This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
lundi, 20 janvier 2014 05:53

Syrie : L’Occident, l’arroseur arrosé! (Audio)

IRIB- Cécilia Malmström, Commissaire européenne chargée des affaires intérieures,

a mis en garde contre la menace que représentent les extrémistes actifs, en Syrie, et leur retour, en Europe. «Le seul défi sécuritaire intérieur qui menace l’Europe provient des extrêmes droites. Ce courant comprend différents groupes, dont les racistes et les xénophobes, qui visent, surtout, les populations issues de l’immigration. Ces tendances se multiplient, de jour en jour», a déclaré Cécilia Malmström. Pour elle, les extrémistes les plus dangereux sont ceux qui sont retournés, en Europe, après s’être battus en Syrie. Selon les chiffres qu’elle a présentés, plus de 1.200 Européens ont quitté leur pays, et pris part à des activités terroristes, dans les zones déchirées par la guerre. Leur retour au pays constitue une menace potentielle à la sécurité locale. «Les ex-combattants, qui ont lutté contre le gouvernement syrien, aux côtés des terroristes, ont reçu des formations militaires et sont dotés, maintenant, d’une pensée plus radicale et d’une approche plus extrémiste», a affirmé Malmström, avant de poursuivre : «La menace du terrorisme intérieur, en Europe, provenait, autrefois, de grands groupes organisés, mais elle est représentée, maintenant, par de petits groupes, voire, des individus indépendants». A noter que les Etats européens imposent des mesures de plus en plus radicales contre les personnes impliquées dans la guerre, en Syrie. Dans la foulée, le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, a fait part de la surveillance drastique des appareils sécuritaires sur les ex-guerriers de la Syrie. Deux ressortissants britanniques viennent d’être arrêtés, à l’aéroport de Heathrow, à leur retour d’Istanbul. Deux jeunes femmes britanniques ont, aussi, été arrêtées, à l’aéroport, d’où elles voulaient se rendre à Istanbul. La police britannique prétend que les personnes arrêtées seraient impliquées dans la guerre, en Syrie. L’approche qu’adoptent les Etats européens envers les ex-guerriers, en Syrie, est en contradiction avec leur politique vis-à-vis de la crise, dans ce pays. Les Européens soutiennent, fermement, les rebelles armés syriens, qui se font appeler "Armée syrienne libre", (ASL). L’Europe est impliquée dans le financement et l’armement des groupes armés qui combattent le gouvernement Assad. Les hommes d’Etat européens disent ne pas soutenir les groupes affiliés à Al-Qaïda, dont le Front Al-Nosra. Ils reconnaissent, pourtant, avoir perdu la direction de la distribution des aides militaires et financières destinées aux rebelles syriens, si bien qu’ils ne savent plus dans les mains de quel groupe tombent leurs aides. Les Occidentaux ont employé tous leurs moyens, pour mobiliser les forces censées combattre le gouvernement légitime de Bachar al-Assad, mais ils craignent, aujourd’hui, les conséquences néfastes de leurs propres politiques.

Media

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir