This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mercredi, 24 juin 2015 05:44

Le jugement des casques bleus de l'ONU pour crimes commis au Mali

IRIB- Plusieurs membres de la police de la Minusma, la force des Nations unies au Mali, accusés d'avoir tué trois personnes lors d'une manifestation en janvier dernier à Gao, ont été arrêtés et seront jugés dans leur pays d'origine, a-t-on appris lundi de source diplomatique à l'ONU.
Selon cette même source, les familles des manifestants tués seront indemnisées par les Nations unies. L'Onu n'a pas identifié les policiers mis en cause mais des images tournées lors des heurts montrent qu'il s'agit de Rwandais. Les troupes rwandaises sont parmi les mieux entraînées et expérimentées des troupes de maintien de la paix de l'ONU, s'accordent à dire diplomates et responsables onusiens.
Dans le cas de crimes commis par des casques bleus, la sanction est déterminée par la justice de leur pays d'origine. Environ 7000 casques bleus se sont déloyés par l'ONU au Mali depuis l'intensification des conflits, en juillet 2013, sans être accueillis pour autant d'une manière chaleureuse par le peuple qui est, pour la plupart, contre cette présence étrangère. Les Maliens estiment que les casques bleus n'agissent pas avec impartialité et qu'ils défendent certains ethnis lors des conflits d'autant plus qu'ils sont accusés, dans certains cas, de l'inertie et l'inaction. Or, la sauvegarde de la sécurité des civils et l'application de l'ordre et de la loi sont les deux axes définis pour la présence de ces forces dans les pays tels que le Mali, qui sont aux prises avec les guerres civiles. Conformément aux lois internationales, les forces de maintien de la paix doivent toujours faire preuve de l'impartialité dans les conflits car leur mission n'est rien que l'établissement de la paix. En plus, ces forces n'ont pas l'autorisation à utiliser leurs armes à moins que cela soit leur dernière option pour se défendre! Il ne semble pas qu'il s'agisse du cas des casques bleus au Mali qui sont, aujourd'hui, accusés de meurtre des protestataires à la manifestation du janvier 2015. Et cela sans compter d'innombrables informations qui parlent du viol et de l'harcèlement des civils notamment les femmes dans les autres pays tels que Haïti. Est-cela la mission de l'ONU? N'est-il pas le temps à cette instance, qui s'est transformée en un instrument entre les mains de certains pays puissants, de réviser sa structure et ses politiques?

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir