This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
samedi, 06 février 2010 07:03

La Révolution islamique et les politiques ambivalentes de l'Occident concernant les Droits de l'Homme

L’Etat de droit et les lois civiques, aux Etats-Unis et en Europe, ayant été conçus, sur les bases de la démocratie et des Droits de l'Homme, les gouvernements, américain et européens, ont, en permanence, instrumentalisé le principe du respect de la démocratie et des Droits de l'Homme, dans l'arène de la politique étrangère. Les gouvernements occidentaux, notamment, l'administration américaine, respectent la démocratie et les Droits de l'Homme, aussi longtemps que ces deux principes se conforment à leurs intérêts, mais lorsque les peuples, aux quatre coins du monde, manifestent leur opposition aux politiques expansionnistes de ces gouvernements, ils ne lésinent sur aucun moyen pour les réprimer. Durant ces dernières décennies, les puissances occidentales ont, constamment, instrumentalisé la démocratie et les Droits de l'Homme. Force est de constater qu’un grand nombre d’être humains subissent, aujourd'hui, plus que jamais, la tyrannie d’oppresseurs. Auparavant, les gouvernements oppresseurs, qui devaient leur renommée aux crimes qu'ils commettaient, non seulement, ne camouflaient jamais leurs crimes, mais encore, s’en vantaient, pour créer un climat de terreur chez le peuple, méthode pour laquelle ils avaient opté, afin de consolider les bases de leur gouvernement et d’étendre leur pouvoir. Au 15ème siècle, de vastes développements politiques et sociaux sont survenus en Europe, évolutions connues sous le nom de « Renaissance », et qui ont mis fin à la souveraineté despotique de milliers d'années des maîtres des églises européennes. Avec l’avènement de la Renaissance européenne, cette nouvelle pensée s'est étendue en Europe. L'Europe a traversé de nombreuses épreuves et guerres, aboutissant à l'émergence de gouvernements qui sont encore au pouvoir. Les démocraties européennes se sont transformées en modèles pour d'autres pays du monde. Même si les Etats occidentaux ont réussi à déterminer un cadre pour former des gouvernements sur la base de la « vox populi », ils ont conservé un esprit de supériorité envers les peuples non-européens, notamment, les pays colonisés. _________________________________ Après la première et la seconde guerre mondiale, les idées indépendantistes ont, peu à peu, progressé, dans les pays colonisés par les pays européens, apparemment, « civilisés », ce qui a amené ces derniers à tout faire pour maintenir leur hégémonie. Dans ce droit fil, ils ont commis des crimes similaires aux exactions médiévales des églises. La France, la Belgique, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas ont massacré des centaines de milliers d'hommes épris de liberté, en Afrique, en Asie et en Amérique latine. De 1954 à 1962, année, lors de laquelle l'Algérie a proclamé son indépendance, la France a massacré un million d'hommes, de femmes et de jeunes dont le seul objectif était d’être libre. _________________________________ Même les Européens, qui ont émigré, aux Etats-Unis ont, toujours, gardé cette esprit de supériorité. C’est pour cela qu’ils ont procédé au massacre de centaines de milliers d’Indiens, dans les territoires septentrionaux des Etats-Unis. Après avoir massacré les Indiens, les Blancs européens ont fondé les Etats-Unis, en tant que superpuissance du monde, ces mêmes Blancs européens qui, après avoir commis d’innombrables crimes, s’estiment les défenseurs de la liberté et de la démocratie. N’oublions pas, par ailleurs, que l’establishment américain, comme les Etats européens, n’hésitent pas à se servir des grands idéaux que sont la philanthropie et la démocratie. Au nom de la liberté, les Etats-Unis ont bombardé le peuple japonais, à Hiroshima et à Nagasaki, massacré des centaines de milliers de Vietnamiens et apporté leur soutien total aux régimes dictatoriaux et despotes, parmi lesquels, le régime de Mohammad-Reza Pahlavi. Aujourd’hui, 31 ans après l’avènement de la Révolution iranienne, cette Révolution est, à présent, la plus populaire au monde. Le peuple iranien, en s’en remettant à Dieu Tout-puissant et aux directives de l’Imam Khomeyni _ que son âme repose au paradis_ s’est dressé devant le régime dictatorial du Chah, soutenu par les Etats-Unis qui se posent, toujours, en défenseurs des Droits de l’Homme, à travers le monde. En 1978, l'Iran a été secoué par un soulèvement populaire mené par diverses strates de la société. Les protestataires se sont insurgés contre le pouvoir corrompu du dictateur iranien, le Chah Mohammad-Reza Pahlavi. En janvier 1979, la révolte atteint son paroxysme. Le Chah et son épouse quittent l'Iran. Et l’architecte de la République islamique d’Iran regagne le pays, après 15 ans d’exil. Une révolution religieuse, mais aussi sociale et politique, est survenue en Iran, mettant au jour les innombrables cas de violations des Droits de l’Homme, en Iran, par les Etats-Unis et leurs alliés, et, plus particulièrement, la Grande Bretagne. _________________________________ La Révolution constitutionnelle de l'Iran contre le règne despotique du dernier Chah Qajar commença, en 1905, et dura, jusqu'en 1911. Elle eut pour conséquence la création d'un parlement en Iran. Le mouvement, cependant, ne se termina pas avec la révolution et fut suivi du Mouvement constitutionnaliste du Guilan. Des personnalités, comme Sardar Assad, Sattar Khan et Bagher Khan, de puissantes tribus, comme les Bakhtiaris, et des villes, comme Tabriz, jouèrent des rôles significatifs dans ce mouvement. La révolution constitutionnelle d'Iran fut le premier événement en son genre au Moyen-Orient. La révolution a ouvert la voie à des changements importants, en Perse, inaugurant, ainsi, l'ère moderne. La révolution créa de nouvelles opportunités et offrit un futur à l'Iran qui apparaissait sans frontières. Si la Révolution constitutionnelle avait pu, véritablement, donner ses fruits, la Grande-Bretagne n’aurait trouvé aucune occasion d’étendre sa main mise sur l’Iran. Mais, dès le début de la révolution, des mercenaires et des opportunistes, qui se posaient en révolutionnaires, ont abusé de ce mouvement et du soulèvement de 1905, qui a, en fin de compte, abouti à l’émergence de la dictature de Reza Khan Pahlavi. Le rapprochement de Reza Chah avec l'Allemagne nazie, qui était le premier partenaire commercial de l'Iran, en 1939, inquiéta les Anglais. Quand la guerre éclata, les Anglais demandèrent à Reza Shah d'expulser les citoyens allemands du pays, ce qu'il refusa ; et c’est ce qui poussa la Grande-Bretagne et l'Union Soviétique à envahir l'Iran, le 25 août 1941. Reza Chah est, alors, forcé d’abdiquer, en faveur de son fils Mohammad-Reza Pahlavi et est envoyé en exil par les Anglais. Dans une telle situation, les mouvements populaires, ayant pour mot d’ordre « la lutte contre le despotisme intérieur et l’hégémonie étrangère » se revivifièrent. Les nouveaux mouvements, pour obtenir l’indépendance du pays, commencèrent à donner leurs fruits. Le gouvernement nationaliste du Dr. Mohammad Mosadeq annonce la nationalisation de l’industrie pétrolière iranienne, décision qui coupait court au pillage du pétrole iranien par la Grande-Bretagne. Certes, elle ne resta pas les bras croisés et elle recourut à la Cour de Justice internationale de la Haye, pour faire obstacle à la nationalisation de l’industrie pétrolière de l’Iran, tentatives qui, bien entendu, furent vouées à l’échec. C’est alors que les Anglais décidèrent de renverser le gouvernement de Mossadeq. Le 19 août 1953, le Premier ministre iranien, Mohammad Mossadegh, âgé de 73 ans, est démis de ses fonctions, sous les pressions des Anglais. Ils lui reprochent, surtout, d'avoir nationalisé les gisements pétroliers de l'Iran. L'éviction de Mossadegh consacre l'échec de la première tentative d'un pays du Tiers-monde d’acquérir la maîtrise de ses richesses naturelles. L'événement a nourri de profonds ressentiments chez les Iraniens, jusqu'à la Révolution islamique de 1979. Pendant les 25 ans du règne de Mohammad-Reza Pahlavi, en Iran, les prisons n’ont jamais été aussi pleines de ceux qui étaient en quête de liberté et d’indépendance. Des milliers de révolutionnaires ont perdu la vie, sous les tortures infligées par les agents des services secrets de la Savak. Parallèlement, les Etats-Unis qui avaient pris la place de la Grande-Bretagne, en Iran, apportèrent leur soutien total aux crimes du régime dictatorial iranien. Mais ils ne purent empêcher la marche en avant des mouvements révolutionnaires iraniens. Finalement, la Révolution islamique d’Iran triompha, en février 1979, et mit fin au règne de 57 ans de la dynastie Pahlavi. La révolution iranienne est un point culminant, dans l’histoire iranienne, et a, certes, fait des Etats-Unis, un ennemi perpétuel de la nation iranienne. Pendant ces 31 dernières années, les Etats-Unis ont recouru à diverses méthodes pour contraindre le peuple iranien à plier l’échine devant eux. Ils ont, tout d’abord, tenté d’insécuriser les provinces frontalières, afin de déstabiliser le pays. Mais le défunt fondateur de la Révolution islamique, comme à l’accoutumée, a fait preuve de perspicacité devant les complots américains. Confronté à un grand échec, l’Amérique a, alors, tenté sa chance avec le groupuscule des Monafeghin, complot qui s’est, aussi, traduit par un échec. Contrairement à la Révolution constitutionnelle de 1905 et à l’affaire de la nationalisation, en 1953, de l’industrie du pétrole, les tentatives de l’Occident ont été, cette fois-ci, inefficaces. La guerre imposée par l’Irak à l’Iran et de nombreuses sanctions contre le pays, sans oublier les attentats contre les hauts responsables iraniens, n’ont abouti à rien. Aujourd’hui, le peuple iranien est déterminé à poursuivre sa marche en avant vers le progrès et l’épanouissement. Durant ces deux dernières décennies, l’Iran a franchi des pas de géant vers le développement économique et scientifique. Accéder à la technologie de l’enrichissement d’uranium destinée à la production d’électricité a été l’un des acquis spectaculaires de la RII, dans le domaine scientifique, même si les Etats-Unis ont procédé à un grand battage médiatique contre les activités pacifiques nucléaires iraniennes. Ce qui mérite réflexion, c'est que les Etats-Unis estiment les grands acquis scientifiques de la RII comme une menace pour la communauté internationale. En vérité, malgré les diverses sanctions d'ordre économique, technique et technologique, l'Iran se dirige vers les sommets du progrès, en mettant un terme à la suprématie des superpuissances, notamment, dans les domaines scientifiques et technologiques.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir