This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
dimanche, 13 mars 2011 16:20

La Ligue arabe lâche les Libyens

IRIB- L'OTAN a le doigt sur la gâchette, et c'est la Ligue arabe qui lui sert de chargeur.
L'image a de quoi décevoir tous ces Jacobins libyens, qui, de Ras Lanouf à Brega, cherchent, au prix exorbitant de leur sang, à faire triompher la raison sur la démence, le juste sur l'inique, la mesure sur la démesure. Oui, la Ligue arabe a, profondément, déçu. Après près d'un mois d'aphonie, de ridicules contorsions diplomatiques, l'instance la plus aveulie du monde arabe vient d'appeler l'OTAN à établir une zone d'exclusion aérienne, au-dessus de la Libye, ce qui équivaut à un quitus lâchement donné à l'option militaire. L'instance tient, aussi, à faire savoir à la planète terre que "le schizophrène Colonel" ne revêt plus aucune légitimité à ses yeux et qu'elle souhaite, dans l'état actuel des choses, tisser de plus profonds liens avec "le Conseil national transitoire", cet organe qui dirige, pour le moment, la ville de Bengahzi, et que tout donne pour la future direction d'une Jamahiriya "dékadhafisée". Il est vrai que trop de conservatisme tue l'esprit, trop de prudence rend aveugle!! La Libye s'enfonce, dans une guerre civile, qui menace d'être longue. L'inévitable corollaire en serait une partition, de facto, de ce pays pétrolifère en deux entités, occidentale et orientale, une éventualité qu'appellent de tous leurs vœux l'Europe et l'Amérique, et qu'a paru, d'ailleurs, illustrer la décision hâtive de la France de nommer un ambassadeur, à Benghazi. Et que fait la Ligue ? Et bien, elle tend la perche à ce même Occident, qui rode, depuis des semaines, Armada à l'appui, près des côtes libyennes, en attente d'une opportunité d'intervention. Mais, à Zawiyah, à Mirsata, à Ras Lanouf, où les combats font rage, où les gens font preuve d'une détermination exceptionnelle à saisir au collet, le "fol imposteur", le "criminel menteur", les révolutionnaires n'en demandent pas tant! Ils ne demandent qu'une chose, qu'on leur laisse le soin d'imprimer à leur destin le cours à suivre, qu'on évite de les traiter en mode mineur, en peuple assisté, abêti, abruti, qu'on cesse, surtout, le grand cirque. Ce grand cirque qui veut que les dictateurs "déchus" ou "à déchoir" aillent jusqu'au bout de leur servitude, car que fait la Ligue arabe, si ce n'est de s'effacer du jeu, au profit d'un Occident, plus que jamais, enclin à tirer ses marrons du feu, un feu qui brûle, les unes après les autres, les autocraties arabes vouées à sa cause !!

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir