Erreur
  • JFolder::delete : le chemin n'est pas un répertoire. Chemin : /data/www/sites/french.irib.ir/public_html/cache/com_jcomments_objects_${@print(md5(acunetix_wvs_security_test))}/
  • JFolder::delete : le chemin n'est pas un répertoire. Chemin : /data/www/sites/french.irib.ir/public_html/cache/com_jcomments_objects_12345'"/'/");|]*{ ''??
  • JFolder::delete : le chemin n'est pas un répertoire. Chemin : /data/www/sites/french.irib.ir/public_html/cache/com_jcomments_objects_/
  • JFolder::delete : le chemin n'est pas un répertoire. Chemin : /data/www/sites/french.irib.ir/public_html/cache/com_jcomments_objects_web-inf/web.xml
Imprimer cette page
mardi, 21 juillet 2015 05:14

Irak et la stratégie interventionniste du Qatar...

Irak et la stratégie interventionniste du Qatar...
IRIB- Fidèle à sa stratégie interventionniste, le Qatar s'ingère cette fois-ci en Irak.
Dans le cadre d'une stratégie interventionniste dans les affaires intérieures des autres pays arabes, le ministre qatari des Affaires étrangères, Khaled al-Atia, est arrivé dimanche soir à Erbil au nord de l'Irak, sans autorisation du gouvernement central de Bagdad, pour s'entretenir avec les autorités de la région du Kurdistan irakien.
Le chef de la diplomatie qatarie devrait rencontrer les responsables de la région du Kurdistan irakien dont Masoud Barzani. La visite de Khaled al-Atia est le premier déplacement d'un responsable de haut rang du Qatar dans la région du Kurdistan irakien. Avant le déferlement de la vague des protestations arabes en 2011, le Qatar s'était fait connaître comme un pays médiateur pour la paix au Moyen-Orient, mais les soulèvements populaires dans la région ont amené Doha à caresser l'illusion de prendre le leadership du monde arabe et de rehausser sa place régionale. L'ancien gouvernement du Qatar, dirigé par Cheikh Hamad Ben Khalifa Ale Thani, aurait opté alors, sur le plan diplomatique, pour la stratégie d'intervention dans les affaires intérieures des pays en proie aux protestations anti-gouvernementales. Or, la politique extérieure de Doha, avec un revirement de 180 degré, s'est mutée, de la contribuation à la restauration de la paix en une implication flagrante dans la déstabilisation de la région. L'ingérence du Qatar en Libye, en Syrie, en Egypte et en Irak était manifeste plus que tout autre pays. La chute du gouvernement issu des Frères musulmans en Egypte, le maintien de Bachar Assad à la tête du pouvoir en Syrie et l'entrée de la Libye dans une guerre intestine d'envergure signifiaient l'échec de la stratégie interventionniste du Qatar et la fin de l'illusion du leadership du monde arabe. Bien que cette stratégie ne soit plus suivie en Egypte, elle continue toujours en Libye, Syrie et Irak, sans pour autant prétendre au leadership du monde arabe et seulement dans l'objectif d'appliquer les politiques américaines dans la région. L'interventionnisme du Qatar en Irak se fait sous forme de soutien aux plans secissionnistes, aux opposants au gouvernement et aux groupes terroristes. Le Qatar est l'un principaux protecteurs du plan américain de la partition de l'Irak en trois pays dont un pays kurde. Et la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera fait partie des rares chaînes dans le monde arabe à soutenir les terroristes de Daech en Irak. Le chef de la diplomatie qatarie s'est rendu à Erbil pour s'entretenir avec le président de la région du Kurdistan irakien, Masoud Barzani, alors que cette visite a eu lieu sans aucune coordination avec le gouvernement de Bagdad et qu'il existe de sérieuses divergences entre ce dernier et le gouvernement local de la région du Kurdistan. Le gouvernement qatari poursuit ses ingérences dans l es affaires intérieures des pays arabes, alors que l'adoption de cette stratéige a intensifié les menaces environnementales contre ce petit pays du littoral sud du golfe Persique.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir