This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
dimanche, 28 septembre 2014 07:49

P629, Al-Furqan (Le discernement), 41-44

Au nom de Dieu, le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux. Louange au prophète de la paix et de la clémence, le vénéré Mohammad, (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants).

Dans ce programme de la Voie de la lumière, nous vous présentons la lecture, la traduction et l'exégèse des versets 41 à 44 du chapitre XXV du noble Coran, la sainte sourate « Al-Forqan » (Le Discernement).

Dans ce programme de la Voie de la lumière, écoutons d'abord les versets 41 et 42 de la sainte sourate « Al-Forqan » (Le Discernement), puis nous vous en donnerons la traduction :

وَإِذَا رَ‌أَوْكَ إِن يَتَّخِذُونَكَ إِلَّا هُزُوًا أَهَـٰذَا الَّذِي بَعَثَ اللَّـهُ رَ‌سُولًا

Ô Prophète ! Et quand ils te voient, ils ne te prennent qu'en raillerie : "Est-ce là celui que Dieu a envoyé comme Messager ? (25:41)

إِن كَادَ لَيُضِلُّنَا عَنْ آلِهَتِنَا لَوْلَا أَن صَبَرْ‌نَا عَلَيْهَا ۚ وَسَوْفَ يَعْلَمُونَ حِينَ يَرَ‌وْنَ الْعَذَابَ مَنْ أَضَلُّ سَبِيلًا

Peu s'en est fallu qu'il ne nous égare de nos divinités, si ce n'était notre attachement patient à elles !". Cependant, ils sauront quand ils verront le châtiment, qui est le plus égaré en son chemin. (25:42)

Dans notre précédent programme, nous avons lu ensemble des versets de la sainte sourate « Al-Forqan » (Le Discernement) qui évoquaient les histoires des peuples d'antan, qui persistaient dans leur mécréance, qui étaient devenus ennemis de Dieu et de Ses messagers et qui avaient été tous châtiés par Dieu, les frappant de Sa colère et les anéantissant tous. Ainsi, ces versets rappelaient le sort du Pharaon et de ses hommes, l'histoire des peuples d'Aad et de Thamud et l'histoire des habitants corrompus de Sodome. Les versets 41 et 42 de la sainte sourate « Al-Forqan » (Le Discernement) décrivent le comportement des païens de la Mecque à l'époque du noble messager de Dieu, le vénéré Mohammad (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants).

Quand les païens rencontraient le messager de Dieu, ils se moquaient de lui en disant : « Regardez. Est-ce l'homme que Dieu a élu pour nous apporter Son message ? Ils disaient souvent que le but du grand messager de Dieu était de les égarer et de les empêcher d'adorer leurs fausses divinités et leurs idoles. Mais ils se disaient alors décidés de s'attacher avec obstination à leurs idoles afin que le prophète ne puisse pas les guider vers Dieu unique.

Les païens de la Mecque étaient des arrogants qui ne pouvaient pas croire que Dieu le Très-Haut puisse élire un orphelin pauvre pour les guider. Ils s'enorgueillissaient de leur richesse, de leur sang et de leurs idoles, et se disaient déterminés à s'égarer dans les croyances erronées de leurs ancêtres. Les versets 41 et 42 de la sourate XXV disent que les mécréants comprendront pourtant la vérité quand ils verront le châtiment et la colère divins les frapper. C'est là qu'ils comprendront que le messager et les fidèles avaient raison, et qu'eux, ils avaient eu tort.

Ecoutons maintenant le verset 43 de la sainte sourate « Al-Forqan » (Le Discernement) :

أَرَ‌أَيْتَ مَنِ اتَّخَذَ إِلَـٰهَهُ هَوَاهُ أَفَأَنتَ تَكُونُ عَلَيْهِ وَكِيلًا

Ô Prophète ! Ne vois-tu pas celui qui a fait de sa passion sa divinité ? Est-ce à toi d'être un garant pour lui ? (25:43)

Dans le verset 43, Dieu le Très-Haut s'adresse à Son noble messager, le vénéré Mohammad (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants) pour ne pas s'attrister pour les égarés qui s'attachent obstinément à leurs divinités en dehors du Dieu unique, Créateur de l'univers. Le verset dit que le messager n'a pas à se faire garant ou protecteur des mécréants, car ce sera vain et ces égarés ne se détourneront pas de leur perdition. Ce verset coranique nous apprend que la mécréance ne se fonde jamais sur la vérité, l'argument logique ou la raison. A l'origine du péché et de la désobéissance au Seigneur, il y a toujours l'orgueil, le caprice ou la corruption.

Voici enfin le verset 44 de la sourate XXV du noble Coran :

أَمْ تَحْسَبُ أَنَّ أَكْثَرَ‌هُمْ يَسْمَعُونَ أَوْ يَعْقِلُونَ ۚ إِنْ هُمْ إِلَّا كَالْأَنْعَامِ ۖ بَلْ هُمْ أَضَلُّ سَبِيلًا

Ou bien penses-tu que la plupart d'entre eux entendent ou comprennent ? Ils ne sont en vérité comparables qu'à des bestiaux. Ou plutôt, ils sont plus égarés encore du sentier. (25:44)

Dans ce verset, le saint Coran souligne que la plupart de ces égarés ne comprennent pas la vérité et qu'ils ne l'écoutent même pas quand on leur en parle. De ce point de vue, le Livre saint les compare aux bestiaux. Le verset souligne que ces égarés sont pires que les bestiaux, car l'animal est privé de la raison, tandis que les humains en sont dotés.

Chers auditeurs, ici s'achève la Voie de la lumière d'aujourd'hui. La prochaine fois, nous vous présenterons la lecture et l'exégèse d'autres versets du chapitre XXV du noble Coran, la sainte sourate « Al-Forqan » (Le Discernement). D'ici là, nous vous confions, toutes et tous, à la garde de Dieu.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir