This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
vendredi, 24 juillet 2015 16:10

Damas, hôte de la conférence contre le terrorisme

Damas, hôte de la conférence contre le terrorisme
IRIB – Quatre ans après l’émergence de la crise en Syrie,
sur un fond d’agissements des groupes terroristes soutenus par quelques pays arabes et occidentaux, la capitale syrienne Damas a été ce vendredi hôte d’une conférence internationale sur la lutte contre le terrorisme.A cette conférence qui doit durer jusqu’à samedi, participent des personnalités syriennes, arabes ou non-arabes, de différents pays dont la Russie, l’Iran, Cuba, l’Espagne, la Chine, l’Egypte, l’Afghanistan, le Pakistan, le Liban, l’Irak, l’Algérie, Bahreïn, le Soudan, la Tunisie, Chypre, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et le Koweït. Les participants se pencheront sur le rôle des médias nationaux, l’action professionnelle journalistique, les alignements régionaux et internationaux dans la lutte anti-terroriste, ainsi que le rôle des médias dans les guerres en cours et à l’avenir. Lors de la cérémonie d’inauguration, le Ministre des Affaires étrangères syrien Walid Mouallem a affirmé que la soi-disant coalition internationale anti-Daech n’avait eu aucun acquis ; « c’est l’armée syrienne et la résistance du peuple syrien qui ont su combattre le terrorisme dans la région », a-t-il précisé. De même, le Premier ministre syrien, Wael al-Halqi s’est félicité de la vaste présence des délégations étrangères à la conférence de Damas. « La tenue de cette conférence montre que le gouvernement et le peuple syriens croient en le rôle important des professionnels de la culture et des médias dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme », a précisé le Premier ministre syrien. Au premier jour de cette conférence, les représentants de l’Iran, de la Chine, de la Russie et de quelques autres pays, ont exprimé leurs points de vue et demandé la création d’un front médiatique commun pour combattre le terrorisme takfiri. Cette conférence se déroule à Damas alors que certains pays interventionnistes commencent à changer de position envers l’affaire syrienne. Ayant constaté la sagesse du leadership en Syrie et la résistance de son peuple, la communauté internationale a réalisé qu’elle devrait changer d’approche envers la Syrie. A ce propos, certains responsables arabes ou occidentaux dont le Ministre britannique des Affaires étrangères ont dit dans leurs récentes déclarations que l’Occident ne suivait plus l’option militaire ni le changement de régime en Syrie. Les efforts des Emirats Arabes Unis pour rouvrir leur ambassade à Damas s’inscrit dans le même cadre. Pourtant, parallèlement aux efforts diplomatiques pour résoudre la crise syrienne, surtout, par le biais des Nations Unies, il est impératif que les pays qui prétendent combattre le terrorisme, arrêtent d'appuyer les terroristes opérant en Syri et de les financer. En réalité, les terroristes de Daech suivent aujourd’hui en Irak et en Syrie la même politique que leurs supporters n’ont pas réussi auparavant à faire aboutir au travers de leurs divers plans voire l’intervention militaire directe qui, en Irak, a duré de 2003 jusqu’à la fin 2011.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir