This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
samedi, 11 juillet 2015 14:52

Les négociations nucléaires, à Vienne : des progrès, mais avec lenteur

Les négociations nucléaires, à Vienne : des progrès, mais avec lenteur
IRIB- Les négociations entre l’Iran et les grandes puissances continuent, à Vienne, pour arriver à un accord final, sur le programme nucléaire civil de l’Iran.
Les sources proches des négociations disent que les négociations avancent, mais avec beaucoup de lenteur. Néanmoins, les deux parties sont, encore, loin de la signature d’un document définitif, pour mettre fin à ce long marathon diplomatique. Depuis quinze jours, l’Iran et les 5+1 ont prolongé, à deux reprises, le délai de la fin des négociations, afin de pouvoir continuer le dialogue, jusqu’à la conclusion d’un accord définitif. C’est, vendredi, que les deux parties ont décidé, de nouveau, de prolonger le processus des négociations, jusqu’au 13 juillet. Lors d’une très courte conférence de presse, à Vienne, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad-Javad Zarif, a déclaré aux journalistes que des progrès ont été obtenus, mais que le travail n’est pas, encore, terminé.
Les observateurs, à Vienne, la capitale autrichienne, disent qu’il semblerait que les pourparlers soiennt arrivés à ce que l’on pourrait, peut-être, appeler le nœud gordien de l'affaire. Ces difficultés, si difficiles à surmonter, semblent ne pas être de nature technique, car elles sont plutôt dues au maximalisme des Etats-Unis et d’autres parties occidentales.
En outre, les six puissances semblent être divisées, sur plusieurs points, dont le mécanisme de la suppression des sanctions imposées à l’Iran. Tandis que la Russie et la Chine sont pour la levée totale des sanctions anti-iraniennes, les trois membres européens des 5+1, à savoir, la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne, ont un point de vue différent, sur ce mécanisme, qui est, d’ailleurs, différent, à son tour, de ce que les Etats-Unis veulent imposer à la partie iranienne.
Cependant, toutes les parties concernées estiment que la question de la levée des sanctions doit être réglée, de manière très claire, car après la signature d’un accord final, le Conseil de sécurité de l’ONU devra approuver une résolution, au sujet des sanctions anti-iraniennes. La suppression totale et immédiate des sanctions, le niveau et les modalités des inspections des sites nucléaires iraniens sont les points-clés des négociations entre l’Iran et les 5+1. Tant que ces problèmes ne seront pas résolus, aucun accord ne sera signé, disent les autorités iraniennes et les représentants des 5+1.
Mais on dirait bien, malheureusement, que les Etats-Unis ne voient pas dans les sanctions anti-iraniennes un obstacle devant la conclusion d’un accord, mais plutôt, un levier de pression et de menaces, pour que l’Iran accepte les conditions de Washington, pour signer cet accord. Or, la partie iranienne ne cesse d’affirmer que l’accord final ne sera signé que dans un climat d’entente et de confiance, et par la prise de mesures équilibrées. Autrement dit, la pression, les menaces et les sanctions n’aideront point le processus du dialogue nucléaire.
En tout état de cause, il est clair que le processus des négociations est arrivé à un point bien prévisible, depuis des mois, c’est-à-dire, la phase déterminante, où, malgré tous les progrès acquis, depuis 22 mois, un ou deux problèmes empêchent la signature de l’accord final.
Après les accords préliminaires du 24 novembre 2013, à Genève, et la déclaration du 2 avril 2015, à Lausanne, le processus du dialogue nucléaire est arrivé à une étape décisive. Toutes les parties concernées son déterminées à résoudre les derniers problèmes qui persistent, et tout le monde s’accorde à dire que de grands progrès ont été réalisés. Dans cette perspective, il est difficile d’imaginer que l’Iran et les 5+1 veuillent quitter la table des négociations nucléaires, à Vienne, sans signer l’accord final, sur le programme nucléaire civil de l’Iran.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir