This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
samedi, 08 août 2015 07:49

Zoom sur la presse iranienne (8 août)

Zoom sur la presse iranienne (8 août)
IRIB- Revue de presse


«Mardomsalari»

Zarif à Obama : "Abandonnez les habitudes des siècles passés"

Le Chef de la diplomatie iranienne, Mohammad-Javad Zarif, a réagi aux propos d’Obama, sur l’accord nucléaire, signé entre l’Iran et le groupe 5+1, à l’American University, à Washington. Mohammad-Javad Zarif a déclaré, que les déclarations du président des Etats-Unis, tenues, mercredi, à Washington, avaient pour but de calmer les opposants aux accords nucléaires avec l’Iran, à l’intérieur des Etats-Unis, surtout, les milieux pro-israéliens. En réaction aux propos du Président Barack Obama, le chef de la diplomatie iranienne a insisté sur plusieurs points :

1- La République islamique d’Iran n’a jamais voulu se doter de l’arme atomique, et n’a, nullement, l’intention d’avoir accès au nucléaire militaire, dans l’avenir. Par conséquent, les propos du Président Obama s'efforçant de suggérer que les accords nucléaires, conclus à Vienne, empêcheraient l’Iran de se doter de la bombe atomique, ne sont qu’une propagande, qui vise à calmer les opposants aux accords nucléaires avec l’Iran, à l’intérieur des Etats-Unis, surtout, les milieux pro-israéliens.
2- Les évolutions de ces dernières années ont montré que l’insécurité et les courants terroristes et extrémistes, au Moyen-Orient, trouvent leur origine, dans les politiques et les interventions irréfléchies et irresponsables des gouvernements des Etats-Unis et de leurs alliés, notamment, le régime sioniste. Ces politiques n’ont apporté que plus de guerres, de destructions et d’extrémisme, dans la région et dans le monde."Les autorités actuelles des Etats-Unis ont reconnu, à maintes reprises, les effets négatifs des interventions américaines, mais elles refusent, toujours, d’en assumer la responsabilité", a déclaré Mohammad-Javad Zarif, en réponse aux accusations non-fondées d'Obama contre l’Iran.

 

«Khorasan»

Moniz : l’opposition du Congrès à l’accord nucléaire isolera les Etats-Unis

"Un rejet de l’accord nucléaire iranien, par le Congrès, risque d’isoler les Etats-Unis. Si le Congrès met en cause cet accord, les débats qui en découleront, demain, ne seront pas intéressants", a averti le secrétaire américain à l’Energie, selon qui les Etats-Unis risqueraient de s’isoler par un tel rejet car, visiblement, il n’y aurait plus de deuxième dialogue.


«Diplomatie iranienne (Site)»

Un ministre israélien menace les savants iraniens d’assassinat

Le site de la Diplomatie iranienne se focalise sur les menaces voilées d’un ministre israélien contre des scientifiques iraniens. Le ministre israélien de la Guerre, Moshe Yaalon, a proféré, dans un entretien avec l’hebdomadaire allemand, "Der Spiegel", des menaces voilées, à l’encontre des spécialistes iraniens du nucléaire, disant «ne pas être responsable» de leur vie. Des propos, qui confirment, d’une part, le rôle des Sionistes, dans la liquidation des savants nucléaires iraniens, et, de l’autre, visent à saboter le vote du Congrès américain, pour l’accord nucléaire. Réagissant à ces propos, la presse israélienne les a qualifiés de menace voilée d’Israël contre des scientifiques iraniens. «D’une façon ou d’une autre, les ambitions nucléaires iraniennes doivent être stoppées. Nous aurons recours à toute option, notamment, militaire, pour les stopper. Nous préférons que ce soit fait par des accords ou des sanctions. Mais, au final, Israël ne peut pas tolérer un Iran nucléaire, et il doit être en mesure de se défendre», a déclaré le ministre israélien de la Guerre, dans un entretien, au "Spiegel", à paraître samedi, et dont des extraits ont été diffusés, vendredi. Ces déclarations interviennent, alors qu’au cours des dernières semaines, les hautes autorités israéliennes, dont et notamment, la personne de Benyamin Netanyahu, le Premier ministre, ont multiplié les positions contre le  Plan global d'action commune nucléaire, signé entre l’Iran et les 6, et tentent de convaincre les Congressistes américains de ne pas approuver l’accord.  


«Javan»

Le couteau de Daech coupe la main de Salman

Un attentat-suicide, sans précédent, de Daech fait 15 morts, en Arabie saoudite. Le groupe terroriste de Daech a frappé, de nouveau, l’Arabie, où un attentat-suicide a fait 15 morts, dans une mosquée du QG des forces spéciales, dans le Sud du Royaume. Il s’agit de l’une des attaques les plus meurtrières contre la police, depuis des années. Douze policiers figurent, en effet, parmi les 15 personnes tuées, dans cet attentat, commis à Abbha, Chef-lieu de la province d’Assir, proche de la frontière avec le Yémen, où l’Arabie saoudite dirige une campagne aérienne arabe contre les Yéménites. Ce n’est pas la première attaque de ce genre. Trois précédents attentats-suicides, menés en juillet et en mai, en Arabie saoudite, ont été revendiqués par Daech. Le 16 juillet, deux policiers ont été blessés, dans un attentat-suicide à la voiture piégée contre un point de contrôle, à Riyad. Et en mai, la province orientale de l'Arabie saoudite a été secouée par deux attentats-suicide, contre des mosquées chiites, ayant fait 25 morts. Mais il s’agit, cette fois-ci, d’une attaque contre une mosquée sunnite et contre la police et les forces de sécurité saoudiennes, ce qui suscite beaucoup d’interrogations autour des vrais motifs de ses auteurs. Pour les commentateurs, l’un des motifs, revient, peut-être, aux récentes évolutions de l’après l’accord nucléaire, signé entre l’Iran et les 5+1, qui a poussé l’Arabie à faire des pas, pour la lutte anti-Daech. Bien que Riyad soit un membre-clé de la coalition anti-Daech, depuis sa création, cependant, cette adhésion n’était qu’un slogan non tenu, jusqu’à présent.
 

 

 

 

 

Media

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir