This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
vendredi, 24 juillet 2015 04:15

De Mistura, à Damas

 De Mistura, à Damas
IRIB- «La lutte contre le terrorisme et le blocage

de ses ressources financières restent la priorité de la politique syrienne», a déclaré le chef de la diplomatie de la Syrie. L

ors d’une rencontre avec l’émissaire des Nations unies, en Syrie, Staffan de Mistura, le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, l’a remercié, pour avoir fait des efforts visant à régler la crise, en Syrie, en ajoutant que l’armée et le peuple syriens poursuivaient leur lutte contre le terrorisme, afin de défendre la sécurité de leur pays et celle du Moyen-Orient. «La Syrie soutient l’initiative du Président russe, Vladimir Poutine, pour former une coalition régionale, avec, pour mission, d’éradiquer le terrorisme, car la crise sévissant, en Syrie, est marquée par différentes dimensions, et elle implique une collaboration régionale et internationale, pour être réglée», a déclaré Walid Mouallem. L’émissaire des Nations unies, en Syrie, Staffan de Mistura, conjugue des efforts considérables, pour régler, d’une manière pacifique, la crise, dans laquelle s’enfonce la Syrie, depuis cinq ans. L’organisation de différentes réunions entre représentants du gouvernement syrien et les opposants à Genève fait partie de la mission de De Mistura, visant à régler la crise en Syrie, mais elle ne constitue pas le premier pas à franchir. L’instrumentalisation du terrorisme et la distinction que l'on fait de ce phénomène néfaste entre «bon terrorisme» et «mauvais terrorisme», constituent deux réalités amères, qui sautent aux yeux, en Syrie. Des dizaines de groupes et de groupuscules terroristes, actifs en Syrie, qui profitent des aides financières et militaires de certains voisins de ce pays, ne seront pas éradiqués par un dialogue syro-syrien. La crise sévissant en Syrie ne sera, donc, réglée que par une lutte sérieuse contre le terrorisme et l’éradication de ce phénomène néfaste. La libre circulation des mercenaires étrangers, pour atteindre la Syrie, et l’envoi de fonds et d'armes de différents types, à destination des terroristes, ne prendront pas fin avec l’organisation d’un dialogue syro-syrien, à Genève ou dans n’importe quelle ville. Une lutte sérieuse contre le terrorisme et l’anéantissement des sources financières et idéologiques de ce phénomène néfaste, abstraction faite de tout regard politique, viennent, en priorité, par rapport à toute autre solution, sinon aucune solution pacifique ne signifie, clairement, l’éradication du terrorisme, en Syrie. Les assassins, présents en Syrie, ont, déjà, prouvé qu’ils ne connaissaient aucune limite à leurs crimes abominables, et qu’ils ne faisaient aucune distinction entre les Arabes, les Kurdes et les ressortissants étrangers, venus en Syrie, en tant que reporters ou secouristes, pour les exécuter ou les brûler vifs.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir