Imprimer cette page
jeudi, 05 juin 2014 08:54

Poutine chez le Président-Poire!!!

Poutine chez le Président-Poire!!!
IRIB- A quelques encablures de sa visite en France où il devra commémorer
aux côtés du président Hollande le 70ème anniversaire du "débarquement allié en Normandie", Poutine s'est adressé aux français le temps d’une  interview diffusée sur TF1 et Europe 1. C'est vrai que le nouveau "Hitler" ainsi que le qualifie Charles de Grande Bretagne a de quoi être intéressé par une France qui se partage littéralement en deux entre ceux des français qui voient en lui  un « espoir « pour mettre fin à l'ordre unipolaire , et ceux qui, au contraire, l'exècrent à titre d'un dictateur colonialiste, prompt à arracher des pans entiers des Etats souverains pour agrandir la taille de sa «  Russie ». Les journalistes qui l'interrogeaient ne l'ont d'ailleurs nullement ménagé,  eux qui l'ont traité de façon à peine voilée d'expansionniste , la Crimée oblige,  et de complice du «  bourreau Assad » . Pourquoi diable donc Poutine a-t-il choisi de se rendre à Paris alors que la Russie et l'Europe vivent l'un des pires moments de l'histoire de leurs liens réciproues ? Parce que le «  Kgbist » des années 80 sent venir le danger que Hollande et ses pairs européens  ne sentent visiblement pas : le Président russe a mis en garde l'Europe contre une « catastrophe sécuritaire » qui se prépare sous ses yeux et à laquelle elle prend paradoxalement part  comme si elle était engagée dans une dynamique suicidaire : ce danger  a pour nom  «  l'extension du terrorisme ». " Si on commet l’erreur  (d’agir à la légère), a dit Poutine, il se peut que la Syrie devienne le foyer incontrôlable des menaces terroristes contre l'Europe . Car les extrémistes  qui y sont actifs, ne tarderont pas à pendre le chemin de l'Europe" . Le chef du Kremlin a peur que la Syrie «  se désintègre », qu'elle endure « ce qu'a enduré le Soudan ». Il a peur que la situation syrienne soit un « remake de celle de l'Irak » ou que tout bonnement, un « nouvel Afghanistan » émerge en son lieu et place. C'est pourquoi Poutine, "l'anti démocrate",  souhaite que les institutions légales et étatiques en Syrie » restent en l'état et que l'humanitaire s'y améliore certes , à la lumière d'une bonne coopération avec l'Europe et l'Amérique , mais surtout loin de toutes visées qui en feriaent un prétexte pour une intervention militaire . Ce discours , Poutine l'a tenu à mainte reprise tout comme les autres officiels russes, ce qui n’enlève rien de sa valeur. Pourtant,  là n'est pas le tout du message qu'il compte envoyer à la France et aux français , en ces temps particulièrement pénibles. En choisissant de se rendre en France le jour où celle-ci fête naïvement « l’anniversaire de sa libération par les sauveurs américains », Poutine veut faire des couacs dans ce concert nauséabond que l’Europe joue depuis 70 ans à la gloire du "big Brother" :  Poutine entend mettre en garde Hollande contre sa politique extérieure « dévastatrice »  qui a fait de la France , une grossière satellite des Etats Unis : en Ukraine, le président  français se comporte  en béni oui-oui de Washington, en Syrie, elle fait encore pire, en cautionnant l’action des  terroristes qui se tournent à présent contre elle ! quant au dossier iranien,  la France hollandaise y perd presque tout, crédit, intérêts économiques ainsi que des  pans de sa souveraineté . Car ce qui se passe dans l'affaire dit «  BNP Paris Bas » est une attaque en règle  US contre la France souveraine. Qu'une banque aussi grande et ancienne que BNP soit amandée à hauteur de 10milliards de dollars , que son permis d'activité lui soit tiré sous le faux prétexte d'aider l'Iran à contourner les sanctions américaines, il y a là un grave « danger existentiel » qui menace la France et au delà l'Europe entière et c’est contre ce péril que Poutine met en garde. La France est punie pour avoir voulu , allié des Etats Unis qu’elle est en temps de guerre, l’être aussi en temps de paix . Que Total ou Renault expriment le désir d’investir sur le marché iranien à la lumière d’une timide levée des sanctions, que le secteur agricole français veuille remettre sur rails , son homologue iranien,  il existe là des « dérives » que Big Brother ne tolère pas… le "pseudo Frère ainé" veut le monde à lui  et ne laisser à ses acolytes que des miettes…. Poutine lui , rejette clairement un monde paraeil.. qu’en est-il de Hollande ?

Éléments similaires (par tag)

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir