This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
samedi, 17 avril 2010 06:17

9ème partie

Aussi vieux que l’Histoire, l’art persan a vu le jour au berceau même de la civilisation, et l’architecture en est l’apport. Les Iraniens ont eu une large contribution dans l’épanouissement de l’art de l’architecture, remontant loin dans l’histoire. Quels sont les styles architecturaux, en Iran antique et Iran postislamique ? Où en est l’architecture moderne iranienne ? Quelles sont les caractéristiques des constructions en Iran ? Ce sont autant de questions, parmi tant d’autres, auxquelles nous essaierons de répondre, à travers les différents chapitres de la série de programmes Architecture persane. C’est donc à un voyage merveilleux que l’Architecture persane vous invite, un voyage, dans l’espace et le temps, pour comprendre comment l’architecture, selon Le Corbusier, est, à la fois, « l’art de bâtir » et « l’art typographique », mais aussi, un art de vivre. ______________________ Notre itinéraire nous a fait remonter les labyrinthes du temps pour nous mener aux périodes antéislamiques et nous avons dit qu’en substance, l’architecture sassanide se caractérisait par la construction de somptueux palais et de nombreux temples du feu. Les villes sassanides s’étaient développées suivant deux plans totalement différents : les villes rondes, que l’on dit orientales, comme Firuzabad, et les villes rectangulaires à quadrillage orthogonal, dites occidentales, comme Bishahpur. L’architecture sassanide a beaucoup contribué au développement de l’art de bâtir, et a influencé, non seulement, l’architecture de l’Islam, mais également, l’art chrétien. Son apport le plus marquant réside dans la construction d’une salle à coupole, sur plan carré, et de sa liaison avec l’iwan. L’emploi des arcs et des voûtes en berceau, typiques de l’époque parthe, se généralise. Mais, déjà, une ère nouvelle s’annonçait pour le monde, et la sainte religion de l’Islam venait de naître avec l’avènement de son prophète à la mission dont le Tout puissant l’avait chargée. L’ère d’une grande et brillante civilisation allait pointer à l’horizon de l’humanité. Nous ouvrons, donc, un nouveau chapitre de notre livre d’architecture persane et en guise d’introduction, nous vous proposons un peu d’histoire. ______________________ Avec l’avènement de l’Islam, la donne changea, aussi bien, sur l’échiquier politique, que sur la scène des arts. L’Islam et ses enseignements édifiants se répandirent, partout, dans la péninsule arabique, pour s’universaliser, ensuite, en dépassant les frontières de la péninsule, et se propager dans cette aire aussi vaste que l’on appelle, aujourd’hui, le monde de l’Islam. Ce fut, d’abord, en terre de Mésopotamie, que l’Islam pointa à l’horizon. De Koufa à Bassora, la population se convertissait, rapidement, à cette nouvelle religion qui insufflait une âme nouvelle dans le corps épuisé et exsangue de la société de l’époque. Après l’Irak, ce fut au tour de Cham – de nos jours la Syrie – et de l’Egypte, d’embrasser la sainte religion de l’Islam. Toutefois, la conquête de l’Iran ne fut pas aussi facile, puisque l’empire sassanide résista encore, quoique, déjà, sur la pente de la décadence. Mais le fossé entre les couches sociales était si profond que la dynastie sassanide ne put résister devant la vague inexorable de l’Islam et fut renversée, 22 ans après l’hégire. Avec les Omeyyades, les conquêtes se poursuivaient. Maintenant, les frontières du monde de l’Islam touchaient à l’Ouest, la péninsule ibérique et baignaient dans l’Atlantique, et à l’Est, elles étaient arrivées en Chine. Et ce fut juste à ce moment-là que l’art islamique, aussi, commença à conforter ses assises au sein de la civilisation. Mais les Califes omeyyades qui avaient dévié des enseignements authentiques de l’Islam, furent renversés et le pouvoir passa à la famille abbasside, qui, avec l’aide des Iraniens, monta sur le trône du pouvoir. La civilisation et la culture irano-islamiques virent le jour. Bagdad fut le berceau d’un mouvement scientifique et artistique grandiose qui s’épanouit au fil de temps, surtout, grâce à la contribution des Iraniens. De nombreux prestigieux ouvrages, pehlevi, indien, grec et syriaque furent traduits en arabe, tandis que les grandes madrasas étaient fondées, pour propager, notamment, ce mouvement scientifique et artistique. Les Iraniens, qui avaient embrassé, massivement, la sainte religion, s’inspirant des enseignements édifiants de l’Islam, jetèrent les bases de cet immense monument qu’on appelle la civilisation irano-islamique. Historiens et penseurs sont nombreux à voir dans l'Iran le berceau de l’art islamique, et des belles manifestations d’une civilisation brillante. Le philosophe et historien musulman du XIVe siècle, Ibn Khaldûn, constate cette réalité dans ses écrits : « C’est une réalité saillante que les savants et penseurs musulmans étaient dans leur quasi-majorité des Iraniens. C’étaient, surtout, les Iraniens qui ont su préserver la science des hadiths pour les Musulmans. Personne ne s’est entièrement adonné aux sciences, sauf les Iraniens, qui ont, ainsi, concrétisé cette parole du prophète de l’Islam : « Si la science est même accrochée à la Pléiade, des hommes de la contrée de la Perse l’obtiendront. » ______________________ Le rôle des Iraniens, dans l’épanouissement et la propagation de la civilisation islamique, demande une plus grande évaluation, un rôle qui pourrait être examiné à différents niveaux et sous divers aspects : dont la politique, la religion et la philosophie, la médecine et la pharmacie, le commerce et l’économie, l’art et la littérature. Or, rappelons que le thème phare de notre programme est l’architecture. Quelle sera donc l’influence de l’Islam sur l’architecture et dans quelle mesure la sainte religion sera la source de changements structuraux dans les constructions ? C’est de quoi nous vous parlerons, dans les prochaines éditions du magazine l’Architecture persane. Merci de votre fidélité.  
Plus dans cette catégorie : « 10ème partie 8ème partie »

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir