This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
jeudi, 25 septembre 2014 07:13

P622, Al-Furqan (Le discernement), 4-9

Au nom de Dieu, le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux. Louange au prophète de la paix et de la clémence, le vénéré Mohammad, (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants).

Dans ce programme de la Voie de la lumière, nous vous présentons la lecture, la traduction et l'exégèse des versets 4 à 9 du chapitre XXV du noble Coran, la sainte sourate « Al-Forqan » (Le Discernement). Dans ce programme de la Voie de la lumière, écoutons d'abord le verset 4 de la sainte sourate « Al-Forqan » (Le Discernement), puis nous vous en donnerons la traduction :

وَقَالَ الَّذِينَ كَفَرُ‌وا إِنْ هَـٰذَا إِلَّا إِفْكٌ افْتَرَ‌اهُ وَأَعَانَهُ عَلَيْهِ قَوْمٌ آخَرُ‌ونَ ۖ فَقَدْ جَاءُوا ظُلْمًا وَزُورً‌ا

Les mécréants disent : "Tout ceci n'est qu'un mensonge que Mohammad a inventé, et où d'autres gens l'ont aidé". Or, ils commettent là une injustice et un mensonge. (25:4)

Tout au long de l'histoire de l'humanité, les mécréants ont toujours essayé de justifier leur inimitié envers la religion et la foi religieuse, en proférant injustement des accusations et des diffamations aux messagers divins pour mettre en doute leur mission prophétique et leur personnalité.

Les mécréants accusaient surtout les messagers d'être menteurs ; ils prétendaient  que le message transmis par les prophètes de la part de leur Créateur  aux hommes, n'était qu'un mensonge qu'ils avaient inventé eux-mêmes.

Ils disaient aussi que les messagers de Dieu étaient entourés des gens qui se servaient de la foi et de la religion pour arriver à leurs buts. Mais le verset 4 de la sainte sourate « Al-Forqan » (Le Discernement) dit que ces mensonges ne sont que des accusations injustes et sans fondement. Car en réalité, c'est Dieu le Très-Haut qui révèle Son message à Ses élus. Ces prophètes étaient tous les meilleurs serviteurs du Seigneur et ils n'avaient d'autre mission que de transmettre le message divin aux humains. Les mécréants n'avaient aucun argument logique pour rejeter l'appel des messagers, ils essayaient donc de détériorer leur image afin de mettre en doute la valeur du message  qu'ils portaient aux gens.

Ce verset nous apprend que le mensonge, le mépris et la raillerie étaient les armes des mécréants contre le noble messager de Dieu, le vénéré Mohammad (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants) et contre tous les autres prophètes.

Ecoutons maintenant les versets 5 et 6 de la sainte sourate « Al-Forqan » (Le Discernement) :

وَقَالُوا أَسَاطِيرُ‌ الْأَوَّلِينَ اكْتَتَبَهَا فَهِيَ تُمْلَىٰ عَلَيْهِ بُكْرَ‌ةً وَأَصِيلًا 

Et les mécréants disent : "Ce sont des contes d'anciens qu'il se fait écrire ! On les lui dicte matin et soir ! " (25:5)

قُلْ أَنزَلَهُ الَّذِي يَعْلَمُ السِّرَّ‌ فِي السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْ‌ضِ ۚ إِنَّهُ كَانَ غَفُورً‌ا رَّ‌حِيمًا

Ô Prophète ! Dis : "L'a fait descendre Celui qui connaît les secrets dans les cieux et la terre. Et IL est Pardonneur et Miséricordieux. (25:6)

Les mécréants qui accusaient le messager et qui rejetaient la parole divine, n'avaient pourtant aucun argument logique pour ce refus. Ils disaient tantôt que les récits relatés dans le Livre saint n'étaient qu'une copie des histoires anciennes et ils prétendaient tantôt qu'ils y avaient d'autres personnes qui dictaient ces récits au messager de Dieu, le vénéré Mohammad (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants). Leur but était surtout de suggérer que le messager de Dieu n'était pas chargé à la mission prophétique par le Seigneur. En outre, ils voulaient suggérer que le vénéré messager de Dieu qui ne savait pas lire et écrire, était, par contre, une personne lettrée qui copiait les livres anciens, pour prétendre que Dieu les aurait révélées.

Or, à cette époque-là, le nombre des gens lettrés à la Mecque était très restreint, et tout le monde savait que le noble messager de Dieu, le vénéré Mohammad (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants) ne savait ni lire ni écrire. En outre, le messager de Dieu n'avait aucun apport avec les Juifs de Médine ou les autres communautés de gens de Livre pour qu'il puisse leur apprendre des choses sur Dieu et sur la religion.

Il faut souligner ici que les récits de prophètes et de peuples anciens ne constituent qu'une petite partie du Livre saint des Musulman. La majeure partie du saint Coran porte sur la théologie, l'éthique ou la pratique de la religion. De ce point de vue, il n'existait à l'époque aucun modèle pour que le messager de Dieu puisse s'en inspirer pour « rédiger » le Coran, comme le prétendaient les mécréants de la Mecque.

Les versets 5 et 6 de la sainte sourate « Al-Forqan » (Le Discernement) soulignent que les versets du Coran n'ont rien d'humain et qu'ils proviennent de la source de la sagesse divine. Ils dévoilent les secrets de la terre et du ciel qu'aucun humain ne peut connaître. Ces versets disent enfin qu'au lieu de s'obstiner dans son égarement, le pécheur doit se repentir, car Dieu est Miséricordieux et Pardonneur.

Ecoutons maintenant les versets 7 à 9 de la sourate XXV du noble Coran :

وَقَالُوا مَالِ هَـٰذَا الرَّ‌سُولِ يَأْكُلُ الطَّعَامَ وَيَمْشِي فِي الْأَسْوَاقِ ۙ لَوْلَا أُنزِلَ إِلَيْهِ مَلَكٌ فَيَكُونَ مَعَهُ نَذِيرً‌ا

Et les mécréants disent : "Qu'est-ce donc que ce Messager qui mange de la nourriture et circule dans les marchés ? Que n'a-t-on fait descendre vers lui un Ange qui eût été avertisseur en sa compagnie ? (25:7)

أَوْ يُلْقَىٰ إِلَيْهِ كَنزٌ أَوْ تَكُونُ لَهُ جَنَّةٌ يَأْكُلُ مِنْهَا ۚ وَقَالَ الظَّالِمُونَ إِن تَتَّبِعُونَ إِلَّا رَ‌جُلًا مَّسْحُورً‌ا

Ou que ne lui a-t-on lancé un trésor ? Ou que n'a-t-il un jardin à lui, dont il pourrait manger les fruits ?" Les injustes disent : "Vous ne suivez qu'un homme ensorcelé". (25:8)

انظُرْ‌ كَيْفَ ضَرَ‌بُوا لَكَ الْأَمْثَالَ فَضَلُّوا فَلَا يَسْتَطِيعُونَ سَبِيلًا

Vois à quoi ils te comparent ! Ils se sont égarés. Ils ne pourront trouver aucun chemin. (25:9)

Les mécréants disaient pourquoi Dieu aurait-il élu un homme semblable aux autres pour transmettre Son message aux humains ? Le vénéré Mohammad était certes un humain semblable aux autres. C'est, en fait, une tradition divine d'après laquelle le message de Dieu est transmis aux humains, par un humain pareil à eux. Les mécréants disaient, par contre, qu'un messager de Dieu devrait être un surhomme ou un ange, ou encore une personne très riche, accompagné à tout instant par des anges, afin que les gens l'écoutent et le croient.

D'autres étaient encore plus injustes et accusaient le noble messager de Dieu, le vénéré Mohammad (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants) d'être ensorcelé pour suggérer que ce qu'il disait n'était pas des messages de Dieu le Très-Haut, mais des délires.

Chers auditeurs, ici s'achève la Voie de la lumière d'aujourd'hui. La prochaine fois, nous vous présenterons la lecture et l'exégèse d'autres versets du chapitre XXV

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir