This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
lundi, 29 décembre 2014 05:44

Syrie/Irak : l'énigme de ces F-16 qu'abat Daesh.....

IRIB- Ce se serait, donc, produit, cette fois, en Irak! Après l'épisode ...
.. de l'abattage d'un F-16 jordanien, au-dessus de Raqqa, au centre de la Syrie, F-16, dont le pilote est détenu, en ce moment même, par les hordes takfiris, qui menacent de « le dépecer» , c'est, en Irak, et, plus précisément, à Zalouhiya, cette localité que les forces irakiennes viennent de ratisser, que Daesh a réussi un nouvel exploit, en tirant en direction d'un autre appareil de la coalition, et en en provoquant la chute ! Aucun analyste, digne de ce nom, ne pourrait laisser échapper ce second incident, en l'espace de moins d'une semaine, au regard de l'intense campagne médiatique, qui entoure, à l’heure qu’il est, la libération du jeune pilote du royaume hachémite. Pour le moment, le centrecom  de la coalition, en Irak, n'a pas réagi à cette information, jugeant, sans doute, bon de se la jouer opaque, une tactique,  qui, depuis le début des soi-disant frappes US/Alliés arabes contre les terroristes takfiris, en Irak et en Syrie,  s'est avérée bien payante, dans la mesure où elle prive "l'adversaire" de toute possibilité de prendre les initiatives qui s'imposent. Et, on s’en doute,  l'adversaire, dans toute cette histoire, est loin d'être ce que les apparences suggèrent, car qui croirait possible, un seul instant, que la milice daeshiste, visiblement, aux abois, à la fois, sur le front syrien et irakien, puisse abattre les F-16, sans le concours efficace et direct des systèmes de radars sophistiqués, des satellites, et, évidemment, des missiles anti-avion, que, seule, possède la coalition, qui prétend, et ce, de façon très maladroite, de la combattre ?! Vient à l'appui de cette question rhétorique, la panique et la confusion, dont est imprégné, depuis une semaine, le discours des médias atlantistes, autour du crash du chasseur jordanien : ainsi, a-t-on prétendu, d'abord, que Daesh en aurait provoqué le crash, avant que le Pentagone ne revienne sur cette version, prétendant que l'appareil s'est abîmé en mer, à la suite d'une avanie. Dans la foulée, la presse du royaume d'Abdellah II rapporte, quotidiennement, les dernières évolutions liées à cette affaire : décrié chez soi, pour avoir rejoint la coalition anti- Daesh, le Roi a commencé à lâcher du leste : il fait appel aux prisonniers takfiris,  pour qu'ils intercèdent, auprès de Daesh, et obtenir la libération du pilote ..... une dernière information, en provenance d'Amman, fait même état d'un dépassement du stade du dialogue, et d'un possible débarquement des forces spéciales joprdano-américaines, en Syrie, pour arracher le pilote des mains des daeshistes, qui promettent de "le manger tout cru" ! Mais quel objectif poursuit toute ce cirque ? Le scénario, qui vient de se jouer, sous nos yeux, est, d’ailleurs, complété par l’abattage d’un second F-16, en Irak :  Les Etats Unis d'Amérique cherchent, ni plus, ni moins, le " démontage" de la coalition, prétendument, anti-Daesh, pour passer à l'étape supérieure ! D’ores et déjà, huit députés jordaniens, cités par Al-Qods al-Arabi, réclament, dans une lettre, au Roi, le retrait de cette coalition, "qui a renforcé le terrorisme, plutôt que de l'affaiblir".  Et rien ne dit qu’après la Jordanie, les autres alliés arabes de Washington ne l’imitent pas.  Pour les stratèges de la CIA, le temps est jugé, désormais, propice, pour lancer une action militaire terrestre contre la Syrie, surtout, que la Russie semble avoir fait avancer l'argument d'une solution politique, en réussissant, là où les autres ont échoué, à savoir, en faisant se réunir autour de la même table , Assad et ses opposants pro-occidentaux... Après avoir, très sournoisement, favorisé l’afflux d’armes et de terroristes vers la Syrie, Abdellah II veut  conquérir Damas … Sur le papier, l’objectif lui apparaît, peut-être, bien accessible, mais c’est sans compter avec  les Russes et  leurs alliés de l’axe de la Résistance, qui, eux, ne resteront, sans doute, pas les bras croisés à regarder faire un roi, dont le trône est, depuis longtemps, chancelant …

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir