This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
vendredi, 03 juillet 2015 17:29

Nucléaire: dernier prétexte de l'AIEA?

Nucléaire: dernier prétexte de l'AIEA?
IRIB- La date butoire du 30 juin a expirée discrètement...
Or, juste après ce Jour J, au moment où le Directeur général de l'AIEA était en visite à Téhéran, les médias occidentaux se sont mis à s'occuper de la "possible dimension militaire" du programme nucléaire de l'Iran! Certains disent même que l'examen de PMD comptait parmi les objectifs de la visite à Téhéran de Yukiya Amano... La possible dimension militaire du programme nucléaire de l'Iran a été avancée pour la première fois en 2007. A l'époque, le Directeur général de l'AIEA, Mohammad el-Baradeï a évoqué dans son rapport trimestriel, l'affaire des prétenues études et demandé à l'Iran de donner des explications sur ces études liées à la conversion du dioxyde d'uranium (UO2) au tétrafluorure d'uranium (UF4) et le test de l'explosion à haut niveau, f à distance. Lors de deux réunions séparées, l'AIEA a informé l'Iran via des vidéos-projecteurs des informations sur ces documents sans lui donner pour autant une quelconque copie. Or, l'Iran, malgré toutes les ambiguïtés, a noté, pendant trois jours, de cette copie électronique et présenté, ensuite, à l'Agence viennoise, ses études d'expertise dans un rapport de 117 pages avec des explications orales. Pourtant, le Directeur général de l'AIEA a jugé encore insuffisants ces rapports. Depuis novembre 2009 et le remplacement d'el-Baradei par Yukia Amano, l'Agence a opté pour une position plus sévère envers l'Iran, ce nouveau Directeur général ayant plus proche d'Israël et des Etats-Unis! Et aujourd'hui, après huit ans, Amano refuse toujours de mettre à la disposition de l'Iran une copie de ces documents, qui sont, insiste-il, assez authentiques pour plus d'études, et cela pour des raisons incompréhensibles telles que le refus des pays détenteurs de ces documents à les remettre à l'Agence!! Ce sont ces mêmes documents qui sont devenus actuellement un levier de pression sur l'Iran, l'Agence allant plus loin en les liant à l'accord global qui doit être obtenu. L'AIEA demande l'accès de ses inspecteurs aux sites iraniens et aux savants atomiques pour pouvoir vérifier et se rassurer de ce que le programme nucléaire de l'Iran n'était pas militaire. L'AIEA soupçonne Téhéran d'avoir mené des recherches, au moins jusqu'en 2003, pour se doter de la bombe atomique, et cherche à avoir accès aux scientifiques impliqués, ainsi qu'aux documents et sites qui pourraient avoir abrité ces recherches. Téhéran a toujours démenti avoir voulu ou vouloir se constituer un arsenal militaire nucléaire, affirmant que les documents sur lesquels se base l'AIEA sont des faux.
En tout état de cause, une inspetion des sites ou l'interrogatoire des savants iraniens restent sérieusement exclues, comme l'a réitéré catégoriquement le Guide suprême de la Révolution islamique. L'Iran est pourtant prêt à coopérer sur la PMD avec l'Agence et accélérer cette coopération pour parvenir à une conclusion, selon ce qu'a déclaré Abbas Araghchi, mais cela "dans un temps déterminé et dans le cadre des règlements existants", selon les termes exacts du président iranien, Hassan Rohani. Comment pourrait-on donner une telle autorisation à l'Agence qui refuse de remettre à l'Iran une seule copie des prétendus documents parlant de la nature militaire de son programme? Est-ce qu'on peut avoir confiance en une telle instance dont la nature est purement "politique"?

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir