This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
jeudi, 25 septembre 2014 06:54

Ne confondons pas l’humanisme et les enseignements du Coran

IRIB- Sedigh Hossein Farkhari, étudiant de l'université Jame'at-ol-Mostafa (AS), dans sa thèse de doctorat sur la comparaison des commentaires coraniques et l'humanisme, a déclaré que le Coran ne devait pas être assimilé aux théories de l'humanisme.

Dans la vision humaniste, l'accent est mis sur les désirs. L'être humain est un être indépendant qui ne doit répondre de ses actes à personne. C'est lui qui décide de ce qui est bien ou mal. Il jouit d'une liberté sans limite dans tous les domaines», a-t-il dit.

« Certains ont pensé, a-t-il indiqué, que la vision de l'être humain dans le coran, pouvait avoir des points communs avec l'humanisme alors que dans l'islam, l'origine, le centre et l'objectif sont Dieu qui est aussi le présentateur du bien et du mal.»

Sedigh Hossein Farkhari  a souligné : « L'objectif de cette recherche est une présentation scientifique de l'humanisme en tant que base de nombreux courants philosophiques occidentaux, une comparaison avec la vision coranique sur le salut de l'être humain et la présentation des idées coraniques sur la connaissance de l'être humain et les sciences humaines ».

«Un autre objectif de cette recherche est de prouver la supériorité du Coran dans ces domaines, de trouver les points communs, de répondre aux questions sur la vision coranique et de montrer la supériorité de l'islam sur les autres religions », a-t-il ajouté.

Il a encore dit : «L'origine des divergences entre les religions et les courants philosophiques vient d'une mauvaise définition de la place de Dieu dans le système de pensée. La grandeur de l'être humain et la supériorité de la raison sont des points convergents entre l'islam et l'humanisme mais il faut savoir que l'être humain n'est pas le centre du monde contrairement à la volonté divine.»

«Dans l'humanisme, l'être humain est abandonné à lui-même et rejette les enseignements religieux qui ne lui conviennent pas.  Dans l'islam, l'être humain qui n'est pas infaillible, doit se plier aux ordres divins et n'a pas le droit de disposer comme il le désire de la terre et de ses ressources. Dieu qui est le créateur de toute chose, en est le propriétaire, l'être humain peut profiter de la création dans des limites fixées, mais doit éviter les dangers et la corruption » a-t-il précisé.

L'étudiant de l'université Jame'at-ol-Mostafa (AS) a ajouté : «Dans l'humanisme, la science confère à l'être humain le pouvoir de dominer le monde. Par contre la science en islam, est un moyen pour la connaissance et la connaissance de Dieu. Le principal point de désaccord entre l'islam et l'humanisme, est la vision du monde : l'humanisme est fondé sur un matérialisme qui rejette ou ignore le monde invisible et métaphysique qui est en islam la base de la foi. L'islam ne dit pas que la science est la seule voie pour accéder au bonheur. L'islam accorde une grande importance à la liberté même dans l'acceptation de la religion, mais considère qu'une grande partie des connaissances humaines provient de la révélation qui est aussi appelée parfois « seconde raison » et qui protège l'être humain des erreurs. »

«  La grandeur de l'être humain en islam est définie dans son origine et sa destination. Si l'humanisme peut être considéré comme une réaction aux exagérations de l'église au Moyen âge, aucune religion n'accepte pour autant l'irresponsabilité devant Dieu, les autres êtres humains et la création. La destruction de l'environnement pour plus de profits, la violence dans le monde et les inégalités sont le résultat d'un manque de connaissance des droits et des devoirs. L'islam estime l'être humain en fonction de ses valeurs humaines et de ses capacités, mais l'être humain n'est pas « le créateur des valeurs », même s'il est libre et jouit d'un libre arbitre. En islam, tout ce qui existe vient de Dieu et retourne à Dieu », a-t-il dit.

iqna.ir

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir