorique mélodieuse, où le poète va parfois si loin dans sa passion pour la musicalité du verbe qu'il dépouille les mots de tout leur sens pour n'en rester que des sons. Outre sa sublime musicalité, qui caractérise le verbe molavienne, dans le sens littéral du terme, Molana se distingue surtout parmi les Grands Classiques de la poésie persane par ses innovations.
L'œuvre molavienne dans son ensemble et le Masnavi en particulier, sont sous le signe du saint Coran ; et pour nombre de critiques, Molana a versé l'exégèse des parties du livre céleste dans la moule de la poésie. Le Coran est, pour reprendre l'expression du professeur Jalal Homaï, est « une source de vertus et de mansuétude dans laquelle s'est abreuvé Molana, c'est aussi un capital, le Verbe divin qui a aidé le poète à la rédaction de son Masnavi ». Pour le professeur Homaï, les thèmes éthiques et gnostiques que traitent Molana dans son majestueux livre, sont très profonds, et cela pour cette raison que la pensée de Molana repose sur le saint Coran, ses idées sublimes pivotent toujours autour de l'axe du Livre saint.
La préface du Premier livre du Masnavi confirme cette idée, là où il présente son ouvrage « une exégèse du Coran », rappelant qu'il a composé ses poèmes sous « l'influence magnétique » des versets coraniques.
&&&&&&&&&&
Molana relate, selon son propre style, les paraboles tirées du saint Coran. Il en raconte parfois un épisode, un événement ou une partie pour arriver ensuite à la morale du récit, qu'il considère comme la clé de voûte du récit, l'objectif principal du poème. Molana relate dans le moindre détail et avec une grande précision les différents épisodes du récit, ce qui le fait distinguer de ses autres collègues. Pour lui, une parabole du Livre saint divin n'est pas un simple récit qui se déroule une fois dans un temps et en un lieu précis. Il s'agit plutôt d'un événement intemporel qui se répète à l'infini chez tout un chacun. Une étude structurale du Masnavi montre comment les contes et les paraboles de cet ouvrage, notamment ceux, qui ont une thématique sociale, sont calqués sur un même modèle, qui a pour modèle-base, les récits coraniques. Les versets du Livre saint représentent dans le système de la pensée molavienne des modèles symboliques et dynamiques, et y jouent un rôle prépondérant et sérieux.
Les critiques littéraires ont répertorié, dans le Masnavi, quelque 1500 versets coraniques qui sont cités à la lettre par le poète ainsi que plus de 1500 autres qu'il a mentionnés par rapport aux différents thèmes. Molana manifestait un intérêt tout particulier à certains versets coraniques, les citant très subtilement à maintes reprises, de sorte que les mystiques les emploient comme des proverbes. A titre d'exemple, nous pouvons évoquer le verset 76 de la sainte sourate Al Anaam, qui dit de la bouche d'Abraham à l'adresse de ceux qui adorent les étoiles : « Je n'aime pas les couchants ».
&&&&&&&&&&
C'est tout pour aujourd'hui. Mais soyez encore nombreux à la prochaine édition du magazine « Le chant du soleil », où nous vous parlerons d'autres aspects de ce monument prestigieux de la poésie persane qu'est le Masnavi. Merci de votre fidélité.

Plus dans cette catégorie : « Programme 63 Pro 61 »

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir