This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
samedi, 28 mars 2015 17:36

USA/Riyad, au secours de Daesh…

USA/Riyad, au secours de Daesh…
IRIB- En Syrie, les forces saoudiennes attaquent, sur 2 fronts : le Nord et le Sud. Au Nord, la ville loyaliste d’Idlib est encerclée par des milices liées à Al-Qaïda.
Ces milices utilisent des armes américaines, notamment, des missiles TOW, pour venir à bout de la résistance de l’armée syrienne et des forces populaires, qui défendent leur ville et leurs terres. L’un des commandants Al-Qaïda de l’opération d’Idleb est un Saoudien, dénommé Abdallah al-Mouhaisni. Au Sud, c’est la ville antique de Bosra al-Cham, au cœur de laquelle trône un amphithéâtre romain, qui vient de tomber aux mains d’une coalition de groupes terroristes, pilotés par le Front Al-Nosra, filière d’Al-Qaïda, en Syrie. Alors que le commandement US se gargarise de discours anti-terroristes, aucun avion de l’Axe US/UE/CCGP n’a été aperçu, dans le ciel syrien, au-dessus d’Idleb ou de Bosra al-Cham. Comme le révèle la dépêche Reuters du 23 mars dernier, signée Tom Perry, les armées occidentales ont même intensifié leurs livraisons d’armes à Al-Qaïda, sur le Front Sud. C’est par la frontière jordano-syrienne que ces armes, pour la plupart, offertes par l’Arabie saoudite, le plus grand importateur d’armes au monde, parviennent à la coalition anti-Assad du Front Sud. Israël n’est pas en reste, puisque des sources officielles reconnaissent, désormais, fournir de l’aide aux forces anti-Assad, dont Al-Qaïda, au Mont Bental, sur le plateau du Golan. Ainsi, donc, les belles âmes occidentales, éprises d’art et de raffinement, celles-là même, qui se lamentent des destructions des musées et du patrimoine de l’Orient, par les terroristes de Daesh, ont offert à Al-Qaïda, Bosra al-Cham, une ville antique, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. En Irak, les USA sentent qu’ils perdent pied, dans la résistance contre Daesh. Forces kurdes, chiites et sunnites, appuyées par le voisin et allié iranien, ont réussi à former une alliance anti-terroriste, qui porte ses fruits. Plusieurs villes et villages des provinces de Salaheddine et Anbar ont, ainsi, pu être libérés de la présence terroriste. Craignant cette unité supra-ethnique et supra-confessionnelle, l’aviation US a bombardé, vendredi, les positions des forces populaires, dans la ville de Tikrit, par crainte de perdre pied, dans ce pays, devenu allié de l’Iran. Par hostilité atavique envers l’Iran, les Saoud ont, longtemps, encouragé Daesh. Et C’est, finalement, au Yémen, dans leur arrière-cour, que les Saoud ont décidé de lancer leurs bombardiers contre la résistance anti-Daesh. Ce n’est pas le ministre saoudien de la Défense, le prince Mohammed Ben Salman ou le Roi d’Arabie saoudite Salman Ben Abdel Aziz, qui a annoncé l’entrée en guerre de son pays contre la souveraineté du Yémen, mais l’ambassadeur saoudien, à Washington. Le scénario est digne d’un film arabe de série B, et il va finir de même : après trois jours de campagne de bombardements intenses, la DCA yéménite fonctionne à plein régime… Le premier chasseur saoudien s'est écrasé, jeudi… le second, vendredi…..

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir