This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
jeudi, 19 mars 2015 09:16

L'ONU aurait consenti au meurtre des enfants de Gaza par Israël

L'ONU aurait consenti au meurtre des enfants de Gaza par Israël
IRIB- Le journal britannique, "The Guardian", a dévoilé des documents, qui....
prouvent que de hauts responsables, dans les bureaux de l'ONU, ont plié à des pressions exercées par Israël, pour revoir la décision, qui devait placer les unités militaires israéliennes, dans les listes des organisations impliquées dans d'odieux crimes contre les enfants.

Selon le journal britannique, les employés de l'ONU ont renoncé à présenter une recommandation, qui mettrait des unités de l'armée israélienne, dans ces listes, suite à des appels téléphoniques avec des hauts responsables israéliens, durant lesquels ils ont menacé les membres de l'ONU de dangereuses conséquences, si une réunion entre les agences de l'ONU et des ONG, à Jérusalem (Qods), dans le but de discuter de ce projet, avait lieu. Cette réunion a été annulée, quelques heures après l'appel.
 
Le journal a rapporté, selon une source spéciale de l'ONU, que "des hauts responsables de l'ONU ont renoncé au projet, à cause de pressions politiques", puis, il ajoute : "c'était en réponse à cela [l'appel téléphonique], puis, les responsables ont envoyé un message clair à Israël, lui assurant qu'il ne figurera pas sur la liste".
 
Plusieurs organisations luttent, pour inclure les unités de l'armée israélienne, dans ces listes, depuis la guerre contre Gaza, l'été dernier, qui avait causé la mort de 500 enfants et en avaient blessé 3.300 autres. Selon les mêmes sources, au sein de l'ONU, ces organisations ont manifesté leur colère, en apprenant les accords passés".
 
Toujours, selon "The Guardian", l'inclusion d'unités de l'armée de l'occupation, dans les listes des organisations ayant commis des crimes contre les enfants, aurait conduit l'armée israélienne à être dans la même liste, qui regroupe des organisations armées, comme l'Etat islamique Daesh, Boko Haram et le mouvement des Talibans.
 
Le journal a souligné que puisqu'aucune armée gouvernementale ne figure, dans la liste, cela aurait d'avantage marginalisé Israël, au sein des institutions internationales, et cela aurait impliqué que les Nation Unies lui impose des sanctions.
 
Le journal a, aussi, mentionné que, suite à l'annulation de la réunion par les employés de l'ONU, à Jérusalem (Qods), et le fait d'avoir renoncé à inclure l'armée de l'occupation Israélienne, dans la liste des organisations terroristes, l'ONU a délivré un message à Israël, se plaignant de l'intimidation exercée sur ses employés.
 
Le journal rapporte, aussi, que des appels téléphoniques ont eu lieu, le 12 février, avec John Konogue, le représentant de l'UNICEF, en Palestine et en Israël, plus précisément, la veille au soir de la réunion concernant les possibilités d'inclure l'armée israélienne, dans la liste des organisations terroristes. Cette dernière a rapporté avoir eu une conversation téléphonique avec un responsable du comité gouvernemental israélien, qui se charge de la coordination entre l'occupation et l'Autorité Palestinienne, ainsi qu'une autre conversation avec un responsable, au sein du ministère des Affaires étrangères israélien.
 
 Selon les sources du journal provenant des Nations Unies et des organisations gouvernementales, Konogue aurait préféré annuler la réunion, plutôt que d'en supporter les graves conséquences. Et c'est ce qui s'est produit. Un email a été envoyé, le lendemain au matin, pour excuser l'annulation de la réunion.  


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir