This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
jeudi, 23 juillet 2015 17:03

Vers un nouveau putsch, en Ukraine ?

Vers un nouveau putsch, en Ukraine ?
IRIB- Un nouveau chapitre, dans la révolution ukrainienne, s’ouvre ;
les radicaux de Secteur droit promettent d’organiser un vote de défiance des citoyens, à l’encontre des autorités actuelles. Washington, de son côté, change d’attitude. Près de 6.000 personnes ont assisté à cette démonstration de force, qui avait pour but d’appeler à un changement de pouvoir. Le chef du groupe ultra-nationaliste, Arsen Avakov, a annoncé ce qu’il désigne, comme une «nouvelle étape de la révolution ukrainienne», disant que le Secteur droit se posera comme une «force révolutionnaire disciplinée». Après que ce mouvement radical a joué un rôle-clé, dans le coup d’État de 2014, il a continué à se battre, dans l’Est de l’Ukraine. Ils demandent, maintenant, l’abolition des accords de Minsk. Le Secteur droit est, récemment, devenu un véritable casse-tête, pour le gouvernement ukrainien. Il y a plus d’une semaine, les radicaux ont été impliqués, dans une fusillade avec la police, à Moukatchevo, qui a fait trois morts et onze blessés. Le groupe a refusé de déposer les armes, malgré l’appel du Président Porochenko, qui a exigé que tous les groupes illégaux soient désarmés. L’appel a été soutenu par Washington. «Le recours à la force et aux armes doit être réservé, exclusivement, au gouvernement ukrainien et aux institutions du gouvernement», a indiqué l’ambassadeur américain, en Ukraine, Jeffrey Pyatt, en commentant la fusillade, lors de sa visite de la région concernée par les événements. Cependant, aucune déclaration similaire n’avait été prononcée, au cours de la révolution, en 2014. Malgré l’existence de plusieurs vidéos de manifestants utilisant des armes, Washington continuait à dire que le mouvement anti-gouvernemental était pacifique.«Les courageux ukrainiens sont descendus, dans les rues, afin de s’opposer, de manière pacifique, à la tyrannie, et demander la démocratie», avait déclaré John Kerry, le secrétaire d’État américain, en mars 2014, lors d’une visite, en Ukraine. Le président américain, à son tour, a dit, l’année dernière : «Nous tenons le gouvernement ukrainien pour responsable de s’assurer qu’il a affaire à des manifestants pacifiques». L’analyste politique Daniel McAdams, interrogé par RT, estime que les principes de Washington varient, selon leurs intérêts du moment. «Jeffrey Pyatt, Victoria Nuland et le porte-parole du département d’État américain ont, tous trois, dit, la semaine dernière, que “c’est une question nationale, et c’est aux Ukrainiens de régler la situation avec le Secteur droit, peu importe la façon, cela nous convient”», a dit McAdams. L’analyste a, aussi, souligné que le message actuel des représentants de l’administration Obama est bien différent de celui qu’on entendait l’année dernière. «Tous ceux qui comptent sur la cohérence de la politique étrangère des États-Unis mourront, rapidement, parce que celle-ci est basée sur une éthique de situation», a expliqué l’expert.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir