This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
jeudi, 30 juillet 2015 06:57

Ankara viole la souveraineté irakienne....

Ankara viole la souveraineté irakienne....
IRIB- Les raids aériens unilatéraux de la Turquie contre les positions
du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le nord de l’Irak, ont été vivement condamnés à Bagdad qui dénonce la violation de sa souveraineté par Ankara. Mercredi, le gouvernement irakien a publié un communiqué pour condamner les raids aériens turcs contre les positions du PKK dans le nord du pays, estimant que cela ne ferait qu'intensifier les tensions dans la région.
Auparavant, le ministre irakien des Affaires étrangères, Ibrahim al-Jaafari avait convoqué l’ambassadeur de Turquie pour lui faire part de ses inquiétudes concernant les retombées négatives des opérations militaires d’Ankara dans les régions frontalières turco-irakiennes.
Il a demandé au gouvernement turc de coordonner tous ses mouvements militaires dans ces régions avec le gouvernement de Bagdad.
Mais le comportement du Parti pour le Développement et la Justice (AKP), au pouvoir à Ankara, est de plus en plus loin de sa doctrine de « tension zéro » avec les voisins, annoncée il y a quelques années par Ahmet Davutoglu, alors ministre des Affaires étrangères.
C’était dès le début de la crise en Syrie, il y a plus de quatre ans, que le gouvernement turc s’est mis à créer des tensions dans la région, pour aider les terroristes et les opposants armés à renverser le gouvernement du président Bachar al-Assad. Dans ce cadre, Ankara a facilité la circulation des terroristes sur son territoire et a fermé les yeux sur le commerce illégal avec les organisations terroristes en Syrie et en Irak.
Quant à l’occupation de la ville irakienne de Mossoul, la Turquie a pris une position ambigu qui va à l’encontre de sa politique officielle de détente régionale.
Quant à la Syrie, le temps a prouvé que les interventions destructrices d’Ankara n’ont pas pu faciliter le renversement du gouvernement de Damas, en revanche elles ont eu des conséquences désastreuses pour la sécurité de la Turquie, comme pour le reste du Moyen-Orient.
A l’intérieur du pays, la victoire sans précédent des Kurdes aux élections législatives montre que l’AKP du président Erdogan est en train de perdre également du terrain sur le plan de la politique intérieur.
C’est dans ce contexte que les raids aériens interviennent à la fois contre les positions du PKK dans le nord-irakien et de Daech dans le nord-syrien, en absence de toute coordination avec Bagdad et Damas. Or, tout le monde sait d’avance, que ces opérations ne remédieront les problèmes de Recep Tayyip Erdogan ni sur le plan intérieur ni sur le plan régional.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir