This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
vendredi, 26 juin 2015 17:28

Yémen: l'Onu veut-elle vraiment la paix?

 Yémen: l'Onu veut-elle vraiment la paix?
IRIB – Le Conseil de sécurité des Nations Unies
a demandé la participation de toutes les parties aux négociations de paix du Yémen et la facilitation de l’acheminement des aides humanitaires urgentes vers ce pays. Le  communiqué publié jeudi par le Conseil de sécurité insiste sur la demande du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, en faveur de la réalisation du cessez-le-feu au Yémen pour permettre l’arrivée des aides humanitaires. L’Arabie saoudite et ses alliés arabes ont lancé le 26 mars les attaques aériennes contre différentes régions du Yémen, faisant un grand nombre de tués, blessés et déplacés chez les civils yéménites. Les responsables onusiens ont demandé jeudi la reprise de l'acheminement des denrées alimentaires vers le Yémen par le biais des cargos de commerce, pour empêcher la famine et la catastrophe humanitaire dans ce pays. A ce propos, le secrétaire général adjoint des Nations Unies pour les affaires humanitaires, Stephen O'Brien a affirmé qu’il serait très important que les cargos de commerce puissent retourner aux ports yéménites, « car ce pays est aux prises avec une sérieuse pénurie de médicament et de nourriture », selon ses propres termes. « La destruction des infrastructures yéménites dont les silos a conduit ce pays au seuil de la famine, de sorte que 10 des 22 provinces du Yémen ont besoin d’aide urgente en nourriture », a souligné le responsable onusien. Toujours selon le secrétaire général adjoint des Nations Unies, la pénurie de combustible a causé des problèmes aux centres de santé au Yémen dont l’ordre hygiéniste faillit s’effondre. « L’un des principaux problèmes au Yémen consiste à créer les mécanismes adéquats d’inspection des cargos de commerce qui veulent accoster aux ports yéménites », a ajouté Stephen O'Brien. Dans le même temps, le représentant spécial de l’ONU pour le Yémen, le Cheikh Ould Al-Cheikh Ahmed a mis en garde contre le danger de la famine au Yémen. Cheikh Ahmed a aussi évoqué la nécessité d’établir la trêve humanitaire au Yémen eu égard à la gravité des conditions dans ce pays exposé au danger de la famine. «21 millions de Yéménites c’est-à-dire 80% de la population de ce pays ont besoin de l’aide humanitaire », précise l’envoyé spécial de l’ONU. Dans de telles conditions, les groupes politiques yéménites qui sont contre le régime des Saoud ont demandé, dans une lettre au secrétaire général de l’ONU, la poursuite des efforts susceptibles d’aider au règlement politique de la crise au Yémen. Dans leur lettre à Ban Ki-moon, les groupes yéménites ont demandé l’arrêt des attaques saoudiennes et la levée du blocus injuste imposé au peuple yéménite, dans l’espoir que M. Ban intègre à son ordre du jour de véritables mesures constructives censées aboutir aux résultats appropriés.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir