This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mardi, 28 juillet 2015 09:26

Riyad peut-il encercler, militairement, l'Iran?

Riyad peut-il encercler, militairement, l'Iran?
IRIB- En dépit des revers successifs, la stratégie "iranienne"
des Al-e Saoud consiste à attiser les tensions, face à l'Iran. Dans un récent article, le site Arabie 21 revient, dans un rapport, sur les propos de Iyad Allaoui, vice-Président irakien, lesquels soulignent " les plans de Riyad, destiné à faire face à l'Iran". Selon Allaoui, "l'Arabie saoudienne a planifié une longue période de confrontation contre l'axe de la Résistance, composé de la Syrie, du Liban, du Yémen et de l'Iran", et "cherche à isoler le Hezbollah, à renverser Haïdar al-Abadi, au même titre que Bachar al-Assad". Mais Riyad est-il capable d'"encercler" l'Iran, comme il le prétend? En Syrie, l'Arabie saoudite a subi de très gros revers. Outre les défaites que lui a infligées l'axe de la Résistance, Riyad a perdu, depuis 4 ans, de nombreux points, sur le terrain. Le roi défunt Abdallah a, largement, investi, dès 2011, pour que la Syrie et ses infrastructures tombent en ruines. Le roi Abdallah a chargé le prince Ben Sultan du dossier syrien, dans le strict objectif de provoquer l'effondrement d'Assad. Mais tient toujours : son régime ne s'est pas écroulé, loin de là, son armée tient bon, et les rapports de force évoluent, sans cesse, et avec un rythme soutenu, dans le sens des intérêts de l'axe de la Résistance. L'échec des plans anti-Résistance de l'Arabie saoudite, même ceux qui se trament, en ce moment, n'est pas à écarter. Iyad Alaoui affirme que l'un des projets en question aura été celui d'amputer "le bras yéménite" de l'axe de la Résistance. L'offensive saoudienne contre le Yémen s'est avérée un réel fiasco. Riyad ne croyait pas Ansarallah et l'armée yéménite capables de lui faire face. Or, ces derniers vont de victoire en victoire, victoires qui ont, toutes, une dimension stratégique. Les missiles "Grad", "Scud" et "Ouragan" des Yéménites frappent les bases militaires saoudiennes. La base d'Aîn al-Hara, l'une des bases les plus importantes a été prise pour cible. Au cours de l'un des assauts des forces yéménites impliquant les forces commandos yéménites, 10 militaires saoudiens ont été capturés. Mais où en est l'armée saoudienne? Le président de la Commission de la défense et de la sécurité, au parlement iranien, le général Kothari, commente l'état général, dans lequel se trouve l'armée saoudienne : interrogé, sur la capture de 300 militaires saoudiens, Kothari affirme : "L'arrestation de 300 militaires saoudiens prouve la faiblesse organique de l'armée saoudienne. Les arsenaux bourrés d'armements dernier cri, de fabrication américaine, des Al-e Saoud, n'ont pas été à même d'anéantir les Houthis. Au contraire, tous les Yéménites se sont resserés les coudes. Les forces yéménites ont réussi même à remporter de grands succès, face à l'armée ultra-équipée des Al-e Saoud. De surcroît, les victoires du Hezbollah pèsent très lourd, aussi bien, en Irak, qu'en Syrie. En effet, Riyad, qui ambitionne de mettre au pas la Résistance, qui multiplie les scénarios, en ce sens, a tout intérêt à se tourner vers Zabadani, et ce qui se passe, dans cette région. Le Hezbollah et l'armée syrienne encerclent, en ce moment, cette localité, et sa libération est toute proche. Qalamoun est, aussi, une autre localité libérée, où les pétrodollars saoudiens n'ont pu rien. En Irak, Allaoui évoque la chute d'Al-Abadi, comme une tentative visant à "amputer le bras iranien de l'Irak". Est-ce possible? en juillet 2014, Daech, soutenu par la Turquie et l'Arabie, a lancé une vaste offensive contre les quatre provinces irakiennes d'Al Anbar, de Ninive, de Salaheddine et de Diyala, mais l'armée et les forces populaires irakiennes ont fait bloc contre les terroristes. La fatwa de l'autorité religieuse a réussi à mobiliser des jeunes irakiens, qui ont stoppé net l'avancée des terroristes. A présent la donne a changé : à Amerli, à Soleiman Beyk, à Jaloula, à Sadiya, à Tikrit, les forces irakiennes avancent. L'université d'Al-Anbar est libérée. A Ramadi, la Résistance progresse. Falloujah est toujours bouclée. Ainsi, en Irak, aussi , Riyad a échoué.... La question qui se pose est, dès lors, la suivante : le scénario d'un encerclement militaire et diplomatique de l'Iran, dans la région de l'Ouest asiatique, a-t-il une quelconque chance de réussir?

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir