This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
dimanche, 09 août 2015 09:04

Zoom sur la presse iranienne (9 août)

Zoom sur la presse iranienne (9 août)
IRIB- Revue de presse


"Qods Online"

Accord nucléaire : guerre verbale entre Obama et le leader des Républicains, au Sénat

La querelle s’intensifie entre la Maison Blanche et les opposants aux accords nucléaires avec l’Iran. Cette fois-ci, une guerre verbale a éclaté entre le Président Obama et le leader des Républicains, au Sénat américain. Le Président Obama vient d’accuser, encore, une fois, les Républicains, qui s’opposent aux accords nucléaires avec l’Iran, d’avoir des engagements, purement, idéologiques, qui les empêchent d’accepter quelque accord que ce soit avec Téhéran. En réaction aux déclarations des Républicains, et même, des Démocrates, qui avaient protesté contre ses attaques verbales, le Président Obama a insisté pour dire que tout ce qu’il avait dit était la pure vérité. Les Républicains s’étaient opposés, surtout, aux propos du Président Obama, qui avait déclaré que la conclusion des accords avec Téhéran était l’unique moyen qui existait, pour empêcher la guerre. Mitch McConnell, leader de la majorité républicaine, au Sénat, a déclaré, pour sa part, que les déclarations du Président Obama relevaient d’une «grande erreur». «Il ne s’agit pas de choisir entre la guerre et la paix, mais, mais entre un bon et un mauvais accord», a prétendu le leader des Républicains, au Sénat. Or, le Président Obama accuse les Républicains de s’opposer à tout accord avec l’Iran, pour des raisons idéologiques. Le Congrès des Etats-Unis a annoncé qu’il va rejeter l’accord nucléaire avec l’Iran. Les membres du Congrès doivent voter, avant le 17 septembre, pour ou contre les accords, conclus entre l’Iran et les grandes puissances.


 

 "Afarinesh"

La Maison Blanche avoue l’échec du projet de la formation des opposants syriens

Jen Psaki, Porte-parole du gouvernement américain, a avoué que le projet du Pentagone, pour former les opposants syriens, s’est soldé par un échec total. D’après le site de la chaîne libanaise, "An-Naba", elle a déclaré que la moitié des individus, formés par les conseillers militaires américains, ont été portés disparus, tués ou arrêtés par les terroristes du Front Al-Nosra, avant qu’ils n’affrontent les membres du groupe terroriste de Daech. D’après la chaîne américaine, CBS, le Pentagone avait dépensé 42 millions de dollars, en deux mois, pour former près de 60 guerriers opposants au gouvernement syrien, tandis que les agences de renseignements américaines continuent leurs enquêtes, pour recruter près de 7.000 autres guerriers. Auparavant, les Etats-Unis avaient annoncé vouloir former, chaque année, près de 5.000 opposants syriens, dans les camps militaires turcs, qataris, jordaniens et saoudiens. A peine, deux semaines après l’envoi de ces guerriers soi-disant «modérés», en Syrie, le Front Al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaïda, a enlevé, au moins, 13 membres de ce groupe, formés par les Etats-Unis. Or, le Front Al-Nosra, que Washington considère, comme une organisation terroriste, s’était, déjà, battu, en Syrie, contre les groupes terroristes, soutenus par Washington. L’année dernière, Al-Nosra s'était battu contre le groupe terroriste du «Front révolutionnaire syrien», dirigé par Jamal Maarouf, qui était soutenu par la Maison Blanche.


  "Farhikhtegan"

Daech menace l’Arabie de multiplier ses attentats

Le vendredi 7 août, l’organisation terroriste de Daech a diffusé un message audio et une photo de l’attentat-suicide contre une mosquée, en Arabie saoudite, et a annoncé qu’elle poursuivra ses attentats contre l’Arabie saoudite, en raison de la coopération des dirigeants saoudiens avec la coalition anti-Daech, formée par les Etats-Unis. La photo, qui a été diffusée, sur une page Twitter, attribué à Daech, présente Abou Sanan al-Najdi, comme auteur de l’attentat-suicide contre une mosquée, dans la ville saoudienne d’Abha. Dans ce message audio, le porte-parole de Daech s’adresse aux dirigeants politiques et aux militaires saoudiens, et il a juré que l’Arabie saoudite «ne vivra plus en paix». Il a demandé aux membres de Daech de multiplier leurs opérations-suicides contre l’Arabie saoudite, en soulignant que les ceintures d’explosifs sont «plus efficaces que des armes à feu». L’attentat-suicide du jeudi 6 août contre une mosquée, à Abha, qui a tué, au moins, 17 personnes, était l’une des attaques les plus meurtrières contre les forces de sécurité saoudiennes; pendant ces dernières années. La plupart des victimes étaient membres des forces de sécurité et de la Garde royale. En mai dernier, Daech avait organisé; aussi; un attentat-suicide contre une mosquée chiite, dans l’Est du royaume saoudien, tuant 21 fidèles. Khalil al-Khalil, ancien membre du Conseil consultatif saoudien et expert de la lutte anti-terroriste, a déclaré, récemment, que 60% des jeunes saoudiens sont prêts à adhérer à Daech.


"Ressalat"

La résolution, qui doit identifier les auteurs d’attaques chimiques, en Syrie

Le Conseil de sécurité de l’ONU a voté, à l’unanimité, la résolution proposée par les Etats-Unis, sur l’usage de substances chimiques, en Syrie. Le texte demande la formation d’un groupe d’experts, pour identifier les auteurs des attaques aux substances chimiques, surtout, au chlore, en Syrie. Cette commission d’enquête aura le droit de se présenter, dans toutes les régions syriennes, pour collecter des informations et des interviews avec les témoins. Le Conseil de sécurité a mandaté cette commission d’enquête d’identifier, dans la mesure du possible, tous les individus, institutions, gouvernements ou groupes, qui seraient, d’une manière ou d’une autre, impliqués dans l’usage de substances chimiques, en Syrie. Cette résolution demande, aussi, au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, de coopérer avec l’Organisation de l’interdiction des armes chimiques, basée à La Haye, pour former cette commission d’enquête, qui devra remettre son rapport au Conseil de sécurité, 90 jours après sa formation. Après l’approbation de cette résolution, l’ambassadeur de Syrie, auprès de l’ONU, Bachar al-Jaafari, a déclaré que Damas a, déjà, remis au Conseil de sécurité, les informations concernant l’usage, par les groupes terroristes, de substances chimiques, en Syrie. Il a ajouté que les enquêtes à mener, dans le cadre de la résolution 2.235 du Conseil de sécurité, doivent être transparentes et impartiales.
 

 

Media

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir