This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
samedi, 27 juin 2015 17:31

Le Conseil européen demande l’augmentation du budget militaire défensif

IRIB- A  la suite des attaques terroristes, survenues au Koweït, en Tunisie et en France, Donald Tusk, le Chef du Conseil de l'Europe, a demandé au pays de l’UE d’augmenter leurs crédits alloués aux dépenses défensives. 

La demande de Tusk intervient, alors que le changement important, survenu dans la situation sécuritaire de l’Europe et des régions voisines, a retenu son attention et celle des chefs d’Etat européens.

Lors de la Conférence de Bruxelles, les négociations des chefs d’Etat de l’UE ont porté sur la crise de la dette de la Grèce, la question de la migration illégale, les efforts de la Grande-Bretagne, pour redéfinir ses relations avec cette Union, et, en particulier, sur les questions du renforcement de l’industrie défensive et de la transformation de l’Europe en un acteur plus puissant, dans les domaines sécuritaire et militaire.

"Pour faire face aux changements sécuritaires, les Européens doivent investir, dans les domaines défensifs", a déclaré, Tusk, à l’issue de cette conférence.  

Jens Stoltenberg, le secrétaire général  de l’OTAN, a participé à cette conférence, pour négocier sur les nouveaux dangers qui menacent l’Europe, en ce qui concerne le déclenchement des guerres, du terrorisme mondial et des cyber-attaques.  

Il faut rappeler que, depuis  la crise financière de 2008,  plusieurs pays européens ont réduit leurs dépenses militaires, soulevant l’inquiétude des Etats-Unis et de l’OTAN, quant aux capacités militaires en déclin de l’Europe, notamment, au moment de l’exacerbation des tensions avec la Russie, sur fond de crise ukrainienne.

La poursuite de la détérioration économique et financière, dans plusieurs pays de l’UE, et l’adoption d’une politique d’austérité économique, qui a conduit, ces dernières années, à la réduction du budget militaire de plusieurs pays de cette Union, ont donné lieu à des mises en garde, quant aux répercussions négatives de cette question, sur les capacités militaires et défensives de l’UE, remettant en question ses capacités à accomplir ses engagements vis-à-vis de l’OTAN.

Dans ce droit fil, Rasmussen, ancien secrétaire général de cette Alliance, avait mis en garde, en 2013, contre la réduction des budgets défensifs des pays européens, membres de cette organisation.

La réduction du budget défensif des pays européens a détérioré la situation économique, car avec une telle décision, les industries militaires européennes subissent des pertes et dommages importants.

L’importance de la question de l’augmentation des budgets militaires et sécuritaires des pays de l’UE s’appuie sur les facteurs suivants :

Tout d’abord, le déclenchement de la crise ukrainienne et la confrontation militaire de l’UE et des Etats-Unis, dans le cadre de l’OTAN, avec la Russie, a fait que le climat pacifique et serein d’après la guerre froide, qui régnait sur l’Europe, soit confronté à de vastes bouleversements, et que les dirigeants européens, notamment, lors de la réunion de 2014 des dirigeants de l’OTAN, soit unanime sur la formation d’une force de réaction rapide, dans le but de faire face à la Russie, en Europe de l’Est.

D’autre part, nous sommes témoins de l’intensification des  menaces terroristes, en Europe, qui se sont cristallisées dans les attaques des extrémistes, en France, en Belgique, au Danemark et, récemment, dans le Sud-Est de la France.

Ces actes terroristes sont perpétrés par des éléments liés aux groupes takfiris, jouissant de la nationalité de ces pays, tandis que les Occidentaux  sont, eux-mêmes, directement, impliqués, dans la formation et le renforcement des groupes terroristes, notamment, Daech.  

De cette manière, les dirigeants européens se voient, aujourd’hui, confrontés  à des réalités amères, dont le remède est, aux dires du chef du Conseil de l'Europe, d’augmenter le budget militaire et défensif.

Et pourtant, il ne faut pas oublier que, malgré la promesse d’augmenter les capacités militaires de l’UE, en tenant compte des réalités économiques et des lourdes pressions financières qui pèsent sur les gouvernements des pays européens, membres de l’OTAN, comme la Grèce, l’Espagne et l’Italie, la mise en œuvre des plan envisagés, pour renforcer les capacités  sécuritaires et militaires de l’UE, ne sera pas tâche facile.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir