lundi, 24 septembre 2012 15:08

Le régime bahreïni change la structure identitaire du peuple

IRIB- Selon le journal américain, "Stratfor", le régime bahreïni, non seulement, poursuit ses actes de vandalisme et de répression contre le mouvement de contestation populaire, mais, en plus, il  mène une politique de naturalisation sauvage, en faveur de nouveaux groupes politiques venus de certaines régions arabes!

Les associations de l'opposition bahreïnie (Alwefaq, Waad, Altajamoa Alqawmi, Alwehdawi, Alekha'a) ont insisté sur la nécessité de préserver l'intérêt national, face à la pression politique, soulignant que l'intérêt du pays et l'intérêt du peuple de Bahreïn ne peuvent pas faire l'objet de calculs politiques étroits. Elles ont indiqué que  le fait d'avoir misé sur la nuisance de Bahreïn est un pari perdant, car, selon elle, le peuple de Bahreïn ne permettra à personne de jouer avec l'identité de Bahreïn, réputé pour sa gentillesse et sa solidarité entre ses composantes. De plus, l'opposition a indiqué, dans un communiqué, que "ces mesures prises par les  autorités bahreïnies, sont une réponse claire à la communauté internationale, qui a  examiné les dossiers de Bahreïn liés au droits de l'Homme, à Genève, il y a quelques jours, et qui avait noté que la souffrance de Bahreïn n'est pas seulement une dictature, une tyrannie et une confiscation des libertés, mais une autorité, qui persiste à saboter  la structure identitaire nationale de la société bahreïnie ! L'opposition a mis en garde contre les conséquences de la naturalisation politique : catastrophiques, pour la nation, et à tous les niveaux de la vie économique, sociale, politique et éducative...Et de noter que «ces naturalisations ne peuvent pas être accordées, sans l'acceptation populaire, sinon, ils sont un crime contre la nation et contre le peuple de Bahreïn, tant pour les Sunnites que pour le Chiites, un crime contre l'histoire et les générations».

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir