This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
vendredi, 08 novembre 2013 03:06

Polonium : qui a tué l’ex raïs palestinien Yasser Arafat ?par Allain Jules

IRIB-Les dernières révélations des experts sont formelles,
Yasser Arafat a été empoisonné. Le polonium 210, mis en cause par des experts suisses dans un éventuel empoisonnement du dirigeant palestinien, est une substance radioactive extrêmement toxique. Le polonium est très rare, avec un milliardième de gramme au maximum dans dix grammes d’uranium. Sa production nécessite un réacteur nucléaire et est estimée à moins de 100 grammes par an à l’échelle mondiale. Il est peu probable que les Palestiniens l’aient. Ces derniers accusent donc Israël d’avoir tué leur chef. Mais, un Etat pouvait aussi corrompre les Palestiniens…Ambiance.

Des responsables palestiniens évoquent un crime d’Etat

Un porte-parole du Fatah, le mouvement du président palestinien Mahmoud Abbas, a affirmé jeudi que «les résultats du rapport d’analyse sur la dépouille de Yasser Arafat» ont montré que l’ancien raïs «avait été empoisonné au polonium». «Ce qui signifie que le crime a été commis par un Etat», condamne-t-il.

M. Abou Youssef, membre du Comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), a déclaré: «les résultats ont montré qu’Arafat avait été empoisonné au polonium, une substance qui est détenue uniquement par des Etats et non des individus, ce qui signifie que le crime a été commis par un Etat».

De son côté, Ahmad Assaf, le porte-parole du Fatah, a indiqué qu’il y aurait «demain (vendredi) une conférence de presse de la commission d’enquête palestinienne, dont le président, Tawfiq Tiraoui, parlera du contenu de ce rapport, à la Mouqataa», le siège de la présidence palestinienne à Ramallah, en Cisjordanie.

Auparavant, le «Comité central du Fatah esr réuni (en ce moment où nous bouclons ce papier à 15h40) pour discuter du rapport et décider de la marche à suivre», a déclaré le secrétaire général du Conseil révolutionnaire du Fatah, Amine Maqboul.

Les causes de la mort de Yasser Arafat en novembre 2004 dans un hôpital militaire français n’ont toujours pas été élucidées. Pourquoi ?

Israël rejette tout en bloc et accuse les Palestiniens

«Ariel Sharon avait ordonné de tout faire pour éviter qu’Arafat –alors encerclé par l’armée israélienne dans la Mouqataa, le siège de la présidence palestinienne à Ramallah (Cisjordanie)–, ne soit pas tué par nos soldats», a expliqué Raanan Gissin qui était également porte-parole de l’ancien chef du gouvernement.

«Les instructions de Sharon étaient de prendre toutes les précautions pour qu’Israël ne soit pas accusé de la mort d’Arafat», a-t-il souligné. «C’est aussi pour cette raison que Sharon a permis l’évacuation vers un hôpital en France d’Arafat lorsqu’il s’est avéré qu’il était mourant».

Yasser Arafat est décédé le 11 novembre 2004 à l’hôpital militaire Percy de Clamart, près de Paris. «Au lieu de lancer des accusations sans fondement contre Israël, les Palestiniens feraient mieux de s’interroger sur ceux qui dans l’entourage d’Arafat avaient intérêt à sa disparition et surtout qui a mis la main sur l’argent que contrôlait Arafat», a également affirmé Raanan Gissin.

Interrogé sur les menaces de mort qu’avait lancées Sharon dans le passé contre Arafat, M. Gissin a estimé qu’il ne s’agissait que de «déclarations politiques qui n’ont pas eu de suites opérationnelles». Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Yigal Palmor a nié mercredi toute responsabilité d’Israël dans la mort d’ Arafat: «C’est l’épisode cent et quelque du feuilleton Souha (Arafat, la veuve du dirigeant palestinien) contre les successeurs d’Arafat», a-t-il ironisé.

Les analyses des échantillons prélevés sur la dépouille d’Arafat par un laboratoire suisse ont conforté l’hypothèse d’un empoisonnement au polonium, selon une copie du rapport médical diffusée mercredi par la chaîne qatarie Al-Jazeera. Les causes de la mort d’Arafat n’ont pas été élucidées, et nombre de Palestiniens soupçonnent Israël, qui a toujours nié, de l’avoir empoisonné.

«Ma fille et moi irons devant tous les tribunaux à travers le monde pour punir ceux qui ont commis ce crime», a déclaré, dans une interview à Al-Jazeera, Souha Arafat, qui a déposé plainte en 2012 en France, déclenchant une information judiciaire pour assassinat. La thèse de l’empoisonnement avait été relancée par la diffusion en juillet 2012 d’un documentaire d’Al-Jazeera révélant des quantités anormales de polonium sur des effets personnels de Yasser Arafat, confiés par sa veuve à la chaîne, qui les a fait analyser par le laboratoire suisse.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir