This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mercredi, 28 janvier 2015 06:24

Israël, les lendemains qui désenchantent !!

IRIB- Le journal Raï al-Youm a estimé, dans un article, que le raid israélien sur Quneitra, est le début d’une période difficile pour le régime sioniste. 

Dans un nouvel article, le quotidien Raï al-Youm a étudié l’intensification des tensions dans les hauteurs du Golan.

Tension au Golan, début des jours difficiles pour Israël :

Raï al-Youm écrit : « Le Hezbollah libanais n’a encore rien fait pour venger l’attaque de l’armée du régime sioniste contre le convoi de ses commandants à Quneitra au Golan syrien, où six commandants du mouvement dont Djihand Moughniyeh sont tombés en martyr. Il est possible pourtant que nous soyons témoins, bientôt, des représailles du Hezbollah libanais à un moment et dans un endroit qui nous sont encore inconnus. En tout état de cause, la tension monte au nouveau front, c’est-à-dire au Golan syrien. Cette tension s’intensifie de jour en jour, et cela signifie que le régime sioniste doit se préparer à des jours difficiles. Le colonel Peter Lerner, porte-parole officiel de l’armée du régime sioniste a écrit sur son page Twitter que deux missiles ont été tiré contre les hauteurs du Golan occupée par le régime sioniste, et que cet incident a paniqué les colons israéliens et les touristes dans cette région du nord de la Palestine occupée. Les sirènes ont retenti t les colons ont dû se rendre dans les abris, tandis que toutes les routes qui mènent à la station de ski de Jebal al-Cheikh ont été barrées par les forces de sécurité. » 

La sécurité des Israël au Golan occupé arrive à sa fin :

Le quotidien Raï al-Youm continue : « Nous ne savons pas encore qui a tiré ces deux missiles vers le Golan occupé, mais cet incident est, de toute façon,  un message très clair aux forces occupantes israéliennes. Ce message peut se résumer en quelques mots : Les jours de la sécurité au Golan occupé sont terminés pour les sionistes. Cette évolution est irréversible et les sionistes devront se préparer pour des jours encore plus difficiles dans cette région occupée de la Syrie.

Bien que l’on ne connaisse pas encore qui était l’auteur du tir de ces deux missiles, une chose est certaine : ces missiles n’ont pas été tirés par les forces de la soi-disant Armée syrienne libre (ASL). Ce serait illogique de penser que les éléments de ce groupe rebelle soient derrière cet incident, car ces rebelles armés qui se battent contre le gouvernement du président Bachar al-Assad en Syrie, entretiennent de proches relations avec le régime sioniste, et ils envoient leurs blessés en Palestine occupée pour qu’ils soient soyés dans les hôpitaux du régime sioniste. Dans toutes ses déclarations, le Premier ministre du régime sioniste, Benyamin Netanyahu les qualifient comme amis et rend hommage à leurs actions. Par conséquent, il est difficile de croire que l’ASL ait tiré des missiles contre le Golan occupée par le régime sioniste. »

Le quotidien Raï al-Youm ajoute : « Le convoi de véhicules qui a été pris pour cible par un hélicoptère de l’armée du régime sioniste, était composé de six commandants du Hezbollah libanais qui sont tous tombés en martyr, et d’officiers iraniens, dont un haut commandant du Corps des Gardiens de la Révolution islamique. Ces commandants de la Résistance n’étaient pas allés au Golan syrien pour une excursion, mais pour une opération de reconnaissance sur le terrain, dans le cadre de ce qui peut être un nouveau projet de la Résistance face aux exactions du régime sioniste. Cette nouvelle phase d’activités de la Résistance pourra ouvrir un nouveau front au Golan syrien et dans le sud du Liban face à l’armée du régime sioniste. »

Raï al-Youm estime que le tir de ces deux missiles ne peut pas être un hasard : « Il est difficile de croire que le tir de ces deux missiles soit un accident. Par contre, ceux qui sont derrière ces tirs semblent avoir planifié d’avance cet acte dangereux. Dangereux, car il est très probable que l’armée du régime sioniste y réagisse fermement. La réaction des Israéliens peut ne pas se limiter aux tirs d’artillerie contre les zones d’om ces deux missiles avaient été tirés, car l’armée du régime sioniste pourra envoyer aussi ses avions de combat mener des opérations à l’intérieur du territoire syrien. D’ailleurs, depuis quelques années, l’aviation israéliens à mené de telles opérations, à plusieurs reprises, contre la Syrie, en sachant que la Syrie ne serait pas en mesure de répliquer fermement aux exactions de Tel-Aviv étant donné la crise intérieur de la Syrie et l’intention de Damas de ne pas entrer en guerre contre Israël dans ce contexte compliqué. Mais après le raid israélien contre Qunietra, il paraît que les règles du jeu sont en train de changer et il est très probable que ces incidents entraînent de manière plus ou moins inévitable une escalade du conflit entre le régime sioniste et la Résistance.

Le Golan risque de devenir de nouveau un champ de bataille :

Les combats ont cessé au Golan en octobre 1973. A partir de cette date, il n’y a eu plus d’affrontements majeurs entre les militaires du régime sioniste et l’armée syrienne. Mais le Golan risque de redevenir un champ de bataille, étant donné de la décision éventuelle de la Résistance d’ouvrir un nouveau front contre le régime sioniste dans cette région. Dans ce cas, l’insécurité dans cette région deviendra vite un grand cauchemar pour les dirigeants du régime sioniste qui a occupé depuis très longtemps le Golan syrien.

Le cabinet du régime sioniste s’inquiète de l’aggravation de la situation sécuritaire le long de ses frontières avec la Syrie dans la région du Golan. Le gouvernement de Benyamin Netanyahu sait très bien que la montée des tensions à Quneitra et dans la partie syrienne du Golan créera de très sérieux défis sécuritaires pour le régime sioniste. Quand nous voyons les dirigeants du régime sioniste demander au gouvernement russe de jouer le rôle de médiateur pour convaincre le Hezbollah libanais de ne pas procéder aux représailles pour se venger du raid israélien sur Quneitra, cela veut dire que les choses ont beaucoup changé et que la partie qui a peur de la reprise du conflit dans la région, est bel et bien Israël. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir