This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
jeudi, 23 juillet 2015 15:56

Nouvelle ère de coopération économique entre l’Iran et l’Union Européenne

IRIB- Avec la visite, en Iran, de la grande délégation économique allemande, en tant que première haute délégation du continent vert, intervenue, après la fin réussie des négociations nucléaires entre l’Iran et les 5+1, on assiste à une nouvelle ère de coopérations économiques irano-européennes post-sanctions.
Dimanche dernier, une délégation allemande de 60 personnes, présidée par Sigmar Gabriel, vice-chancelier et ministre allemand de l’Economie et de l’Energie, est arrivée, à Téhéran, avant de s’entretenir avec les hautes autorités iraniennes de l’essor des relations économiques bilatérales. A la suite de cette visite, Yves Rossier, secrétaire d'Etat du Département fédéral des Affaires étrangères, (DFAE), est arrivé, mercredi, à Téhéran, à la tête d’une haute délégation suisse, pour rencontrer bon nombre de hautes autorités iraniennes. Les deux parties se sont entretenues des coopérations bilatérales. Lors de sa rencontre avec Mohammad-Javad Zarif, le ministre iranien des Affaires étrangères, Yves Rossier a souhaité le renforcement des coopérations bilatérales, régionales et internationales entre les 2 pays. En mettant l’accent sur la nécessité du développement des relations entre l’Iran et la Suisse, Zarif a fait part du souhait des pays européens de renforcer leurs coopérations, notamment, dans le domaine économique, avec la RII. Yves Rossier a, également, rencontré Ali-Akbar Velayati, le Président du Centre de recherches stratégiques du Conseil du discernement du bien de l’Ordre de la RII. «Les pays européens, dont la Suisse, peuvent jouer un rôle constructif, dans le règlement des problèmes régionaux», a précisé Velayati, avant d’ajouter : «Les crises syrienne, yéménite et libanaise, ainsi que le terrorisme, sont une problématique mondiale et menacent tous les pays du monde, notamment, ceux qui les ont provoqués et qui les soutiennent», a souligné Ali-Akbar Velalyati. «La plupart des pays occidentaux en sont arrivés à cette conclusion que la crise artificielle et inutile du programme nucléaire constitue un grand obstacle devant l’exploitation de grandes potentialités économiques de l’Iran», a précisé Mohammad Nahavandian, le Chef du bureau du Président iranien, lors de sa rencontre avec le vice-chancelier allemand. «Le gouvernement iranien est disposé à mener des activités économiques avec tous les pays du monde, en matière des échanges commerciaux, des activités bancaires, du tourisme et des transports, sur la base de relations gagnantes-gagnantes», a ajouté, Nahavandian, en allusion au déplacement, en Iran, ces 2 dernières années, de délégations, venues des 4 coins du monde, et leur multiplication, à la suite de l’accord nucléaire. L’accord nucléaire de l’Iran avec les 5+1, conclu à Vienne, a ouvert les portes de l’Iran aux hautes autorités des pays européens. Seyyed Abbas Araqtchi, le négociateur en chef de l’équipe nucléaire iranienne, a fait part de la visite, à Téhéran, la semaine prochaine, de Federica Mogherini, la Haute représentante de l’UE, et de Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères. Sébastien Kurtz, le ministre autrichien des Affaires étrangères accompagnera, en septembre, le Président de ce pays, lors de sa visite, en Iran. L’ambassadeur d’Espagne, à Téhéran, a annoncé, mercredi, l’arrivée prochaine, en Iran, d’une haute délégation commerciale de son pays, dans le cadre du renforcement des coopérations bilatérales. Tenant compte du nouveau climat apparu, à l’issue des négociations nucléaires réussies, à Vienne, et du compte à rebours déclenché, pour la levée des sanctions, les échange commerciaux sont en marche. Il est convenu que des délégations française et britannique se rendent, en Iran, pour entamer des négociations. Les Européens souhaitent, depuis toujours, procéder à des investissements sûrs et utiliser les diverses potentialités économiques et commerciales de l’Iran. Il semblerait que la nouvelle ère de coopérations économiques, précédée par l’accord nucléaire, à Vienne, a offert une excellente opportunité, pour compenser les occasions ratées d’investir, en Iran.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir