This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mardi, 16 septembre 2014 04:03

France : Une conférence pour redorer un blason ?

France : Une conférence pour redorer un blason ?
IRIB- La conférence de Paris avait pour ambition combattre Daech ou bien c’était plutôt un bol d’oxygène sur le plan international à un président,

qui vit l’enfer en politique intérieure. Lundi matin, au cœur du salon de l’Horloge du Quai d’Orsay, le président français, François Hollande, ouvrait une grande messe-diplomatique, ayant en face de lui le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov ainsi que Federica Mogherini, nouvelle chef de la diplomatie européenne. Au total pas moins de 26 responsables internationaux étaient présents à Paris, à l’appel d’un François Hollande, très l’aise dans son costume de guerre, déjà revêtu au Mali et en Centrafrique,  et de son homologue irakien, Fouad Maassoum, pour discuter de la crise en Irak. Toutefois, si François Hollande se trouve sous les projecteurs, ce sont bien les Etats-Unis qui demeurent aux avant-postes. Depuis le 8 août, l’aviation américaine bombarde les positions de Daesh. Mais la décapitation par les éléments de groupe terroristes de deux journalistes américains a bouleversé le calendrier, et contraint Barack Obama à intensifier son opération. Pour mieux légitimer son action, le président américain œuvre  désormais à constituer une vaste coalition internationale contre Daesh. "La France pour sa part a déjà livré des équipements, en liaison avec l'Europe et les pays qui pouvaient s'associer à nous", indique François Hollande.  Au même moment, le ministre français de la Défense indiquait depuis les Émirats arabes unis que deux avions de combat Rafale avaient effectué leurs premiers vols de reconnaissance militaire au-dessus de l'Irak. Pourtant, l'intervention française devrait se cantonner à des frappes aériennes ciblées menées par une douzaine de Rafale. L'armée française étant déjà engagée sur deux théâtres de guerre dans la bande sahélo-saharienne et en Centrafrique, elle ne dispose plus des budgets nécessaires pour une opération d'ampleur en Irak. Une force de frappe limitée qui contraste avec les fastes diplomatiques du jour. François Hollande  a tout de même réussi à mobiliser les chefs de la diplomatie d'une trentaine de pays en moins de quatre jours", rappelle-t-on. Pourtant, à l'issue de la conférence en fin de matinée, l'affaire irakienne n'avait guère avancé. Laurent Fabius, qui a succédé au pupitre à François Hollande, n’a fait que répéter ce dernier. Surtout, le chef de la diplomatie française n'a apporté dans la conclusion finale du sommet aucun élément nouveau, insistant toujours autant sur la nécessité d'une "action globale" en Irak, avec un soutien politique, sécuritaire et humanitaire à Bagdad. C’est vraiment génial, non ?!!

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir