This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
vendredi, 10 juillet 2015 04:01

L’UNESCO accuse Israël de mettre en péril la vieille Ville de Qods

IRIB- Dans la conjoncture où le monde entier accueille les marches grandioses de la "Journée mondiale de Qods", à son 36ème anniversaire, l'agence éducative, scientifique et culturelle de l'ONU, l'UNESCO, s’est dite préoccupée, quant à la domination croissante du régime sioniste sur la ville de Qods.
Une résolution de l’UNESCO accuse le régime sioniste de dégrader des artefacts et des lieux saints islamiques, sur le mont du Temple, le Haram al-Sharif islamique, et fustige Tel-Aviv, pour la construction d’une ligne de train léger, sur des rails, qui longent les murs de la Vieille Ville, portant atteinte à leur intégrité visuelle et au caractère authentique du site. La résolution se réfère au mont du Temple, uniquement, comme à un lieu saint musulman, et à l’esplanade du mur Occidental. La résolution maintient la Vieille Ville, sur la Liste de l’UNESCO du patrimoine mondial en péril, où elle se trouve, depuis que l’agence a accédé à la demande jordanienne de 1982 de classer le site, contrôlé par Israël, dans cette liste. Pour les Musulmans, la ville de Qods est le cœur de la Palestine et, aussi, la capitale de l’Etat palestinien. Depuis son occupation, par le régime sioniste, Qods a survécu à une période douloureuse, et elle a fait l’objet de vastes destructions, depuis 1967, où l’armée israélienne a occupé Qods-Est et ses quartiers anciens et historiques. C’est à partir de ce moment que le régime sioniste a commencé à détruire les sites historiques de cette ville de paix, abri des prophètes divins. La politique de la destruction des artefacts et des lieux saints islamiques de la noble Qods a commencé, dès le lendemain de son occupation, et cela, dans l’objectif d’annexer, au fur et à mesure, cette partie de la Palestine aux territoires occupés. Dans ce droit fil, l’UNESCO a mis en garde, à plusieurs reprises, le régime sioniste, contre la destruction des sites historiques de Qods et la profanation des lieux de culte musulmans et chrétiens. Durant les dernières années, les Sionistes ont profané, à maintes reprises, les lieux de culte et les sites historiques de Qods, y compris, l'église de la Résurrection, l'église de la Multiplication des pains et des poissons, la mosquée d’Al-Aqsa et la mosquée de Qubbat as-Sakhra. En 2014, la mosquée d’Al-Aqsa a été, à plusieurs reprises, attaquée par des extrémistes, dont des colons sionistes, des soldats, des ministres, des agents de police, voire, des députés de la Knesset. Qods symbolise la nature opprimée de la Palestine, à travers l’Histoire, et elle ne cesse de crier l’émancipation du joug des occupants sionistes, après 48 ans d’occupation.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir