This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
samedi, 03 août 2013 17:42

Une victoire russe en Orient et en Egypte ? par Pierre Dortiguier

Une victoire russe en Orient et en Egypte ? par Pierre Dortiguier
IRIB-La prochaine visite du Président Poutine au Caire,
mercredi prochain, n’a pas le caractère commercial que l’on veut bien lui faire endosser ; et c’est à un triomphe de sa politique que le Poutine II pourrait assister fondée sur l’échec de la machin de guerre de la Confrérie que l’on sait, et dont Morsi est le drapeau déchiré par des millions de manifestants !

Il ne s’agit que d’hypothèses, mais  les revers américains dans la région sont un fait patent ! Si l’on imagine un jeu d’échec, il y avait un « fou » et une reine, cette dernière de citoyenneté américaine, comme sa femme et ses enfants, avait pris le pouvoir transformé insensiblement en autocratie appuyée sur l’argent et l’oligarchie financière en effet, redisons-le, qui a soutenu dès sa fondation les Muslim Brethern !L’anti-nassérien Morsi  allait bousculer la Syrie que la « tour » néo-ottomane de Erdogan  entreprenait de nouer sous le flot de ses mercenaires entraînés sur ses créneaux ! Mais ceci était sans compter sur la présence russe sous toutes  ses formes, notamment son entrainement militaire de la plupart des cadres anciens de l’armée égyptienne –dont Moubarak qui fut entraîné au maniement des bombardiers en Asie centrale russe ! –Les armes politiques  américaines sont entre autres,  les ONG et la démagogie des droits de l’homme qui recouvrent des intérêts sordides de grands mots, comme s’y livre G. Soros. Elles ont fonctionné pour placer leur agent principal, mais la Russie savait pouvoir compter sur une  alliance traditionnelle, une popularité que les gaucheries  soviétiques n’ont pas effacé, car la présence russe était le corollaire de l’indépendance nassérienne. Un scénario analogue s’est plus discrètement déroulé en Turquie ; la Russie y a  des liens anciens avec les Kurdes et surtout dans l’organisation syndicale, et c’est cette dernière qui aura été fatale   à la respectabilité d’Erdogan et vraisemblablement lui fermera l’accès à la Présidence ;

 Tout a reposé dans cette partie d’échecs  sur la pusillanimité américaine et « occidentale »  incapable de former un contre-gouvernement syrien crédible, et surtout de déstabiliser l’armée, elle-même formée par des instructeurs russes !A cela la Russie a opposé, par la voix de Lavrov, une inflexibilité diplomatique excluant toute solution illégale ! De nombreux pions  occidentaux sont tombés sur l’échiquier syrien et le malheur a été que les pièces principales du joueur US se sont –pour employer la métaphore des échecs- découvertes trop vite !

Bien sût, il y a un « troquage », comme on dit dans  le métier en question, c’est-à-dire que l’on a cru respirer en  changeant de position des acteurs principaux, en sacrifiant le Qatar au profit de la monarchie arabe de Ryad, afin de faire croire au monde que tout ce mouvement de trouble en Syrie et en Egypte n’était que de l’ambition qatarie, alors que le plan est fondamentalement américain, et que, dernière erreur, le pion sioniste, s’est déplacé aventureusement, redonnant ainsi, par ses destructions d’armements russes à la Syrie, le même visage à la région qu’en 1967 !

N’oublions pas que le drapeau syrien est frappé de ses deux étoiles de l’union avec l’Egypte, celle-même que  Morsi a voulu agresser !

Qu’il t ait un facteur national et social à la fois dans l’affaissement de ces géants fragiles que les médiats internationaux ont aidé à maintenir au pouvoir, c’est-à-dire dans le durée et fort ample qui secoue ce printemps la Turquie et l’Egypte, ne fera que donner plus d’importance au séjour de Vladimir Poutine et montre que la Russie ne tolèrera pas que ces exercices militaires et ses terrorismes  entretenus à ses frontières ne visent leur objectif final : sa propre déstabilisation !

M. Obama et ses agents perdent leur chemin de Damas, et la Russie maintient  ou retrouve le sien, comme le prochain voyage en Iran aussi ne laissera pas d’en persuader la présidence qui fait ses premiers pas aujourd’hui à Téhéran !

Quand l’Amérique baisse, la Russie monte et inversement, telle est la conséquence de ce monde bipolaire !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir