This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mercredi, 30 octobre 2013 17:19

Syrie : la Volte-face du Qatar pour gagner la confiance US ?

IRIB- Les sources proches de Doha indiquent que les nouveaux dirigeants du pays sont

,  sous des pressions, surtout, celles exercées par Cheik Hamad, ancien Emir qui a abdiqué au profit de son fils, Cheik Tammim, pour mener des efforts en vue de renouer des contacts avec le gouvernement de Bashar al-Assad,  par le biais des personnalités libanaises, proches de Damas et très partciculièrement, par l'intermédiaire du général Abbas Karaim, Directeur général de la sécurité nationale libanaise qui s'est rendu, vendredi,  à Doha où il rencontré l'actuel Emir du Qatar, Cheikh Tammim. Selon le quotidien al-Arab, paraissant à Londres, lors de la rencontre avec l'émissaire de l'ONU pour la Syrie aussi, l'émir du Qatar a insisté sur ' une solution politique rapide" pour la Syrie, basée sur l'établissement d'un cessez-le-feu immédiat et l'accélération du processus de la participation de toutes les parties au conflit à la Conférence de Genève II, sans aucune pré-condition et sans l'exigence du  départ du Président Assad, une position qui contredit celle de son père, Hamad Ben Khalifa. Il s'agit, indiquent les analystes, d'une tentative d'amener Assad de fléchir ses positions et de l'encourager à rétablir des relations chaudes avec le Qatar.

Les sources bien informées indiquent que Doha a fait informer,  par ses intermédiaires, à Bashar al-Assad qu'il était prêt à lui octroyer des aides financières colossales dans le sens du réchauffent des relations bilatérales, et de satisfaire,  en cas de sa disponibilité à la réconciliation avec Doha, à tous besoins pour reconstruire les ruines laissées par la guerre.  Il est, également, prêt à investir dans les grands chantiers du tourisme du pays. En outre, les dirigeants qataris ont proposé au gouvernement syrien leur disponibilité à ouvrir le dialogue entre le gouvernement et l'ensemble des opposants armés, qui continuent de recevoir des instructions de Doha, surtout les courants extrémistes, proches d'Al-Qaïda et des Frères musulmans.

Il est nécessaire de rappeler que les courants libéraux qui collaborent avec l'armée libre syrienne, soutenus par le Qatar, se sont,  fortement, affaiblis, après l'entrée de l'Arabie Saoudite dans la crise syrienne et ils sont sortis sur processus politique actuel, en Syrie.

Les observateurs, conscients des activités des opposants armés en Syrie, croient que le Qatar a réussi à organiser des rencontres secrètes entre les courants étant proches de lui et les représentants de l'armée loyale au gouvernement de Bashar al-Assad. Ces rencontres ont eu lieu dans les zones tenues par les courants extrémistes. Selon les analystes, suite à ces rencontres, les courants extrémistes armés ont changé de méthodes militaires et se sont centrés, principalement, sur la conquête des fronts sous contrôle de l'armée libre syrienne ou les kurdes syriens, qui contrôlent, plutôt, les bases militaires dans l'Est du pays. Leur objectif en était de disposer d'une puissance sur le terrain pour qu'ils puissent, en s'emparant de ces villes et villages, engager dans un dialogue avec le gouvernement syrien.

Aux dires des analystes, le Qatar a su profiter de ses bonnes relations avec les courants extrémistes en vue de la libération des 9 otages libanais en Syrie, tout en exerçant une influence sur eux pour qu'ils viennent à la table des négociations et parvenir à un accord et ce à telle enseigne qu'on dit que le Qatar a accordé une aide financière de 150,000 dollars en échange de la libération de ces otages.

Le Qatar a promis, aussi, de libérer les deux évêques enlevés en Syrie, en menant des tractations avec le gouvernement syrien.

Auparavant, des informations diffusées par certains médias, indiquent que les Qataris avait transmis  leur message aux Syriens par le biais du Président de l'Autorité autonome palestinienne, Mahmoud Abbas. Selon ces informations, ce dernier avait porté un message écrit à la main des dirigeants Qataris aux Syriens.

Les experts sont persuadés que la libération des otages était un

Message non seulement à Assad, mais également à l'Iran et au Hezbollah, trois parties qui entretenaient, dans le passé, des relations très étroites avec le Qatar et avaient pu créer pour ce pays une puissance potentielle dans sa rivalité avec l'Arabie Saoudite.

Les analystes politiquent estiment que le Qatar cherche à étendre la sphère de divergences entre l'Arabie Saoudite et les Etats-Unis d'Amérique, et ce afin de s'imposer comme une alternative à l'Arabie Saoudite, dans le dossier syrien, surtout que, depuis quelques mois, la Maison Blanche empêche le Qatar de s'immiscer dans le dossier de la Syrie, l'accusant de collaborer avec les courants islamistes opposés au gouvernement syrien. Le Qatar entend, également, gagner, de nouveau, la confiance des Américains, à son égard, surtout que le bilan des Frères musulmans, en Egypte, en Tunisie et en Libye s'est soldé par un échec.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir