This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mardi, 11 août 2015 16:47

Les Palestiniens dénoncent la torture dans les prisons israéliennes

RIB- Une semaine s’est écoulé depuis le commencement de la grève de la faim illimitée observée par 120 palestiniens détenus dans les prisons du régime sioniste. 

Avec l’adhésion d’autres prisonniers aux grévistes palestiniens le monde est toujours témoin de la pratique des méthodes musclées dont la torture et l’alimentation forcée des détenus par le régime sioniste. Ces derniers jours, en solidarité avec les prisonniers, les instances de défense des droits de l’homme, la Croix-Rouge internationale et l’Association des médecins palestiniens en Europe ont condamné le régime sioniste. Simultanément, des manifestations de protestation ont été organisées dans les territoires occupés par les familles des prisonniers, des représentants des Partis, ces courants nationale-islamiques et des instances juridiques palestiniennes pour réclamer la libération des prisonniers palestiniens des prisons de ce régime. Cette grève de la faim dénonce les détentions prolongées, les attaques incessantes contre les cellules des prisonniers, les inspections inutiles et répétées, le placement à l'isolement des prisonniers sans aucune raison, la répression des détenues avec des chiens sauvages, des câbles et de gaz lacrymogène. Pour faire face à la grève de la faim observée par les détenus palestiniens, le régime sioniste a récemment adopté la loi de l’alimentation forcée des prisonniers, une pratique définie de torture par les médecins. Mohamed Aalan est la première victime de la loi sur l’alimentation forcée dans les prisons du régime sioniste. « Mon client, Mohamed Aalan, est la première victime de la pratique de l’alimentation forcée », a affirmé son avocat. La loi autorisant l’alimentation forcée des détenus a été adoptée juillet dernier par ce régime. En vertu de cette loi, les gardiens de prisons sont autorisés d’alimenter les prisonniers en lui injectant des nourritures via des tubes placés dans leur nez. Cette loi est une décision très dangereuse prise contre les détenus palestiniens et mettra en péril leur vie. L’alimentation forcée est incompatible avec l'éthique médicale et constitue une violation flagrante des droits de l'homme. Auparavant, l’Association des médecins palestiniens en Europe avaient considéré la loi autorisant l’alimentation forcée adoptée par le régime sioniste comme un acte visant à conférer la légitimité au meurtre par les médecins sionistes des grévistes palestiniens. Cette loi viole la déclaration Malte de 1991. En vertu cette déclaration, l’alimentation forcée des prisonniers, est un acte contraire à l'éthique et est considéré comme une sorte de torture. Tenant compte de telles conditions la poursuite de la grève de la faim observée par les Palestiniens jusqu’ à la mort dans le but de faire entendre leurs revendications au monde entier, ont embarrassé le régime sioniste et sa loi autorisant l’alimentation forcée a soulevé un tollé général.

 
 
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir