This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
lundi, 27 juillet 2015 18:01

Iran: Fabius mérite-t-il le tapis rouge?! par Arash Karami

Iran: Fabius mérite-t-il le tapis rouge?! par Arash Karami
IRIB- Après un accord sur le nucléaire entre l’Iran
et cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies, plus l’Allemagne, qui devrait lever les sanctions, en échange d’une réduction du programme nucléaire de l’Iran, le commerce entre l’Iran et l’Europe devrait reprendre. L’accord sur le nucléaire iranien est une pilule dure à avaler, pour Fabius... Jusqu’au bout, il aura joué le rôle de l’agent du gouvernement israélien, en déployant tous les efforts possibles, pour faire capoter les négociations - Photo : AFP/ Carlos Barria. Le ministre de l’Economie de l’Allemagne, Sigmar Gabriel, a, déjà, visité Téhéran, et le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a annoncé qu’il s’y rendrait, la semaine prochaine. Bien que Fabius prétende que le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad-Javad Zarif, l’ait invité, certains, en Iran, ont réagi, de façon très sévère, à l’annonce de ce voyage. «La semaine prochaine, quand Fabius se rendra, à Téhéran, il arrivera, au moment de la semaine de la solidarité avec les victimes de l’hémophilie, qui est une initiative, en souvenir de nos compatriotes morts, à cause du sang infecté, qui a été importé, [dans] notre pays. Et le principal responsable en était Fabius», a déclaré, le 23 juillet, à l’agence de presse Fars, l’analyste iranien, Mojtaba Zolnour. Zolnour fait référence à un fait datant des années 1980, et que de nombreux médias occidentaux ignorent. En 1999, l’ancien Premier ministre Fabius et un ex-ministre ont été acquittés, alors qu’ils étaient accusés d’homicide involontaire, pour avoir retardé le contrôle du sang, destiné à traiter les patients atteints d’hémophilie. Le ministre de la Santé, Edmond Hervé, a été condamné, mais n’a jamais purgé de peine. Bien qu’une solution de dépistage sanguin, par une société américaine, était disponible, à l’époque, le gouvernement français a été accusé d’avoir attendu, au profit d’un concurrent français, pour effectuer les tests. L’affaire a éclaté, en 1991, lorsque le médecin et journaliste française, Anne-Marie Casteret, a accusé les trois en question d’avoir, en 1984 et 1985, fait distribuer, sciemment, du sang contaminé par le VIH. Selon le ministère de la Santé de l’Iran, environ, 300 Iraniens, ont été infectés par le sang contaminé. Malgré l’acquittement, qui a mis en colère les 4.000 victimes françaises, certains Iraniens n'ont pas oublié cette affaire. Zolnour a ajouté que le sang a été livré à l’Iran, à un moment où les Français soutenaient Saddam Hussein, dans la guerre entre l’Iran-Irak. Zolnour, cependant, dit qu’il n'est pas opposé au voyage de Fabius : « Les officiels doivent être conscients que l’ennemi est entré, dans le pays, et que l’intérêt, la dignité et la force du pays doivent être protégés, et il ne faut pas que cela nous énerve de voir un responsable occidental». Jahan News, en parlant de la ligne dure, adoptée par les Français, dans les négociations nucléaires, a écrit : «Laurent Fabius est un nom familier, pour les Iraniens. Cette familiarité est, non seulement, liée aux négociations des deux dernières années et aux bâtons, qu’il a mis dans les roues [des négociations], en servant les intérêts des Arabes et des Sionistes, dans ces pourparlers, mais cette familiarité remonte, aussi, au temps où il était Premier ministre». Jahan News expliqua, alors, le rôle de Fabius, dans le scandale du sang contaminé. Jahan News raconte que le premier enregistrement d’un malade atteint du sida, en Iran, suit de près la livraison du sang contaminé à l’Iran. L’article a, également, déploré que Fabius fasse sa visite, sans avoir jamais présenté d’excuses, pour le scandale, en notant que la France n’a pas offert un sou d’indemnisation à l’Iran. Selon Farsnews, l’Iran est le seul pays, qui n’a pas reçu de compensation de la France. Ali Saberi, un avocat des victimes, a déclaré à Mehrnews que le gouvernement iranien n’a jamais déposé de plainte. Les réseaux sociaux iraniens étaient moins indulgents. Beaucoup ont partagé une image en noir et blanc de Fabius, avec une cravate tachée de sang et une étiquette «Wanted», juste au-dessus de son nom. D’autres ont partagé une photo d’un Fabius souriant avec les mains tachées de sang.
* Arash Karami, journaliste à "Al-Monitor", suit la presse iranienne. Son compte Twitter :@thekarami

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir