This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mardi, 07 juillet 2015 05:19

Négociations nucléaires : le compte à rebours a commencé à Vienne

Négociations nucléaires : le compte à rebours a commencé à Vienne
IRIB- L’Iran et les 5+1 travaillent depuis des mois pour trouver un terrain d’entente afin de finaliser leurs accords au sujet du programme nucléaire iranien.
Le compte à rebours a commencé à Vienne où se déroulent les dernières réunions entre l’Iran et les six grandes puissances pour trouver une solution finale avant la date butoir du 7 juillet. Les points de désaccord compliqués et difficiles ont tous été identifiés depuis longtemps, et les négociateurs ont une tâche difficile à remplir, durant ces dernières heures qui leur restent pour résoudre ces points sensibles et déterminants. Ces derniers jours, les discussions ont été focalisées sur les questions clés. Des diplomates ont fait état samedi de la conclusion d’un accord imminent sur la question des sanctions imposées à la RII, pourtant le haut membre de la délégation iranienne, Seyed Abbas Araqchi, a déclaré aux journalistes que plusieurs points restent encore irrésolus. La partie iranienne a annoncé depuis longtemps que la levée immédiate des sanctions anti-iraniennes dès la signature de l’accord définitive entre Téhéran et les grandes puissances, était la ligne rouge de Téhéran. Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères a ajouté que l’accord qui serait éventuellement signé à Vienne, devra déterminer clairement les modalités de la suppression des sanctions imposées à l’Iran en raison de son programme nucléaire civil. Il y a un autre obstacle à surmonter : celui qui porte sur les mécanismes de l’accès des inspecteurs internationaux au programme nucléaire iranien, notamment en ce qui concerne les inspections des sites sensibles en Iran. Dans ce domaine, l’Iran semble attendre pour le moment la réponse définitive de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).
Il faut rappeler que parallèlement aux négociations en cours à Vienne, le directeur général de l’AIEA, Yukiya Amano a voyagé jeudi à Téhéran, et s’est entretenu à ce propos avec les autorités iraniennes. A l’issue de sa visite, Amano a fait état, devant les journalistes, de progrès considérables. Auparavant, l’AIEA avait prétendu qu’avant 2003, l’Iran aurait réalisé des recherches dont le but auraient été la fabrication de la bombe atomique. Or, jusqu’à présent, l’AIEA n’a réussi à présenter aucune preuve pour appuyer cette hypothèse. En outre, l’AIEA a demandé aussi l’autorisation d’interviewer les savants atomistes de l’Iran qui a annoncé haut et fort qu’il s’agissait, là encore, de l’une de ses lignes rouges dans le cadre des négociations nucléaires. Pour trouver une solution acceptable pour tous, les adjoints du directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique sont venus de nouveau à Téhéran lundi.
En même temps, Vienne a été ces derniers jours le foyer des consultations politiques successives entre les négociateurs iraniennes et les représentants des pays membres du groupe 5+1. Dans ce cadre de ces efforts diplomatiques, le secrétaire d’Etat américain John Kerry a rencontré à plusieurs reprises le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad-Javad Zarif.
« Nous souhaitons pouvoir arriver à un accord précis et sortir la tête haute de cette épreuve pour montrer au monde que les pays peuvent s’entendre sur les questions les plus difficiles. Pourtant, je tiens à dire qu’il existe encore des problèmes très compliqués à résoudre », a déclaré le secrétaire d’Etat américain John Kerry.
En tout état de cause, tous les participants aux négociations nucléaires à Vienne s’accordent à dire que tout dépend de la volonté politique de toutes les parties concernées pour que les négociations finissent par la signature d’un accord définitif.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir