mercredi, 15 août 2012 11:16

Les grandes entreprises fuient les banques européennes...

Les grandes entreprises fuient les banques européennes...
IRIB-La création de banques corporates se généralise, shell retire ses billes des banques européennes, ...

..mon chat passe sa patte par dessus son oreille... Un orage serait-il en train de chauffer ?

L'information est tombée le 06 Août 2012, dans "The Times". Shell est en train de retirer 15 milliards de dollars de liquidités des banques européennes pour les placer dans des banques américaines ou les investir en bons du Trésor américain. C'est le directeur financier de Shell, Simon Henry "himself" qui l'a annoncé.

Pour comprendre ce genre de décision, il faut savoir que depuis la faillite de Lehman Brothers en septembre 2008, toutes les grandes entreprises disposent de systèmes de gestion de leur risque de contrepartie bancaire, et que ces systèmes intègrent à la fois la valeur de cotation des CDS des différents organismes bancaires de la place et les notes que les principales agences de notation leur accordent. Tout cela sert un coefficient de risque et aussitôt que cette valeur dépasse un certain seuil déterminé par le trésorier ou le directeur financier de la société, il convient pour l'entreprise de s’éloigner le plus vite possible des banques concernées.

Si le cas de Shell n'est pas unique, la solution mise en place par de plus en plus d'entreprises européenne est quelque peu différente. Rappelez-vous, il y a presque un an, Siemens avait retiré 500 millions d’euros de la Société générale, afin de les placer, via sa banque corporate, auprès de la Banque centrale européenne (BCE). C'est ce principe de la banque corporate qui commence a avoir du succès. Tout le monde connait RCI Banque, la banque "maison" de Renault qui offre aujourd'hui aux particuliers la possibilité d'ouvrir des comptes épargnes. mais outre Siemens et Renault, il y aussi Daimler ou Volkswagen ou un certain nombre de grands groupes de distribution.

Récemment, c'est Le directeur financier d'EADS, Hans Peter Ring, qui a annoncé, juste avant de partir en retraite, que le groupe aéronautique envisage de se doter d'une licence bancaire. Il a indiqué très sérieusement se faire plus de soucis pour la solidité de certaines banques que pour les avions du groupe. Disposer de sa propre licence bancaire permettrait à EADS, qui est souvent mieux noté par les agences de notation que ses créanciers, de mieux protéger ses placements en liquidités, actuellement de 11 milliards de dollars.

Une licence bancaire en zone euro permet aussi à toutes ces sociétés de profiter des parachutages de milliards d'Euros qu'organise régulièrement Mario Draghi et ainsi de se refinancer à bon marché directement auprès de la Banque centrale européenne (BCE).

Tous ces mouvements de la part de grosses sociétés européennes préfigure-t-il un « bank run » ?

Mais non, voyons, puisque "jusque là, tout va bien..."

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir