This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
dimanche, 30 mars 2014 12:40

Le facteur Dahlan, par Joseph Massad

IRIB-La résurrection récente de Mohammad Dahlan
par plusieurs gouvernements arabes, Israël et les Etats-Unis est un développement très important pour l'avenir de la cause palestinienne, les négociations entre l'Autorité palestinienne (AP) et Israël et Gaza gouverné par le Hamas. Dahlan est considéré par de nombreux Palestiniens comme le responsable le plus corrompu de l'histoire du mouvement national palestinien (et les prétendants à ce titre ne manquent pas).

Le facteur Dahlan

Mohammad Dahlan, au centre, entouré par l'ex-Premier ministre du gouvernement sioniste Ehud Olmert (à g.) et l'ex-ministre de la "Défense" Shaul Mofaz
Dahlan, faut-il le rappeler, fut l'homme de l'AP en charge de Gaza après la signature des Accords d'Oslo, où il commandait à 20.000 agents palestiniens de sécurité qui relevaient de la CIA et du renseignement israélien. Ses forces ont torturé des membres du Hamas dans les geôles de l'AP tout au long des années 1990.

Sa corruption, à l'époque, était telle qu'il aurait détourné plus de 40 pour cent des impôts prélevés aux Palestiniens pour son compte personnel dans ce qu'on a appelé le Scandale de Karni Crossing en 1997.

Dahlan, qui a été accusé à maintes reprises tant par le Hamas que par le Fatah d'être un agent du renseignement étasunien, israélien, égyptien et jordanien, a tenté de fomenter à Gaza un coup d'Etat organisé par les Etats-Unis contre le gouvernement Hamas démocratiquement élu en 2007, tentative qui s'est retournée contre lui et qui s'est terminée par son expulsion de la Bande (j'avais mis en garde contre ce coup d'Etat plusieurs mois avant qu'il ne se produise).

Un coup d'Etat simultané conduit par Abbas et ses forces de sécurité soutenues par Israël et les Etats-Unis en Cisjordanie a réussi à déloger le Hamas élu du pouvoir. Dahlan s'est replié dans ce bastion du pouvoir US et israélien, à savoir la Cisjordanie sous contrôle de l'AP, où il a commencé à tramer de nouveaux complots avec ses nombreux patrons pour saper non seulement le Hamas mais aussi Abbas, dont il enviait et convoitait le poste.

Les Américains et l'Union européenne (cette dernière sur ordre des Etats-Unis) ont commencé ensuite à faire pression sur Abbas pour qu'il prenne Dahlan comme adjoint, montrant clairement qu'ils aimeraient le voir succéder à Abbas. Abbas a résisté à la pression et a refusé.

Entretemps, Dahlan a été accusé par le Hamas et par l'AP d'ourdir des tentatives d'assassinat contre plusieurs responsables palestiniens, dont le Premier ministre Hamas Ismail Haniyeh et des ministres Fatah à l'AP. Des accusations qu'il a constamment réfutées. Sa participation dans l'assassinat par le Mossad d'un responsable Hamas à Dubai en 2010 [Mahmoud Abdel Raouf al-Mabhouh, ndt] impliquait que deux hommes appartenant à ses escadrons de la mort (arrêtés plus tard par les autorités de Dubai) ont aidé à l'opération, une accusation qu'il a également niée. Sa fortune personnelle fut prudemment estimée par un groupe d'expert israélien en 2005 à 120 millions de dollars.

Photo
La somptueuse demeure de Dahlan à Ramallah, dans le quartier chic de Maysoon


Lorsque les intrigues de Dahlan sont devenues trop évidentes pour être ignorées, Abbas l'a dépouillé du pouvoir et l'a chassé hors de la Zone verte de Ramallah en 2010. Il a déménagé dans l'Egypte de Moubarak et plus tard, après l'éviction de ce dernier, à Dubai (et à l'occasion en Europe) où il est resté jusqu'à sa résurrection récente par les héritiers de Moubarak qui siègent maintenant sur le trône de l'Egypte.

L'homme de tous les patrons

Le pouvoir de Dahlan réside dans son aptitude à servir les plans de plusieurs clients. Pour les Israéliens, c'est un homme assoiffé de pouvoir impitoyable et corrompu qui se soumettrait à toutes leurs demandes docilement s'il accédait au pouvoir à Gaza et en Cisjordanie . Les Américains et les Israéliens voient en lui un homme tout-à-fait disposé à signer, sans hésitation, un accord sous parrainage US avec Netanyahu.

Pour les Egyptiens et les monarchies du Golfe (on dit qu'il est en affaires avec un dirigeant du Golfe), il s'occupera de leurs intérêts et obéira à leurs ordres en éliminant toute résistance à une capitulation palestinienne finale à Israël imposée par les Etats-Unis et en supprimant le Hamas une fois pour toutes.

Pour les putschistes égyptiens, dont le coup d'Etat est la reproduction de celui de Dahlan à Gaza en 2007, à part qu'ils ont réussi, il les débarrassera du Hamas, qu'ils considèrent comme une extension du pouvoir des Frères musulmans, et il rendra leurs relations avec Israël encore plus étroites qu'elles ne le sont déjà. Le rôle le plus important de Dahlan, toutefois, est celui pour lequel les Américains ont besoin de lui, à savoir remplacer Abbas si ce dernier ne signe pas la reddition finale que Barack Obama et John Kerry ont concoctée sur ordre de Netanyahu au cours de ces derniers mois.

Exactement comme George Bush Jr et Bill Clinton ont mis fin aux services d'Arafat après que ce dernier se soit révélé incapable de signer la capitulation palestinienne finale exigée de lui à Camp David à l'été 2000 (une incapacité qui lui a certainement coûté la vie par Abbas ou Dahlan - ça dépend avec lequel des deux vous discutez - agissant sur ordre des Israéliens, et très vraisemblablement des Américains), Obama mettra fin aux services d'Abbas s'il ne signe pas la reddition commanditée par les Etats-Unis. Et même si Abbas signe un tel accord, dans la mesure où il approche de son 80ème anniversaire, Dahlan sera nécessaire, et prêt à prendre la relève après sa mort.

C'est dans ce contexte que de hauts gradés de l'armée égyptienne ont récemment visité Israël pendant toute une semaine tandis que la chaîne de télévision privée égyptienne Dream (appartenant à Ahmad Bahgat, un homme d'affaires allié de Moubarak) a diffusé un entretien avec Dahlan dans lequel il a attaqué Abbas, dans une nouvelle tentative de le délégitimer.

Dahlan s'est vu offrir le soutien de l'homme d'affaire égyptien de droite Naguib Sawiris (tristement célèbre pour avoir couper les lignes des téléphones cellulaires pendant le soulèvement égyptien en janvier 2011 sur ordre de l'appareil sécuritaire de Moubarak), qui a chanté les louanges de Dahlan (ainsi que ceux de Mohammad Rashid, alias Khaled Salam, ancien assistant d'Arafat et lui aussi fugitif et soupçonné de corruption et de détournement de fonds) comme l'un des hommes d'affaires les plus honnêtes avec lequel il a jamais travaillé et il a ensuite traité Abbas de "menteur".

En effet Sawiris, qui a eu auparavant des investissements en Israël, est allé jusqu'à affirmer que si la Palestine avait eu "trois hommes" comme Dahlan, "elle serait maintenant libérée."

Pendant ce temps, après des mois de fermeture des frontières avec Gaza et de harcèlement des Palestiniens en Egypte par les héritiers de Moubarak, la fille du défunt leader égyptien Gamal Abdel Nasser, Huda, a, comme ses autres frères et sœurs, rendu un hommage public abject au leader du coup d'Etat, publié une lettre au Premier ministre Hamas Ismail Haniyeh, l'accusant lui et le Hamas de terrorisme visant les soldats égyptiens dans le Sinaï.

En outre, la Syrie n'étant plus un refuge pour les dirigeants du Hamas en exil, les Saoudiens et les Emirats arabes unis resserrent leur poigne sur le Qatar, la nouvelle base pour la direction Hamas en exil et sponsor des Frères musulmans. Ils espèrent aussi que certaines des concessions que l'Iran consentirait dans le cadre de son nouveau modus vivendi avec les Etats-Unis comprendraient l'abandon du soutien au Hamas.

Le plan de prise de contrôle

Alors qu'un tribunal égyptien a récemment rejoint Israël et les Etats-Unis pour bannir le Hamas du pays et pour le considérer comme une organisation terroriste, et tandis que les Israéliens ont menacé ouvertement cette semaine qu'une invasion de Gaza serait nécessaire, le plan de prise de contrôle par Dahlan avance lentement mais sûrement et est considéré comme une telle menace qu'Abbas a envoyé ses partisans et ses petits copains dans les rues de Ramallah pour prouver aux Américains et aux Israéliens qu'il jouit toujours d'un large soutien en Cisjordanie .

La compétition entre Abbas et Dahlan est essentiellement une lutte dans laquelle chacun veut montrer qu'il peut être plus servile aux intérêts israéliens, américains, égyptiens et du Golfe, tout en maintenant sa légitimité et son contrôle total sur la population palestinienne.

Les détails du complot ne sont pas clairs. Ils pourraient comprendre l'invasion de Gaza depuis l'Egypte et Israël (et les responsables égyptiens ont déjà menacé de lancer une telle invasion il y a quelques semaines), une sorte de coup d'Etat en Cisjordanie , et même les assassinats de Haniyeh et/ou d'Abbas.

Pour le moment, tous les paris sont ouverts puisque Abbas, comme Arafat avant lui, fait preuve d'une obéissance totale aux diktats étasunien et israélien et qu'il ira beaucoup plus loin que n'est allé Arafat, mais il ne comprend que trop bien qu'il perdrait toute légitimité et contrôle s'il signait la capitulation humiliante finale que les Etats-Unis et Israël exigent de lui. Dahlan bien sûr n'aura pas ce genre de problème.

Quant au Hamas qui, contrairement aux Frères musulmans, est un mouvement de résistance et non un parti politique, on ne peut pas le rafler ou l'écraser si facilement, et l'entrée de Dahlan à Gaza, et en Cisjordanie , entraînerait une guerre civile qui pourrait à nouveau se terminer par sa défaite, à moins d'une invasion israélienne de toute la Bande de Gaza pour le ramener au pouvoir (Dahlan a également été accusé par l'AP de collaborer avec les Israéliens lors de leur invasion de Gaza fin 2008 et a récemment été accusé d'avoir aidé la contre-révolution en cours en Egypte

Le même scénario serait reproduit en Cisjordanie .

L'avenir du peuple palestinien est en danger et les ennemis des Palestiniens les cernent, à l'intérieur et à l'extérieur de la Palestine. Des plans Obama-Israël-Egypte-Golfe pour liquider leur cause et leurs droits se trament en ce moment.

Cependant, tout comme les dirigeants palestiniens corrompus du passé n'ont pas réussi à liquider les droits des Palestiniens et leur cause, le pari israélien et étasunien sur le cheval Dahlan ne fera que décupler la conviction du peuple palestinien et de ses partisans que la résistance palestinienne ne cessera qu'après la liquidation finale du racisme d'Etat et du colonialisme israélien dans toutes ses manifestations sur l'ensemble de la Palestine historique.



(1) Dans un article intitulé "L'émigration, la dernière menace au droit au retour des Palestiniens", son auteur Qassem Qassem révélait le rôle du couple Dahlan dans une campagne dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban pour les pousser à émigrer. ISM-France, 4 mars 2014 (ndt).

Source : Intifada Palestine

Traduction : MR pour ISM

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir