This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
dimanche, 28 juin 2015 15:39

Iran:comment lutter contre la guerre "douce" de l’ennemi?

Iran:comment lutter contre la guerre "douce" de l’ennemi?
IRIB- A la veille du jour anniversaire de la mort en martyr

de l’Ayatollah Beheshti et de 72 membres du Parti de la République islamique, disparues, en juillet 1981, le Guide suprême de la Révolution islamique a réitéré, lors d’une rencontre avec les familles des martyrs de ce triste évènement, l’impératif de connaître l’ennemi, dans divers domaines. «Aujourd’hui, l’Iran a besoin de se doter d’une ferme volonté, pour connaître l’ennemi et se préparer à le confronter, dans une guerre "douce" ou (soft war)», a fait remarquer l’honorable Ayatollah Khamenei, avant de recommander à la nation iranienne d’approfondir sa connaissance de l’ennemi et de s’apprêter à le confronter, dans une guerre "douce" et dans les autres domaines, culturel, politique et social. Dans le calendrier iranien, le 7 Tir, (28 juin), coïncide avec le jour anniversaire des attentats terroristes, commis par des éléments du groupuscule terroriste des Monafeghin, dans les premières années de l’avènement de la Révolution islamique ; des attentats, comme l’explosion du bureau du Premier ministre et de la Présidence de la République islamique d’Iran et la mort en martyr du Président et du Premier ministre de l’époque, les explosions de bombes, lors des prières du vendredi, à Téhéran, et dans d’autres villes de l’Iran, qui se sont soldées par la mort en martyr de nombreux imams de la prière collective. La tentative d’assassinat de l’Ayatollah Khamenei, lors de la prière du vendredi de Téhéran, ainsi que l’explosion du siège du Parti de la République islamique, qui a entraîné la mort en martyr de 72 personnalités et responsables de l’Ordre islamique, dont l’Ayatollah Beheshti, Chef du pouvoir judiciaire iranien de l’époque, ne sont qu’une partie du bilan noir des Monafeghin. L’ensemble des attentats terroristes de cette époque-là font partie du mouvement bien calculé et orchestré par l’Arrogance mondiale, visant à porter atteinte à la Révolution islamique et au nouvel Ordre de la République islamique. Dans le sillage de la victoire de la Révolution islamique, l’Iran a connu une vague déferlante de complots terroristes, qui ont fait plus de 17.000 victimes, venant à l’appui de cette amère réalité. Les éléments du groupuscule terroriste des Monafeghin ont assassiné, de 1979 à 1981, plusieurs responsables, forces révolutionnaires et diverses couches de la société iranienne, et lorsqu’ils ont fini par s’enfuir d’Iran, dans un acte de compromis avec les pays européens et les Etats-Unis, ils sont restés, pendant une certaine période, en France, et, ensuite, sur la base d’un accord calculé, ils ont quitté la France, à destination de l’Irak. En Irak, les membres de ce groupuscule terroriste ont procédé à la répression des habitants du Sud irakien, ainsi que des Kurdes. Après l’intervention des Etats-Unis, en Irak et la chute de Saddam Hussein, les éléments des Monafeghin ont bénéficié du soutien américain et européen. Il n’y a pas l’ombre d’un doute que le soutien des Etats-Unis au terrorisme fait partie de la stratégie de Washington visant à s’ingérer, dans les affaires de la région. Ce processus se poursuit, aujourd’hui, par le soutien sans ambages des Etats-Unis au groupe terroriste Daech. Les évènements de ces dernières années ont montré que le terrorisme ne connaît pas de frontières, mais ce qui nous inquiète plus, est la nature du terrorisme international et les politiques ambivalentes de l’Occident envers les groupes terroristes. En effet, les Etats-Unis formulent des arguments démagogiques et parlent de  "bon terrorisme"  et de "mauvais terrorisme", pour, ainsi, justifier leur soutien au terrorisme, et au lieu de lutter contre ce fléau, ils publient, chaque année, une liste de groupes, qu’ils qualifient de «terroristes», en accusant d’autres de soutenir le terrorisme. Tout comme le Guide suprême de la Révolution islamique l’a souligné, cette attitude de deux poids, deux mesures, s’exerce de telle manière que ceux qui ont commis des crimes terroristes, en Iran, vivent, librement, en Europe et aux Etats-Unis, rencontrent les responsables des pays occidentaux, et assistent même à des réunions, sur le thème des droits de l’Homme !! A vrai dire, l’accent mis par le Guide suprême de la Révolution islamique, sur la nécessité de lutter contre la guerre "douce" fait référence aux antécédents de la guerre "soft", qui se poursuit, sous divers stratagèmes, et que le seul moyen d’y faire face est de bien connaître l’ennemi et de rester vigilant, face aux complots qu’il trame.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir