This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
jeudi, 28 juin 2012 04:42

Téhéran appelle au démantèlement des armes chimiques

IRIB- Certes, les Etats-Unis et le régime sioniste constituent les plus grands violateurs du Traité de non prolifération des armes chimiques, dont la plus grande victime est, sans aucun doute, l'Iran.

Le général Ahmad Vahidi, ministre iranien de la Défense, l'a rappelé, simultanément à l'anniversaire du bombardement chimique de la ville de Sardasht (Nord-Ouest de l'Iran), par l’ex- régime baathiste de Saddam Hussein. A l'approche de la Journée de la lutte contre les armes chimiques et microbiennes, le ministre iranien a présenté les Etats-Unis comme les plus grands détenteurs d'armes chimiques, les plus grands violateurs, d'ailleurs, du Traité interdisant l'usage de ces armes. Le Traité de l'interdiction de l'usage des armes chimiques (CWC) a été adopté, le 3 septembre 1992, avant la formation, en 1997, de l'Organisation d'interdiction des armes chimiques (OPCW), avec l'objectif d'appliquer le contenu de cette Convention. Conformément à la décision des membres de l'organisation, une date butoir avait été déterminée, pour le démantèlement définitif des armes chimiques, au 29 avril 2012. Le délai a expiré, sans que les Etats-Unis et quelques autres pays membres le respectent, d'autant plus que le régime sioniste n'a jamais rejoint ce traité. Il est vrai que l'Iran est la plus grande victime des armes chimiques, utilisées, à plus de 200 reprises, par le régime irakien, lors de la guerre imposée contre les civils des villes et villages frontaliers. Pas moins de 2.600 martyrs et plus de 100.000 blessés, c'est le bilan catastrophique de ces attaques. Des gazés, qui souffrent toujours des séquelles de la contamination par des matières chimiques. L’ex-régime irakien a fait, massivement, usage d’armes chimiques, alors qu'il était signataire du Protocole de 1925 de Genève, sur l'interdiction d'utilisation des armes toxiques et des combinaisons bactériologiques. Ce qui mérite réflexion, dans cette tragédie, c'est la vente au régime irakien, des matières chimiques, par les compagnies, américaine, allemande, britannique, hollandaise, belge et japonaise. La RII l’a d'ailleurs révélé, à l’appui de nombreux documents fiables. Les pays occidentaux n'ont, non plus, lésiné sur aucune assistance à la construction des installations de production des armes chimiques, dont l'usine de Samara. En tout état de cause, les pays détenteurs et producteurs d’armes chimiques, entre autres, les Etats-Unis, refusent toujours de respecter les règles qui exigent le démantèlement de ces armes de destruction massive, ce qui signifie la poursuite des menaces contre la paix et la sécurité internationale.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir