This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
samedi, 12 juillet 2014 10:25

L'offensive terrestre contre Gaza n'est qu'une « guerre psychologique »

L'offensive terrestre contre Gaza  n'est qu'une « guerre psychologique »
IRIB- «  Israël tente de massacrer les femmes et les enfants pour camoufler s

on grand fiasco en matière de renseignement » a rapporté le quotidien al-Qods al-Arabi.  Dans son éditorialiste «  l'embarras d'Israël et la guerre terrestre contre Gaza », le quotidien al-Qods al-Arabi a examiné la situation actuelle dans la bande de Gaza, et l'éventuelle offensive terrestre israélienne contre cette région, le quotidien al-Qods al-Arabi a écrit : «  En dépit du fait qu'un haut responsable israélien a dit que les 36 heures à venir sont déterminantes, que les décisions seront prises en cette matière et que les forces israéliennes se sont entrainées, pratiquement, pour lancer une offensive contre la bande de Gaza, certains observateurs disent que l'allusion implicite à l'offensive contre Gaza n'est qu'une guerre psychologique. Les observateurs avancent cet argument qu'Israël n'a pas adopté encore les actions militaires préparatoires, comme c'était le cas de ses précédentes agressions.  A titre d'exemple, le régime israélien n'a pas procédé encore à de vifs bombardements pour détruire les infrastructures de Gaza et de la transformer en trois régions séparées » écrit encore ce quotidien avant de préciser : «  En outre, les pertes en vie humaines pour Israël risquerait d'être beaucoup plus importantes ce que chacune des parties politiques présentes, actuellement, en Palestine occupée, puisse tolérer. Et ce quotidien de poursuivre : «  Cependant, la guerre terrestre reste  comme une option. Cela ne veut pas dire qu'Israël croit  pouvoir atteindre ses visées dans cette agression, ni sortir de l'embarras de cette guerre, mais la vérité, c'est qu'Israël et contraint de choisir entre le mauvais et le pire. Et ce quotidien d'indiquer : «  A un moment où la confrontation arrive à son paroxysme, et que l'éventualité d'une guerre terrestre se renforce », il y des signes qui ne doivent pas être ignorés ».

Premièrement, la proposition ouverte et sans précédent du Président américain, Barak Obama, au Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu pour faire la médiation entre Israël et le Hamas. Cette proposition offerte par Obama témoigne, clairement, de la compréhension de Washington de l'ampleur des dégâts stratégiques et psychologique qu'Israël subit dans cette confrontation. Cette proposition est une invitation ouverte aux parties régionales, en leur tête l'Egypte, pour intervenir en vue de stopper cette confrontation et revenir à l'accord signé, en 2012, sous la médiation et l'auspice entre Israël et la résistance palestinienne.

Deuxièmement, les conditions semblent  être réunies pour l'escalade de tension par Israël. L'Autorité autonome palestinienne s'est contentée de condamner les attaques israéliennes, tandis que le porte-parole du Hamas au Nord de Gaza a vivement critiqué le Président de l'Autorité autonome palestinienne,  ainsi que le Conseil de Sécurité pour son incompétence et son incapacité. Mais au niveau régional,  en raison des complexités politiques dans les relations du Hamas avec les puissances essentielles, il y a un feu vert arabe pour l'exécution «  d'une opération chirurgicale », pour affaiblir le Hamas sans laisser des pertes en vie humaine, ce qui presque impossible, en raisin de la forte densité de la population.

Troisièmement, l'incursion dans la bande de Gaza a besoin d'un large éventail d'informations et d'une banque de cibles à viser.  Un officier israélien a dit quelque chose qui a suscité le mécontentement politique dans les milieux de ce régime. «  si Israël avait des informations concernant les missiles, il les aurait bombardé, depuis longtemps », La vérité, c'est que le régime israélien qui prétend bombarder 110 cibles dans une superficie de moins de 150 kilomètres de carré, n'a plus de cibles à viser,  et il cherche, donc, à massacrer les femmes et les enfants pour camoufler sa grande défaite en matière de renseignement.

Quatrièmement, la réoccupation de la bande de Gaza rendra Israël comme responsable direct des besoins fondamentaux des habitants de cette région, dont la libre circulation, conformément aux traités de Genève. Et c'est ainsi qu'il transporter une bombe à retardement,  ce qui risquerait de déclencher, la troisième intifada palestinienne.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir