This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
lundi, 10 août 2015 14:53

Le Japon et le nouveau chapitre des coopérations économiques avec l’Iran

Le Japon et le nouveau chapitre des coopérations économiques avec l’Iran
IRIB- Avec la visite, à Téhéran, de la délégation industrielle et commerciale japonaise de 60 personnes, parmi lesquelles les représentants de plus de 20 sociétés prestigieuses, rien que pour parler d’un développement des coopérations avec l’Iran, les observateurs ont constaté l’ouverture d’un nouveau chapitre, dans les liens irano-japonais.
Bien qu’elle ne semble guère inattendue, puisqu’elle intervient après le déplacement, à Téhéran, des délégations politico-économiques de certains pays européens, la visite de la délégation japonaise, en Iran, donne matière à réflexion, sous divers angles. Le premier aspect particulier de cette visite s’explique par son impact positif, dans le sens de l’instauration d’un équilibre, dans les relations économiques et commerciales Iran-Japon, par rapport au développement des liens avec les pays européens ou d’autres pays asiatiques, surtout, la Chine, l’un des plus grands partenaires économiques et commerciaux de Téhéran. Instaurer un tel équilibre est d’une grande importance, en ce qui concerne l’avenir des liens économiques que l’Iran va établir avec les autres pays, et ses planifications, dans les différents domaines concernés. L’autre important aspect de cette visite est la focalisation sur le contenu et les orientations des liens commerciaux avec un pays asiatique, qui dispose, d’ailleurs, d’une économie très avancée et une technologie capable de rivaliser avec les pays du bloc occidental. Compte tenu des conditions de développement économiques, envisagées par l’Iran, et qui, certes, seront différentes du passé, le regard que l’Iran porte sur le Japon, et réciproquement, les attentes de la partie japonaise, quant aux marchés économiques et commerciaux iraniens, dans la période de l’après-sanctions, connaîtront un nouveau niveau, qui influera, sans nul doute, sur les liens bilatéraux des deux pays. De même, les relations de l’Iran avec le Japon, par rapport à ses liens avec l’Europe, ont été accompagnées de certaines vicissitudes, et, de ce fait, le retour à une situation satisfaisante prendra plus de temps et nécessitera plus d’efforts. Comme l’a précisé le ministre iranien de l’Industrie, des Mines et du Commerce, Mohammad-Reza Nematzadeh, lors de sa rencontre avec le vice-ministre de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie japonais, Daishiro Yamagiwa, et la délégation qui l’accompagnait, à Téhéran, l’Iran cherche le développement et la poursuite des coopérations, aptes à s’avérer stratégiques, à long terme. Il va sans dire que les coopérations stratégiques, à long terme, dépendent des investissements, sur le plan de la production, et d'une présence efficace, sur les marchés régionaux et internationaux.
Ce dernier mois, l’Iran a mené des négociations sérieuses avec les Européens, dans différents domaines, et au sujet des investissements conjoints, et on s’attend à ce que lesdites négociations aboutissent, d’ici quelques mois, à la signature d'accords. Les coopérations, dans le domaine de l’industrie automobile, avec les producteurs européens, et la présence des entreprises européennes, dans les projets industriels, gaziers, pétroliers et pétrochimiques, font partie des points d’entente préliminaires desdites négociations. Sur ce fond, le Japon, aussi, pourra, à son tour, profiter de telles opportunités, afin de faire son entrée, dans le domaine des coopérations, sur le plan des industries alimentaires, chimiques et électroniques, des domaines qui sont, tous, parmi les priorités économiques de Téhéran.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir