This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mercredi, 01 juillet 2015 05:21

Les chimères de M. Barzani ...

Les chimères de M. Barzani ...
IRIB- Le président de la région du Kurdistan irakien, Massoud Barzani a prétendu que l'avant texte du projet de loi décidant des prérogatives de la présidence de cette région, met en danger le principe "entente et accord".
La région du Kurdistan irakien, après avoir été reconnu officiellement la seule région fédérale de l'Irak, s'est dotée, légalement et officiellement, d'un gouvernement local et d'un parlement. La constitution n'a pas été pourtant, mis au référendum et la région du Kurdistan irakien est toujours dirigée sans constitution officielle, ce qui se trouve alors, à l'origine des désordres politiques et des tendances autoritaires des responsables actuels de cette région. Et parmi d'autres, l'un des sujets sur lequel s'est focalisée, pendant toutes ces dernières années, l'opposition au parti démocrate, concerne la volonté de Massoud Barzani à former un ordre politique autoritaire dans la région. Pour le rappel, les partis de l'opposition dont le mouvement du changement, se sont tous opposés en 2013 à la reconduction de deux ans, du mandat présidentiel de Barzani; ils n'ont pas pu toutefois faire quelque chose, leurs sièges au parlement étant très restreints. Or, les deux ans reconduits pour Massoud Barzani, vont s'expirer en août 2015 et les partis de l'opposition ont déjà demandé que les prérogatives du président de la région soient limitées. L'avant texte du projet de loi de la détermination des prérogatives du président du Kurdistan irakien a été remis le 23 juin au parlement local, mais les députés du parti démocrate de Massoud Barzani ont claqué la porte et quitté la séance du parlement. Notons que ce projet de loi doit changer l'ordre gouvernemental du Kurdistan irakien de "présidentiel" au "parlementaire". Cela n'est pas, toutefois, du goût de Massoud Barzani qui rêve l'indépendance du Kurdistan de l'Irak, d'où la position hors-lois qu'il a entreprise, en considérant ce projet de loi comme en contradiction avec le principe "accord et entente" entre les partis. A noter qu'en vertu du principe " entente et accord", conformément auquel, le 8ème gouvernement local de la région a été formé, aucun parti ne pourrait proposer un projet de loi, sans obtenir l'aval des autres partis du parlement local. Entre temps, les partis de l'opposition dont le Mouvement pour le changement, qui, tout en s'oppposant au dit projet de loi qu'il juge dans le sens des intérês des partis pro-Barzani, demandent le renforcement du rôle du Parlement et l'affaiblissement du rôle du président de la région. Qu'a fait alors Massoud Barzani? Il n'est pas sans doute resté les bras croisés, menaçant d'annoncer son avis, d'ici le 20 août, au cas où les partis de l'opposition ne puissent agir selon ce principe. Il semble que Massoud Barzani se croit, déjà, le gagnant des élections du 20 août, et cela au moment où l'opposition se dit même contre la candidature de Barzani.
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir