This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
samedi, 01 août 2015 04:54

Que se passe-t-il au Liban ?

Que se passe-t-il au Liban ?
IRIB- Dans la conjoncture où l’armée libanaise est engagée dans de violents combats contre les terroristes, sur les frontières de la Syrie, le Premier ministre et des personnalités religieuses et politiques du Liban appellent les groupes et les partis à mettre de côté leurs divergences au profit de la nomination d’un nouveau président.
Le Liban souffre de la vacance politique depuis mai 2014, après l'expiration du mandat du président Michel Slimane, les hommes politique n'étant pas encore arrivés à tomber d’accord sur un candidat, faute de convergence. Le Parlement libanais a jusqu’ici convoqué 25 sessions avec pour thème la désignation d’un nouveau président mais à part la réunion du 23 avril 2014, les autres n’ont jamais été tenues faute du nombre requis des participants. Vendredi, le Premier ministre libanais, Tammam Salam, a déclaré que le Liban connaîtrait davantage de problèmes au cas où le vide politique ne serait pas comblé. Dans la foulée, Ahmed Qablane, prédicateur de la prière du vendredi de la mosquée d’Imam Hossein, à Beyrouth, a dénoncé l’attitude des groupes politiques libanais, et il a réclamé la fin des divergences politiques. Ahmed Qablane a demandé aux groupes et aux responsables politiques du Liban d’œuvrer pour la réalisation des intérêts du pays au lieu de tenter de garantir leurs propres intérêts, car une telle démarche enfoncerait de plus en plus le Liban dans une avalanche de problèmes. Dans ce droit fil, Navvaf Moussavi, député du Parlement libanais, a prôné, lors de la cérémonie de la commémoration des martyrs du village de Qana, l’unité nationale et l’appui sur le triangle armée-Résistance-nation. « Certains groupes politiques du Liban, qui assument une partie considérable des responsabilités des organes administratives et politiques, ne respectent pas leurs engagements envers la nation libanaise et ne se soucient que d’assurer ses intérêts personnels ou ceux de leurs propres partis », a-t-il dénoncé. Alors que règne au Liban le vide politique, dû aux divergences des groupes libanais et aux tergiversations de l’Arabie saoudite, l’armée libanaise s’engage dans de violents combats contre les terroristes, actifs sur la frontière libano-syrienne. Selon un communiqué de l’armée, l’artillerie des forces libanaises a pris pour cible vendredi les positions des terroristes aux alentours de la cité frontalière d’Al-Qaa, située dans le nord-est du Liban. En outre, l’armée a découvert et saisi, vendredi, une grande quantité d’armes, de tout type, dans un camion qui circulait à Ersal, dans le nord-est du Liban. Jeudi, les soldats de l’armée libanaise ont pris d’assaut les positions des terroristes dans les monts de l’est du Liban avant de réduire au néant tous les équipements militaires qui leur appartenaient.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir