This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
vendredi, 03 juillet 2015 04:47

"Flottille de la Liberté III" : les militants des droits de l’Homme, prisonniers d’Israël

"Flottille de la Liberté III" : les militants des droits de l’Homme, prisonniers d’Israël
IRIB- Quatre jours après l’arraisonnement du navire suédois «Marianne», premier bateau de la «Flottille de la Liberté III», en route vers la bande de Gaza, les 14 militants des droits de l’Homme, passagers de ce navire, sont détenus par le régime sioniste.
Conduisant la «Flottille de la liberté III», décidée à briser le blocus maritime imposé par le régime sioniste au territoire palestinien, le "Marianne" n’est pas parvenu à destination. L’Alliance de la "Flottille de la Liberté" a exigé la libération de tous les passagers de ce navire, par le régime israélien. Elle a, aussi, jugé, dans un communiqué, que l’arrestation de militants de paix internationaux était un acte illégal et contraire au droit international. Avec l’incursion des forces spéciales de la Marine du régime sioniste, à proximité des côtes de Gaza, le bateau suédois «Marianne» a été dérouté vers le port d’Ashdod, en Palestine occupée. Les participants à la flottille, parmi lesquels se trouvaient l’ancien Président tunisien, Moncef Marzouki, des artistes et des figures politiques internationaux, sont retenus en détention par Israël. Simultanément, des dizaines d’enfants gazaouis ont manifesté, en guise de protestation contre l’interception, par la Marine israélienne, du bateau «Marianne», faisant partie de la "Flottille de la Liberté III". Les enfants palestiniens portaient des écriteaux sur lesquels étaient libellés : «"La Flottille de la Liberté III", nous vous attendons encore». Par ailleurs, l’ancien Président tunisien, Moncef Marzouki, a déclaré que sa présence, au sein de la "Flottille de la Liberté III" traduisait la solidarité de son peuple avec la nation palestinienne. Après sa libération, il a insisté sur les efforts censés lever le blocus de Gaza, disant qu’il s’y était engagé, loin de tout motif politique, et dans le seul but de soutenir les valeurs humaines. Après l’arraisonnement du navire suédois «Marianne» par la Marine du régime sioniste, le quotidien britannique, «The Independent», a révélé que Londres avait vendu des armes et des équipements de guerre au régime sioniste, lors de la guerre de 50 jours du régime sioniste contre la bande de Gaza, en été 2014. Selon «The Independent», la Grande-Bretagne avait signé, dans la foulée de cette guerre, des traités militaires d’un montant de 4 millions de livres sterlings avec le régime de Tel-Aviv. Dans le cadre de ces contrats, le gouvernement de David Cameron a livré au régime israélien, des dizaines de cargaisons d’armes et de munitions militaires, dont des drones et des missiles. Après huit années de blocus et trois guerres du régime sioniste, Gaza a besoin, en plein été, de combustible, de denrées alimentaires et de médicaments. Un an après la guerre de 50 jours, la poursuite du blocus imposé à la bande de Gaza ne permet pas la reconstruction des habitations, pour les Gazaouis, qui vivent, encore, sous des tentes.
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir