This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
dimanche, 17 février 2013 08:40

Négociations irano-américaines : fourberie ou franchise ?

Négociations irano-américaines : fourberie ou franchise ?
IRIB- Sur quelle base logique le vice-Président américain, Joe Biden, s’est-il fondé ..

...pour proposer des négociations directes avec Téhéran, pour estimer, ensuite, que «la balle est dans le camp des Iraniens» ? Le quotidien arabophone "An-Nahar" vient de publier, récemment, un article, pour étudier la proposition de négociations directes avec Téhéran, par le gouvernement américain. Il y a quelques jours, le Président américain, Barack Obama, et plusieurs hauts responsables de son administration ont réitéré leur disponibilité à entamer des négociations directes avec l’Iran. Mais sur quelle base logique, le vice-Président américain, Joe Biden, s’est-il fondé, pour proposer des négociations directes avec Téhéran, pour estimer, ensuite, que «la balle est dans le camp des Iraniens» ? Le Président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a vite réag aux déclarations de Joe Biden, pour dire : «Nous sommes prêts à négocier, à condition que vous cessiez les pressions». De son côté, le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali-Akbar Salehi, a dit : «Nous accueillons, favorablement, les propos des autorités américaines, et nous sentons que les Etats-Unis tentent de modifier quelque peu leur approche, à l’égard de l’Iran. Mais comment pouvons-nous avoir confiance en Joe Biden, tandis que les Etats-Unis ne cessent d’exercer leurs pressions, au sujet de notre programme nucléaire civil ?» L’Iran a toutes les raisons de se méfier de la sincérité des Etats-Unis : Les Etats-Unis parlent de négociations directes, tandis que, chaque jour, ils intensifient leurs pressions sur l’Iran et durcissent les sanctions anti-iraniennes. Dans un tel contexte, les Iraniens peuvent douter de la sincérité des Américains, quant à leur proposition de négociations directes.

Une autre question se pose : qu’est-ce qui a amené les responsables américains à vouloir se rapprocher, soudain, des dirigeants iraniens ? L’histoire des relations entre l’Iran et les Etats-Unis nous prouve que, chaque fois que les Américains ont prétendu vouloir établir des relations plus amicales avec l’Iran, ils préparaient, dans les coulisses, un jeu hostile, et tentaient de faire entrer les Iraniens dans ce jeu.

Autrement dit, ce ne sont que les intérêts de Washington qui poussent la Maison Blanche à vouloir se rapprocher de l’Iran, de manière conjoncturelle. En Syrie, la diplomatie américaine a, complètement, échoué. En Irak, Washington se sent incapable de faire quoi que ce soit, sans l’aide des Iraniens. Au Liban, les Américains ont perdu le match diplomatique, face au Iraniens. Et en Egypte, le cours des événements semble favorable aux Iraniens et défavorable aux Américains.

Dans son projet d'iranophobie, les Etats-Unis ont réussi à se procurer un nouveau marché, pour ses armements, dans des pays arabes du golfe Persique. Selon un rapport du Congrès des Etats-Unis, en 2011, le taux des ventes américaines en armements a triplé, pour arriver à 85.3 milliards de dollars. En outre, les Etats-Unis poursuivent, comme avant, à soutenir, de manière inconditionnelle, le régime israélien, tandis que Tel-Aviv ne semble pas vouloir cesser son hostilité, à l'encontre de la République islamique d’Iran. Dans ces circonstances, les Iraniens n’ont-ils pas des raisons de douter des intentions des Etats-Unis ? Les négociations irano-américaines : fourberie ou franchise ? 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir