This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
jeudi, 09 janvier 2014 09:49

Carotte british …. !! (Audio)

IRIB- L'avenant ex-ministre britannique des AE, Jack Staw, a atterri lundi en Iran,
à la tête d'une délégation parlementaire qui compte entre autre un expert de la défense et , un ex directeur de la chambre du commerce, un membre de campagne anti nucléaire, tous d'accords pour que l'Iran ait comme tout pays du monde le droit de maintenir et de développer son nucléaire civil. la visite retardée à plusieurs reprise  est censée en effet consacrer le dégèle des relations historiques Téhéran/ Londres, il est vrai, assez chaotiques  à l'époque d'Ahmadinedjad. De Straw, les Iraniens conservent un bon souvenir en qualité d'un diplomate intègre qui sait, chose bien rare sous les cieux de l'Occident,  comment  négocier, comment respecter et se faire respecter et surtout comment tenir les promesses . Le mémorable accord de Saadabad (Téhéran) dont se souvient encore avec délice les puissances occidentales et qui a permis en 2005 un arrêt de l'enrichissement de l'uranium iranien et un allègement des sanctions, date de son mandat à la tête de la diplomatie britannique. Son interlocuteur direct fut à l'époque, l'actuel président Hassan Rohani avec qui Staw entretient même une certaine amitié. Mais ce même Rohani se refuse aujourd'hui  à rencontrer le député  tout comme le président du parlement, Ali Larijani qui ne souhaite pas non plus se trouver en tête- à- tête avec une délégation qui porte cependant,  l'étiquette parlementaire.  Pourquoi ce refus? Aussi réconciliants, aussi judicieux que puissent paraitre les propos de M Straw,  lequel dit reconnaitre « le droit nucléaire iranien », » condamner le meurtre de scientifiques iraniens » , « souhaiter l'application large de l'accord de Genève », ils ne sauraient expliquer les "étranges acrobaties" dont fait preuve la politique de Londres envers Téhéran. L'encre de l'accord de Genève à peine séché, le successeur de Straw, William Hague a annoncé devant les caméras du monde entier,  voir en Iran " la plus grande menace à la stabilité du Moyen Orient"!  Depuis, Hague continue ses zigzags diplomatiques, s'opposant tantôt au durcissement des sanctions contre l'Iran tantôt à ce qu'elles soient levées voire même allégées !  En visite à Tel-Aviv, Hague vient d'ailleurs de cosigner un communiqué avec Liberman où il met l'accent sur " la volonté commune israélo britannique de maintenir le régime des sanctions anti iranien " tant que l'Iran ne se soumettra pas au bon vouloir de la "communauté internationale" qui, tout le monde le sait,  se résume en gros en trois membres permanents du Conseil de sécurité , USA/France/GB plus l'Allemagne!  Pour s’être rendu à plusieurs en Iran , Straw devrait savoir que Téhéran aime jouer franc jeu : des doubles standards , de deux poids deux mesures , les Iraniens en ont assez . et puis dans le contexte qui est aujourd’hui celui du Moyen Orient,  une reprise des liens avec l’Iran est la meilleur chose qui puisse arriver à l’Occident.  Et toute perte de temps ne ferait qu’amplifier la catasrophe : Avec tous nos  respects pour le personnage ,   disons le franchement : Straw  mérite mieux que de jouer le rôle d’une simple « carotte diplomatique » !

Media

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir